Contribution significative du Vietnam après 25 ans en tant que membre de l’ASEAN

Jeudi, 06 août 2020 à 17:08:43
 Font Size:     |        Print
 

Nhân Dân en ligne - Le Vietnam a prouvé sa capacité à accueillir d’importants forums régionaux et même des réunions de haut niveau de classe mondiale.

2020 est une année difficile pour le Vietnam pour assumer le rôle de président de l’ASEAN et de membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies dans le contexte où l’épidémie de Covid-19 a changé le monde entier. Une experte australienne a apprécié que le Vietnam accompagnait toujours l’ASEAN pour faire face aux difficultés de la région.

Dans son article publié dans la revue « Strategist », le docteur Le Thu Huong, analyste principale à l’Institut de recherche des politiques et des stratégies d’Australie, a affirmé que le rôle de président de l’ASEAN à partir du mois de novembre 2019 jusqu’à la fin de cette année était probablement la mission la plus difficile du Vietnam.

Selon le docteur Le Thu Huong, la pandémie de Covid-19 a changé la nature de la diplomatie, en particulier des consultations régulières et des négociations informelles permettant de renforcer la confiance grâce à des réunions officielles et à des réunions privées. Cependant, « le plus grand défi pour l’ASEAN en 2020 est la tension entre les États-Unis et la Chine, a affirmé l’analyste principale à l’Institut de recherche des politiques et des stratégies d’Australie.

L’intensification de la concurrence met en danger la coopération économique et commerciale régionale, en contribuant à la confrontation et à l’imprévisibilité des actes internationaux. Alors que les États-Unis et la Chine intensifient le conflit, les canaux bilatéraux se rétrécissent, les forums multilatéraux deviennent donc la « passerelle » pour résoudre le différend entre les deux pays.

Le contexte actuel pose de telles difficultés et défis, mais le Vietnam s’est bien préparé pour cette année importante en tant que président de l’ASEAN et membre non permanent du Conseil de sécurité de l’ONU.

Le docteur Le Thu Huong a déclaré que le Vietnam a démontré sa capacité à accueillir d’importants forums régionaux et même des réunions de haut niveau d’importance mondiale telles que le Sommet entre les Etats-Unis et la République populaire démocratique de Corée (RPDC). Il s’agit de la « transformation remarquable » du Vietnam à partir d’un pays normalisant ses relations avec les États-Unis et rejoignant l’ASEAN qu’au milieu des années 1990.

Notamment, la réponse efficace du Vietnam à Covid-19 a reçu un plus grand respect et une plus grande reconnaissance de la part de ses pays voisins, y compris des pays plus riches tels que Singapour, la Thaïlande et Malaisie. Des réponses efficaces à l’épidémie de Covid-19 et une reprise précoce ont mis le Vietnam dans une meilleure position pour réfléchir aux moyens de gérer et de surmonter la crise et disposer de plus de temps pour calculer les problèmes régionaux. Les économistes de la Banque mondiale, du Fonds monétaire international et de la Banque asiatique de développement ont prédit que le Vietnam était un pays avec le plus d’opportunités dans la région pour échapper à la crise économique avec un bon état. Il s’agit d’un changement significatif dans la position du Vietnam dans l’ASEAN, un pays qui a justement mis en place une économie de marché ces dernières années.

Au plan diplomatique, le Vietnam joue un rôle de plus en plus important, avec son soutien fort à l’égard du rôle de l’ASEAN dans les questions régionales. Le Vietnam prend sérieusement les règles de l’ASEAN à travers le maintien d’une politique étrangère cohérente et encourage les nouveaux membres à appliquer ces règles.

Faisant face à la crise couvrant le monde entier, le Vietnam vise aux objectifs en tant que président de l’ASEAN en 2020 tels que la solidarité, l’unification et l’empêche de l’érosion. Les attentes élevées des membres et partenaires de l’ASEAN reflètent le niveau de confiance dans la capacité diplomatique du Vietnam. Le Vietnam a une stratégie et une conscience aiguës de la valeur et des limites des mécanismes régionaux. Néanmoins, le fait que l’engagement en faveur de la sécurité régionale et de la question sur la Mer Orientale n’ait jamais été changé montre que le Vietnam persévère dans le maintien du rôle central de l’ASEAN dans la sécurité et les questions internationales.

En ce qui concerne la Mer Orientale, Le Thu Huong a souligné que la persévérance du Vietnam à maintenir ses points de vue sur les différends maritimes au fil des ans apportait des signaux positifs. Le 36e sommet de l’ASEAN a publié une déclaration conjointe forte, reflétant publiquement les tensions dans la mer de Chine méridionale. Ces derniers mois, la Malaisie, les Philippines, l’Indonésie, les États-Unis et l’Australie ont systématiquement rejeté les revendications de la Chine sur les droits offshore et la souveraineté de la soi-disant Sisha, en affirmant que ces revendications n’étaient pas conformes La Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982 ainsi que la décision du tribunal d’arbitrage sur la Mer Orientale en 2016.

Ces signaux indiquent le succès du Vietnam dans l’internationalisation des différends en Mer Orientale et la transformation de ce sujet en une question régionale plutôt qu’une question bilatérale entre la Chine et chaque pays de l’ASEAN. Il s’agit d’une contribution significative du Vietnam après 25 ans de devenir un membre de l’ASEAN.

NDEL

  Partager cet article