Renforcement de la coopération dans le secteur de la santé entre le Vietnam et la France

Vendredi, 09 novembre 2018 à 14:55:17
 Font Size:     |        Print
 

Les spécialistes de l’hôpital central de pneumologie et l’Association franco-vietnamienne de pneumologie. Photo : Comité d’organisation

Nhân Dân en ligne - Une délégation de l’Association franco-vietnamienne de pneumologie, composé de dix médecins, chirurgiens, etc. conduite par le docteur Madalina Grigoroiu, chirurgienne au département Thoracique de l’Institut Mutualiste Montsouris (en France), a effectué une visite de travail, du 5 au 9 novembre, à l’hôpital central de pneumologie.

Dans le cadre de cette visite, les spécialistes français ont partagé leurs expériences professionnelles avec leurs collègues vietnamiens. Il s’agissait d’une bonne occasion pour les médecins vietnamiens de perfectionner leurs compétences et de se mettre à jour.

Cet événement a contribué en grande partie à consolider les relations entre l’hôpital central de pneumologie et l’Association franco-vietnamienne de pneumologie et à promouvoir l’image de l’hôpital central de pneumologie dans et hors du pays.

Lors de l’interview accordée à la presse vietnamienne, le professeur-docteur Nguyên Viêt Nhung, directeur de l’hôpital central de pneumologie, a fait savoir que la coopération technique entre son hôpital et l’Association franco-vietnamienne de pneumologie depuis plus de dix ans avait donné de bon résultats.

« Nous réalisons des centaines d’interventions de chirurgie thoracique chaque année. Grâce au transfert technique des spécialistes français, l’hôpital central de pneumologie a fait des progrès dans l’intervention de chirurgie thoracique en appliquant des techniques peu invasives, ce qui permet aux patients de se rétablir plus rapidement. Lors de cette visite de travail de l’Association franco-vietnamienne de pneumologie, les spécialistes français nous transféreront des techniques peu invasives de chirurgie thoracique, de thoracoscopie, de vidéothoracoscopie et de thoracotomie. », a déclaré Nguyên Viêt Nhung.

De son côté, le docteur Madalina Grigoroiu, chirurgienne au département Thoracique de l’Institut Mutualiste Montsouris a fait savoir : « Il faut savoir que ce n’est pas notre première visite dans cet hôpital. Nous venons là depuis beaucoup d’années. Nous collaborons avec les équipes d’ici de façon très agréable depuis tout ce temps-là. Au fur à mesure des missions, nous avons partagé plusieurs types de techniques. Nous intervenons au VN en général pour l’Association franco-vietnamienne de pneumologie. Nous sommes ici les représentants de cette association. Je veux dire par là que toute l’équipe ne provient pas du même endroit, du même hôpital. Mais en fait, l’équipe est formée par les spécialistes de toute la France. Tous les chirurgiens, tous les soignants et les médecins sont très bien, très au point des nouveautés et ils s’intéressent à tout ce qu’il y a de nouveaux et nous avons développé cette fois-ci des techniques peu invasives de chirurgie thoracique, thoracoscopie, vidéothoracoscopie et de thoracotomie. »

Selon le docteur Madalina Grigoroiu, les médecins vietnamiens sont excellents. « Ce sont des collègues qui veulent progresser, qui veulent apprendre, qui ont une grande curiosité. Nous sommes vraiment très heureux de venir ici parce que les gens prennent tout ce qu'on leur transmet. Et en plus, il y a aussi un investissement de la part de l’administration, de la part de la direction qui soutient tous les efforts fournis. Malheureusement la médecine coûte de l’argent et il faut aussi avoir le budget et la disponibilité des directeurs qui va avec. Ici, il y a bien une émulation dans ce sens-là. » a-t-elle souligné.

L’Association franco-vietnamienne de pneumologie a été fondée en 1992 dans le but de promouvoir les échanges médicaux et administratifs dans l’enseignement entre les organismes médicaux français et vietnamiens. Elle fait des études relatives à la pneumologie et à la chirurgie thoracique et finance le diagnostic et le traitement des patients atteints de maladies respiratoires.

Mai Khanh/NDEL