Le Vietnam donne la priorité à la protection des droits des enfants dans les conflits armés

Mardi, 07 juillet 2020 à 10:35:18
 Font Size:     |        Print
 

Des enfants font la queue pour des vivres de secours dans le camp de réfugiés à la périphérie de la ville d'Aden, au Yémen. Photo : VNA.

Nhân Dân en ligne - Le Vietnam est toujours attentif et accorde la priorité à la protection des droits des enfants dans les conflits armés, a déclaré l’ambassadrice Lê Thi Tuyêt Mai, représentante en chef de la Mission permanente du Vietnam à Genève.

Dans le cadre de sa 44e session, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a tenu une discussion thématique sur les questions environnementales et les droits des enfants et un dialogue avec la représentante spéciale du secrétaire général des Nations Unies sur la situation des enfants dans les conflits armés.

aPrenant la parole lors du dialogue, la représentante en chef de la Mission permanente du Vietnam à Genève, l’ambassadrice Lê Thi Tuyêt Mai, a souligné que le Vietnam était toujours attentif et accordait la priorité à la protection des droits des enfants dans les conflits armés. Elle a exprimé sa préoccupation et a condamné les actes de violence et les violations des droits des enfants, affirmant que le Vietnam était prêt à coopérer et à partager ses expériences dans ce domaine.

Lê Thi Tuyêt Mai a exhorté les parties prenantes à suivre les principes fondamentaux du droit international humanitaire et de la Convention des Nations Unies relative aux droits de l'enfant pour protéger les civils, en particulier les enfants, dans les conflits.

L'ambassadrice a également appelé les parties à prendre des mesures pratiques pour minimiser l'impact négatif des conflits armés sur les enfants, à trouver progressivement des solutions pour s'attaquer aux causes profondes des conflits, aux voies de la réconciliation nationale et au développement durable, et à promouvoir la réintégration dans la société des enfants ayant participé à des groupes armés.

Selon le rapport de la représentante spéciale du secrétaire général des Nations Unies, Virginia Gamba, dans différents pays, les enfants continuent à être victimes de violence, de traite des êtres humains, d'abus sexuels, de travail forcé en tant que mercenaire et de séquestration par des groupes armés, sans accès aux services médicaux et éducatifs minimaux. Cette situation est exacerbée dans le contexte de la pandémie de COVID-19.

En ce qui concerne l'impact de l'environnement sur les droits des enfants, environ 1,7 million d'enfants de moins de 5 ans meurent chaque année de la pollution de l'environnement et 12 millions d'enfants dans les pays en développement souffrent de maladies cérébrales dues à l'empoisonnement au plomb. La pandémie de COVID-19 fortement influencée par des agents environnementaux menace les enfants du monde entier, en particulier les enfants pauvres et les enfants issus des minorités ethniques et des zones reculées.

Ces graves défis exigent que toutes les nations prennent des mesures pour protéger le droit à un environnement sain et promeuvent la protection des droits des enfants en vertu de la Convention des Nations Unies relative aux droits de l'enfant.

NDEL

  Partager cet article