Le Vietnam s’efforce de prévenir et de lutter contre le SIDA

Samedi, 30 novembre 2019 à 08:57:20
 Font Size:     |        Print
 

Le Vice-PM Vu Duc Dam (à droite) et le Directeur de l'équipe de l'ONUSIDA d'appui aux régions pour l'Asie et le Pacifique, Eamonn Murphy. Photo : VGP.

Nhân Dân en ligne - Le Vice-Premier ministre vietnamien Vu Duc Dam, également président du Comité national de prévention et de lutte contre le SIDA, la drogue et la prostitution, a reçu le 29 novembre à Hanoi le Directeur de l'équipe de l'ONUSIDA d'appui aux régions pour l'Asie et le Pacifique, Eamonn Murphy.

Appréciant hautement le soutien et les contributions de l’ONUSIDA pour la prévention et la lutte contre le SIDA du Vietnam, le Vice-PM Vu Duc Dam a demandé à l’ONUSIDA de continuer à assister le Vietnam dans la direction des activités des sponsors, en renforçant les ressources pour la prévention et le contrôle du VIH/SIDA, en collaborant étroitement avec les organes de l’Assemblée nationale et les localités vietnamiennes pour définir des politiques financières durables pour la lutte contre le VIH/SIDA et en améliorant la capacité de coordination du Comité national de prévention et de lutte contre le sida, la drogue et la prostitution.

Le dirigeant vietnamien a également souhaité que l'ONUSIDA soutienne les organisations vietnamiennes dans ses travaux et atténue la discrimination à l'encontre des personnes vivant avec le VIH.

De son côté, Eamonn Murphy a fait savoir qu’au Vietnam, l’ONUSIDA coordonnait la réponse mondiale en matière de prévention, fournissait des soins aux patients atteints du VIH/sida et collaborait étroitement avec d’autres organisations pour élaborer et déployer le cadre national de suivi et d’évaluation des activités de prévention et de lutte contre le VIH/SIDA.

Prenant en haute estime les résultats obtenus par le Vietnam dans la prévention et la lutte contre le SIDA, le responsable de l’ONU a indiqué que les épidémies de VIH/SIDA ont été contrôlées à moins de 0,3% avec une diminution du nombre de nouvelles infections, du nombre de personnes en transition vers le SIDA, et du nombre de décès dus au SIDA.

Le Vietnam est l’un des rares pays au monde à payer les coûts de traitement du VIH, y compris les médicaments antirétroviraux, via une caisse d’assurance maladie, a-t-il noté.

Le Vietnam s’efforce de répondre à l’objectif « 90-90-90 » de l’ONU. A l’horizon 2020, 90% des séropositifs seront informés de leur contamination, 90% des séropositifs dépistés seront traités par les antiviraux et 90% des séropositifs traités par les antiviraux parviendront à contrôler la quantité de virus. Et en 2030, la pandémie VIH/sida pourrait être éliminée.

NDEL