Petit par la taille, grand par le talent

Dimanche, 24 avril 2016 à 14:04:10
 Font Size:     |        Print
 

Aux 28es Jeux sportifs d’Asie du Sud-Est, Nguyên Minh Van et Nguyên Minh Tu ont remporté la médaille d’or en poumsé (mixte). Photo: CVN.

Nhân Dân en ligne - Le taekwondoïste Nguyên Minh Van, 18 ans, ne mesure que 1,45 m. Un petit gabarit qui ne l’a pourtant pas empêché de monter sur la première marche du podium aux 28es Jeux sportifs d’Asie du Sud-Est.

Alors qu’il a une taille d’adolescent, le taekwondoïste Nguyên Minh Van a remporté les 28es Jeux sportifs d’Asie du Sud-Est (SEA Games) disputés l’an dernier à Singapour.

«Minh Van mesure 1,45m et ne pèse que 40kg. Il est probablement le taekwondoïste professionnel le plus petit du monde. Néanmoins, cela ne fait que prouver sa grande détermination», a commenté le coach Lê Minh Khuong, qui l’a repéré et convoqué au sein de la sélection nationale.

Selon Minh Van, ses parents sont plutôt grands. Sa petite taille ne semble donc pas être lié à un facteur génétique, mais plutôt peut-être à cause d’un manque de nourriture, lui qui a vécu une enfance difficile.

Une volonté de fer

Benjamin d’une famille de quatre enfants, Minh Van a vécu loin de ses parents obligés de quitter Hanoi pour chercher un travail à Hô Chi Minh-Ville. Avec ses grands frères, il a été pris en charge par sa grand-mère paternelle.

«Enfant, j’étais souvent malade. Lorsque je prenais mon repas, je vomissais souvent. Cela explique aussi pourquoi j’étais plus petit que les enfants de mon âge», a confié Minh Van. «À cause de mon physique j’étais souvent la cible de moqueries venant de mes camarades».

Sur conseil de son professeur, Minh Van a donc décidé de pratiquer le taekwondo, pour se faire respecter. «J’ai commencé ce sport il y a près de dix ans. J’étais tellement heureux! Très rapidement, j’ai montré que le taekwondo était fait pour moi. Après l’école, je partais directement au dojo. Et voilà où j’en suis aujourd’hui», s’est-il réjoui.

La médaille d’or obtenue lors de ces derniers Jeux sportifs d’Asie du Sud-Est lui a apporté une reconnaissance supplémentaire, mais aussi de nombreuses aides financières. «J’ai reçu des primes. Même si ce n’était pas grande chose, cela m’aidera au quotidien. Ça m’a en tout cas poussé à continuer dans cette voie et à en faire mon métier», a-t-il avoué.

Pour l’heure, en parallèle avec sa carrière de sportif de haut niveau, Minh Van poursuit ses études afin de préparer sa reconversion. Il enseigne aussi dans la classe d’art martial de son coach Lê Minh Khuong pour gagner de l’argent et aider sa grand-mère paternelle.

Lors des premières séances, la taille de cet entraineur surprenait beaucoup les parents. Néanmoins, avec son énergie et son talent, Minh Van est parvenu à faire l’unanimité.

CVN