La Vice-Présidente de l’AN vietnamienne suggère des moyens de promouvoir le respect du droit international

Mercredi, 16 octobre 2019 à 08:22:02
 Font Size:     |        Print
 

La Vice-Présidente de l’AN vietnamienne, Tong Thi Phong, prononce un discours lors de la plénière de l’UIP-141, le 15 octobre à Belgrade, en Serbie. Photo : VNA.

Nhân Dân en ligne - La Vice-Présidente vietnamienne de l'Assemblée nationale (AN), Tong Thi Phong, a proposé des mesures visant à promouvoir le respect du droit international lors de la plénière de la 141e Assemblée de l'Union interparlementaire (UIP-141) tenue le 15 octobre à Belgrade, en Serbie.

L’UIP-141, intitulée « Renforcement du droit international : rôles et mécanismes du Parlement, et contribution de la coopération régionale », se déroule à Belgrade, en Serbie, avec la participation de 80 législateurs et chefs de délégation de haut rang et de plus de 1 700 parlementaires de 150 parlements membres, ainsi que de représentants d'organisations internationales.

Dans son discours, la Vice-Présidente de l’AN vietnamienne Tong Thi Phong a souligné les développements complexes en matière de sécurité et de politique, les conflits raciaux et religieux, les risques non traditionnels pour la sécurité et l'intensification du terrorisme, de l'extrémisme et du nationalisme insulaire dans le monde. Elle a attribué cette situation à la multiplication des actes unilatéraux non fondés sur des ordres juridiques régis par des conventions internationales universelles et violant les principes communs du droit international et de la Charte des Nations Unies, qui menacent la paix que l’humanité s’efforce de maintenir.

La situation nécessite une coordination à plusieurs niveaux, y compris l'engagement d'institutions multilatérales et en particulier de l'UIP, a déclaré Tong Thi Phong.

Elle a salué le thème de l'UIP-141, qui met en lumière la détermination de l'UIP et les actions entreprises pour renforcer le rôle du droit international, le principe de régulation des relations internationales et la base permettant de renforcer la gouvernance mondiale et des liens de coopération égaux entre les pays.

La responsable a souligné que le Vietnam poursuivait de manière persistante une politique étrangère d'indépendance et d'autonomie, et respectait le multilatéralisme, la primauté du droit et les principes communs des relations internationales. Elle porte une attention particulière au maintien de l'ordre international fondé sur des règles, des accords communs et des conventions entre pays.

Le pays adhère toujours aux règles des accords internationaux universels tels que la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (UNCLOS) de 1982 et souhaite régler les différends par des mesures pacifiques reposant sur le droit international, a déclaré Tong Thi Phong, ajoutant que le Vietnam avait également pris part à de nombreuses activités et traités multilatérales dans le cadre des Nations Unies et d’autres organisations internationales.

Le Vietnam sera membre non permanent du Conseil de sécurité de l'ONU pour le mandat 2020-2021, président de l'ASEAN en 2020 et président de l'Assemblée interparlementaire de l'ASEAN (AIPA) pour 2019-2020, a déclaré la Vice-Présidente de l’AN Tong Thi Phong.

Par conséquent, le pays continuera d'aider à promouvoir le multilatéralisme et un dialogue juste et équitable, à régler les problèmes mondiaux et les conflits régionaux et à promouvoir la paix sur la base du droit international, tout en renforçant la coopération régionale afin de mettre au point des mécanismes permettant de garantir des intérêts équitables et équilibrés à toutes les parties concernées, a noté la responsable vietnamienne.

Suggérant des moyens de renforcer le respect du droit international, Tong Thi Phong a déclaré que le respect de la Charte des Nations Unies, ainsi que le respect du droit international et des principes et normes de conduite communs, devaient être renforcés aux niveaux mondiaux, régionaux et nationaux.

Il est nécessaire d'élargir et de faire jouer le rôle de mécanismes de coopération, de dialogue et de partage d'informations afin d'améliorer la compréhension mutuelle, la confiance et le respect afin de rechercher des solutions pacifiques aux conflits régionaux et aux défis urgents, a déclaré Tong Thi Phong.

Les parlements devraient également intensifier la ratification et la participation des traités et accords internationaux et des documents juridiques multilatéraux, aligner les lois de leurs pays sur les traités internationaux auxquels ils ont souscrit et renforcer le suivi de la mise en œuvre des accords importants conclus dans le cadre de négociations multilatérales.

Tong Thi Phong a également appelé à soutenir la diplomatie parlementaire et à promouvoir davantage le rôle de l'UIP au service de la paix et de la démocratie dans le monde. En outre, elle a souligné la nécessité de renforcer les mécanismes de coopération de l'UIP avec ses parlements membres, l'ONU et les organisations internationales, en mettant l'accent sur le développement durable, la réduction de la pauvreté, la nutrition, l'égalité des sexes, la participation des jeunes, la gestion et l'utilisation durable des ressources naturelles, et la connectivité entre les pays et les parlements lors de l’élaboration des politiques en matière de lutte contre les changements climatiques.

Partageant le point de vue de la responsable vietnamienne, plusieurs autres représentants à la session plénière de l’UIP-141 ont également souligné l’importance du droit international tout en condamnant les violations et leur mépris, affirmant que ces actions sont préjudiciables à la coopération en matière de paix, de sécurité et de développement.

Ils ont souligné les tâches et le rôle de l'UIP dans le contrôle et le maintien du droit international, en demandant à l'Union de mettre en place des mécanismes et des solutions durables garantissant le strict respect du droit international, en particulier de la Charte des Nations Unies, des Conventions internationales sur les droits de l'homme, et du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires et du terrorisme, parce que c’est le seul outil juridique permettant de résoudre les conflits et les différends.

NDEL