Conseil de Sécurité des Nations Unies

Le Vietnam copréside le débat sur la protection de l'environnement dans les conflits armés

Mardi, 02 juin 2020 à 17:05:23
 Font Size:     |        Print
 

L'ambassadeur Dang Dinh Quy, chef de la Mission permanente du Vietnam auprès des Nations unies. Photo : VNA.

Nhân Dân en ligne - La Mission permanente du Vietnam auprès des Nations Unies (ONU), celle de la Suisse, le Bureau de Coordination des affaires humanitaires de l’ONU, le Programme de l’ONU pour l'environnement et l’organisation PAX, ont organisé le 29 mai un débat en ligne sur la protection de l'environnement dans les conflits armés.

Il s’agit d’une des activités faisant écho à la Semaine des Nations Unies pour la protection des civils dans les conflits armés 2020.

L’événement a attiré la participation de représentants des pays membres de l’ONU, du Conseil de sécurité de l’ONU, des organisations sur l’humanité et sur la protection de l’environnement.

Prenant la parole lors du débat, l’ambassadeur Jurg Lauber, chef de la Mission permanente de la Suisse auprès de l'ONU, a déclaré que la relation entre l'environnement et les conflits armés était largement reconnue et que les ressources naturelles étaient l'une des causes profondes des conflits. Il a aussi souligné que l'environnement et l’écosystème détruits lors des conflits avaient un impact négatif sur la vie, le moyen de subsistance et la santé des populations.

Vanessa Murphy, experte juridique du Comité international de la Croix-Rouge, a rappelé que le droit international humanitaire interdisait l'utilisation de l'environnement comme moyen de guerre entraînant des dommages environnementaux à long terme, graves et généralisés. Limiter l'impact des conflits armés sur l’environnement et les infrastructures revêt une signification importante pour la survie des habitants.

À cette occasion, les délégués ont souligné la nécessité de poursuivre les discussions au sein des mécanismes du Conseil de sécurité des Nations Unies et de l’ONU sur la protection de l'environnement dans les conflits armés car il existe un lien étroit entre la protection de l'environnement, la protection des civils et les objectifs de développement.

Ils ont convenu que la pandémie de Covid-19 avait des effets négatifs sur le système de santé et la santé des personnes, ainsi que la réduction des ressources nationales pour les problèmes liés à l'environnement. Cependant, cela donne aux dirigeants l'occasion d'examiner et d'accorder plus d'attention aux questions de sécurité et de paix.

L'ambassadeur Dang Dinh Quy, chef de la Mission permanente du Vietnam auprès de l’ONU, a affirmé que la protection de l'environnement dans les conflits armés était un besoin crucial et une responsabilité commune de la communauté internationale.

Il a appelé les États à accorder l’attention à la restauration de l'environnement après les conflits pour aider les civils à stabiliser rapidement leur vie et à maintenir une paix durable.

Le diplomate a aussi partagé que l'agent orange/dioxine avait provoqué de graves conséquences sur la population et l'environnement du Vietnam, en indiquant que plus de 3 millions de Vietnamiens étaient victimes de la dioxine et des centaines de milliers d'hectares de terres sont contaminés par ce produit chimique.

Pendant ce temps, le règlement des conséquences de la dioxine nécessite d'énormes ressources et du temps, a-t-il ajouté.

L’ambassadeur Dang Dinh Quy a profité de cette occasion pour remercier les États membres de l'ONU, les organisations et la communauté internationale d'avoir soutenu le Vietnam dans la détoxication de la dioxine et l’assistance à des victimes de la dioxine.

NDEL