AMM 53 : les experts canadiens fait l’éloge du Vietnam en tant que président de l’ASEAN 2020

Lundi, 14 septembre 2020 à 14:59:45
 Font Size:     |        Print
 

Le vice-Premier ministre et ministre vietnamien des Affaires étrangères Pham Binh Minh lors de la conférence des ministres des Affaires étrangères ASEAN-Canada. Photo : VNA

Nhân Dân en ligne – Ces derniers jours ont marqué les activités diplomatiques entre l’ASEAN et le Canada, dans le cadre de la 53e conférence des ministres des Affaires étrangères (AMM 53) et de ses réunions connexes.

Le Canada est devenu le partenaire de dialogue de l’ASEAN en 1977 et les deux parties ont œuvré ensemble pour trouver des mesures visant à renforcer leurs relations, dans les trois piliers principaux que sont la politique, la société et la culture.

Le ministre canadien des Affaires étrangères François-Philippe Champagne a affirmé qu’étant un pays situé dans l’océan Pacifique, son pays prenait en haute estime ses relations de plus en plus fortes avec les pays membres de l’ASEAN. Le Canada et l’ASEAN peuvent résoudre ensemble des problèmes mondiaux importants, plaider pour la paix et la sécurité, la croissance économique et le développement durable pour tous les pays, a-t-il souligné.

Jonathan Berkshire Miller, directeur et co-fondateur du Conseil de la politique internationale, basé à Ottawa a estimé, lors d’une interview accordée à la presse vietnamienne, que le Vietnam assumait le rôle de président de l’ASEAN 2002 alors que le monde devait faire face à au Covid-19 et que les tensions géopolitiques continuaient à s’aggraver.

Le Vietnam a tout de même réussi à organiser presque tous les dialogues et conférences importants sous forme de visioconférences, a-t-il poursuivi.

Il a hautement apprécié le rôle du Vietnam dans la poursuite de l’harmonisation des relations avec la Chine et du renforcement de son partenariat au sein de l’ASEAN et dans la région indopacifique.

Selon lui, le leadership ferme et efficace du Vietnam a permis de faire des progrès dans le règlement des problèmes liés à la Mer Orientale.

De son côté, Luis Silva, un expert canadien des relations gouvernementales, a exprimé son optimisme quant aux perspectives de coopération entre l’ASEAN et le Canada dans les temps à venir.

Dans le contexte où la pandémie du COVID-19 a gravement affecté le monde et que les relations diplomatiques entre Ottawa et Pékin sont tendues, le gouvernement canadien s’efforce de réduire sa dépendance au marché chinois et cherche de nouvelles mesures pour élargir sa coopération économique avec les pays d’Asie de l’Est, a-t-il déclaré.

L’ASEAN est un des partenaires qui peuvent aider le Canada à obtenir cet objectif, a-t-il poursuivi.

Le Canada et quatre pays de l’ASEAN que sont le Vietnam, Singapour, la Malaisie et le Brunei font partie de l’Accord global et progressif de partenariat transpacifique (CPTPP).

Le Canada et l’ASEAN mettent en œuvre un plan de travail sur le commerce et l’investissement et ont étudié la possibilité de signer un accord de libre-échange, a-t-il déclaré

Ces actions démontrent que les deux parties souhaitaient approfondir davantage leur coopération.

L’ASEAN est maintenant le sixième partenaire commercial du Canada. Leurs échanges commerciaux se sont élevés à 27,2 milliards de dollars canadiens (équivalent à 20,6 milliards de dollars) en 2019, contre 25,2 milliards de dollars canadiens (équivalent à 19,1 milliards de dollars) en 2018.

Ces dernières années, le Canada a régulièrement augmenté ses investissements et développé ses activités commerciales en Asie du Sud-Est, non seulement en volume, mais aussi dans de nombreux domaines tels que le pétrole et le gaz, l’exploitation minière, la haute technologie, les télécommunications, la transformation des aliments, les services financiers et l’aviation.

NDEL