Les échanges franco-vietnamiens

Un accord de coopération universitaire entre Hanoï et Montpellier

Vendredi, 28 juin 2019 à 14:16:51
 Font Size:     |        Print
 

Logo de l’Université des Langues et Études Internationales d’Hanoi (ULIS).

Nhân Dân en ligne - Véritable moteur pour les relations franco-vietnamiennes, un partenariat voit le jour entre l’Université Paul Valéry de Montpellier et l’Université des langues et d’études internationales de Hanoï.

Dès septembre 2019, plusieurs étudiants vietnamiens vont avoir la possibilité d’effectuer un an de leur scolarité dans le sud de la France. Nous sommes allées à la rencontre de ces étudiants afin de mieux comprendre leur parcours et leurs attentes concernant cette nouvelle opportunité internationale.

Les échanges franco-vietnamiens: un accord de coopération universitaire entre Hanoï et Montpellier - ảnh 1Panneau d’entrée du département de langue et civilisation françaises à l’ULIS

L’Université des Langues et d’Études Internationales d’Hanoï (ULIS) propose l’enseignement de nombreuses langues, dont le français. Favorisant une politique d’échanges internationaux, le département de langues et civilisation françaises propose depuis peu la possibilité pour ses étudiants vietnamiens les plus méritants d’effectuer une année de mobilité pour développer leurs compétences et découvrir la culture française. Début janvier, suite à la rencontre de Patrick Gilli, recteur de l’Université Paul Valéry, et Dô Tuân Minh, recteur de l’ULIS, un partenariat a été signé entre les deux établissements afin d’établir une véritable coopération dans ce domaine. Ce partenariat est l’aboutissement d’un long rapprochement initié par M. Pierre Journoud, spécialiste des relations internationales en Asie du Sud-Est et professeur d’histoire contemporaine à l'université de Paul Valéry, et Mme Nguyên Thanh Hoa, vice-doyenne du département de français de l’ULIS.

De nombreux étudiants vietnamiens sont désireux d’étudier en France. Venir à Montpellier représente une véritable opportunité pour ces étudiants car cette expérience stimulera leur intégration professionnelle et leur permettra d'améliorer leur niveau de langue grâce à une immersion linguistique totale.

La jeune hanoienne Dô Ngoc Anh, une étudiante studieuse de deuxième année passionnée par la langue française et l’histoire prépare actuellement sa candidature pour cet échange, elle témoigne:

"Bonjour, je m’appelle Ngoc Anh, j’ai 20 ans, je suis étudiante en deuxième année en interprétariat en français de l’université de langues et d’études internationales. J’apprends le français depuis deux ans. Dès mon arrivée à l’université, j’ai choisis ce domaine car je veux découvrir la langue et la culture française. À l’avenir, après être diplômée de mon département [ndlr. une licence au Vietnam dure quatre ans, contrairement à la France où c’est trois ans], je veux faire mon master en France. Je vais chercher une bourse pour que je puisse faire mes études en France. À travers cela, je peux améliorer mes compétences en langue et enrichir mes connaissance sur la culture française".

Certains auront donc l’opportunité de faire partie de cette première génération d’étudiants à profiter de cet accord de coopération franco-vietnamien dès la rentrée 2019. Cependant, les préparatifs apportent de nombreuses problématiques comme le financement ou les démarches à effectuer.

Afin de faciliter l’accueil de ces étudiants et les soutenir dans leur installation, une solidarité et une dynamique d’entraide se mettent déjà en place, sur les réseaux sociaux notamment. Sur Facebook, le groupe «Étudiants vietnamiens en mobilité internationale à Montpellier» vient tout juste d’être créé pour permettre à tous et toutes de surmonter les difficultés administratives qu’ils pourraient rencontrer et pour répondre aux différentes appréhensions de chacun. Ombeline Bois, étudiante en Master 2 HIRISS (Histoire des relations internationales et sciences sociales ) à l’université Paul Valéry et ancienne stagiaire à l’ULIS, est à l’initiative de ce groupe. Dynamique, volontaire et soucieuse d’aider les autres, elle nous explique en détails son projet:

“[...] Six étudiants du Département de français de l'ULIS vont venir à la rentrée de septembre 2019 faire une année d'étude à Montpellier. Lorsque nous partons dans un pays étranger, surtout quand il n'y a pas le même niveau de vie entre les deux pays, il y a toujours quelques appréhensions [...]. J'ai senti chez les étudiants beaucoup d'inquiétudes par rapport à ça, par exemple comment trouver et louer un appartement, comment vivre en France alors que le coût de la vie est très élevé par rapport au coût de la vie au Vietnam. [...] C'est pourquoi j'ai décidé de créer ce groupe facebook, je pense que c'est le meilleur moyen pour eux d'avoir toutes les informations nécessaires. Dans un même temps j'ai créé un blog "De Hanoï à Montpellier" afin de pouvoir répondre à leurs questions de manière simple. [...] Dès qu'ils seront en France nous essayerons, avec des étudiants français de l'université qui sont aussi allés au Vietnam dans le cadre d'un stage, de mettre en place des choses un peu plus concrètes comme des visites touristiques, des sorties autour de Montpellier par exemple, des soirées, mais aussi nous pourrons les aider dans leurs démarches administratives à l'université ou dans d'autres institutions. [...]”

Cette expérience s’annonce riche en apprentissages et découvertes, aussi bien pour les étudiants vietnamiens que pour les étudiants français qui vont les accueillir. Ainsi, les enseignants à l’origine de ces accords font un véritable investissement sur l’avenir en faveur du développement des relations franco-vietnamiennes.

Cathy Monarque-Morgane Richou/VOV5/NDEL