Stratégies de formation et de recherche visant à préserver des patrimoines culturels de la sous-région du Mékong

Vendredi, 31 mai 2019 à 12:39:07
 Font Size:     |        Print
 

Photo d'illustration : Bao Quang Nam.

Nhân Dân en ligne – Le Comité populaire de la province de Quang Nam (au Centre), en coordination avec l’Ambassade italienne au Vietnam, a organisé le 27 mai un colloque international sur les stratégies de formation et de recherche afin de restaurer et de préserver des patrimoines culturels dans cette localité vietnamienne.

Réalisé depuis 2017 par l’Ambassade italienne au Vietnam et le Centre de formation à la restauration et à la conservation des monuments culturels de l’Université polytechnique de Milan (Italie), en coordination avec le Comité populaire de Quang Nam et le Collège de technologies de Quang Nam, le projet « Centre de formation à la restauration et à la conservation des patrimoines culturels dans la province de Quang Nam » s’articule autour de la formation archéologique, de la restauration d’objets anciens et de la gestion de l’architecture.

Au cours de ces deux dernières années, ce projet a obtenu des résultats remarquables. Il a réussi à former des enseignants, techniciens et ouvriers spécialisés en restauration d’objets anciens et en préservation des patrimoines culturels de la province de Quang Nam, contribuant ainsi à sensibiliser les responsables à la gestion et à la protection du site de My Son, patrimoine culturel situé dans cette localité.

Trois cours ont été organisés dans le domaine des techniques. En particulier, parmi 38 étudiants du cours de formation des techniciens, les dix meilleurs ont été sélectionnés pour participer au cours de formation des enseignants. Le cours de formation des ouvriers techniques a formé 36 étudiants de Quang Nam qui travaillent sur le site de My Son.

La professeur et docteur Mariacristina Giamnruno, cheffe de la faculté d’Architecture et de Développement urbain de l’Université polytechnique de Milan, a affirmé lors de ce colloque que cet événement était un jalon important dans la formation à la restauration et à la conservation des patrimoines et également une bonne occasion de faire comprendre pourquoi les patrimoines culturels d’un pays pouvaient montrer son visage. Afin de préserver l’identité culturelle d’un pays, il est nécessaire que les experts de ce pays participent aux projets de conservation des patrimoines afin de s’assurer que le pays est capable de gérer ses patrimoines conformément aux normes internationales, selon Mariacristina Giamnruno.

Le Gouvernement italien est toujours prêt à soutenir le Vietnam dans la préservation des patrimoines culturels et ce projet en est la preuve, a-t-elle déclaré.

Phan Hô, responsable du conseil de gestion du site de My Son, a déclaré que la restauration, qui garantit l’authenticité et les valeurs fondamentales des monuments, constituait le principe de base de tous les projets des patrimoines culturels, et qu’il fallait l’appliquer à tous les héritages culturels mondiaux tels que le sanctuaire de My Son.

Dans le passé, la restauration du sanctuaire de My Son dépendait principalement d’experts et de techniciens étrangers. Cependant, deux ans après le lancement du premier cours de formation à la restauration et à la conservation des monuments avec l’aide de l’Université polytechnique de Milan, le Comité de gestion du patrimoine culturel mondial de My Son dispose désormais d’un personnel compétent, a-t-il déclaré.

Le sanctuaire de My Son, un ensemble de temples et de tours Cham, s’est développé du 4e au 13e siècle. Ses édifices s’élèvent dans la région montagneuse du district de Duy Xuyên de la province de Quang Nam. Le sanctuaire est situé dans un cirque élevé, entouré d’une chaîne de montagnes formant le bassin du fleuve sacré de Thu Bôn.

NDEL

  Partager cet article