Le ministère vietnamien de la Santé et des experts médicaux mondiaux discutent du traitement des MNT

Jeudi, 24 septembre 2020 à 15:33:27
 Font Size:     |        Print
 

Vue générale du forum. Photo : VNA.

Nhân Dân en lign - Un forum virtuel axé sur le traitement des maladies non transmissibles (MNT) dans la nouvelle normalité a eu lieu le 22 septembre.

Intitulé « Remèdes numériques pour les soins de santé dans la nouvelle normalité - Renforcement des soins contre les MNT », l'événement a été organisé par le ministère de la Santé en collaboration de l'Ambassade britannique au Vietnam, le Conseil d’affaires Royaume Uni-ASEAN et le Conseil consultatif de l'ASEAN.

S'exprimant lors de l'événement, le vice-ministre vietnamien de la Santé Nguyên Truong Son a déclaré que le Vietnam avait été en mesure de maîtriser le COVID-19 car le pays n'avait aucun cas transmis localement à signaler au cours des 20 derniers jours.

Cependant, les preuves scientifiques et la réalité au Vietnam montrent que le COVID-19 présente des risques plus élevés pour les personnes âgées et les personnes atteintes de MNT, y compris les maladies cardiovasculaires, le diabète, le cancer et l'insuffisance rénale terminale.

Le système médical subit le plus gros des maladies transmissibles et non transmissibles, a-t-il souligné.

Le Vietnam a déployé certaines mesures pour lutter simultanément contre la pandémie et les MNT, telles que des recommandations de construction pour les personnes âgées et les personnes souffrant de maladies chroniques, ainsi que des bilans de santé et des traitements à distance, entre autres.

Les experts médicaux présents au forum ont discuté des remèdes numériques pour les soins de santé dans la nouvelle normalité, l'impact du COVID-19 sur le traitement des MNT dans la région, ainsi que des solutions pour répondre à ces maladies et du rôle des technologies numériques dans les soins de santé.

Les MNT sont en hausse car elles sont à l'origine de 71% des décès dans le monde. Le fardeau de la santé et des coûts a été plus grave pour les personnes vulnérables dans le contexte du COVID-19.

VNA/NDEL

  Partager cet article