Étudiants vietnamiens en Europe : « La sécurité, c’est de rester chez soi »

Samedi, 28 mars 2020 à 22:41:57
 Font Size:     |        Print
 

Linh Chi, étudiante vietnamienne en France dans la rue de Paris en février. Photo: baoquocte.vn

Nhân Dân en ligne – Dans le contexte où les pays européens sont fortement touchés par l'épidémie de Covid-19, les étudiants vietnamiens doivent trouver un moyen de « cohabiter avec le fléau », d'améliorer leur santé et, surtout, de ne pas paniquer, d'assurer leur sécurité en s’isolant de la société ...

Vivre dans le nouvel épicentre de la pandémie du monde inquiète les familles des étudiants vietnamiens souhaitant que leurs enfants rentrent chez eux, puisque la lutte contre la pandémie de Covid-19 est très bien organisée et efficace.

« Au début, quand j'ai vu mes amis rentrer au Vietnam, j'étais un peu hésitante, parce que ma famille me manque et m’a conseillé de rentrer au Vietnam. Cependant, vu le grand nombre de Vietnamiens qui sont bloqués dans les aéroports et ne sont pas autorisés à se rendre dans certaines zones en raison de la quarantaine ... j’ai aperçu que le retour chez soi était si difficile et j’avais de la compassion pour eux », a confié Linh Chi.

D’après elle, on aura probablement plus de risque d'infection au Covid-19 lors de son déplacement, sans compter que l'aéroport surpeuplé peut aussi être un foyer de contamination majeur.

Son ami allant de l’aéroport à la zone d’isolement au Vietnam s'est assis à côté d'un passager. Après quelques jours, il a présenté des signes de toux, de fièvre, d'essoufflement, bien qu'il ait des résultats de test négatifs, mais de tels voyages seraient extrêmement dangereux et plus inquiétants, a-t-elle raconté.

Elle souhaite alors envoyer un message à la communauté vietnamienne en Europe en particulier, ainsi qu'au monde en général, que si vous n’êtes avez pas vraiment obligés de rentrer, ne vous inquiétez pas de rester, ce qui permet à la fois de vous protéger et de protéger des gens autour de vous.

Actuellement, la majorité des nouveaux cas d’infections au Vietnam sont des personnes en provenance d'Europe, ce qui crée beaucoup de pression et de difficulté pour l'État et la famille, a-t-elle déclaré.

* Des étudiants vietnamiens en Allemagne et aux États-Unis mènent beaucoup d’activités significatives contre le Covid-19

La rédaction des rapports sur le Covid-19 publiés dans des revues internationales, la volonté de contribution à l'hébergement, l’appel à des amis pour soutenir le fonds de prévention de l’épidémie, ect. sont des activités menées par des étudiants vietnamiens en Allemagne et aux États-Unis après leur retour au Vietnam. Hormis cela, ils se sont conformés à l'isolement pour contribuer aux efforts de l’ensemble du pays pour vaincre la pandémie.

L'’étudiant vietnamien en Allemagne, Huynh Luu Duc Toan pendant la mise en quarantaine à Khanh Hoa. Photo : baoquocte.vn

Pendant la mise en quarantaine à Khanh Hoa, l’étudiant vietnamien en Allemagne, Huynh Luu Duc Toan, a publié un rapport scientifique dans la revue internationale Economics Bulletin, une prestigieuse revue scientifique fondée en 2001. Son rapport est intitulé « La prise de conscience des risques du Covid-19, sondage socio-économique et de médias », a fait savoir Huynh Luu Duc Toan, doctorant et assistant de recherche au Département des finances comportementales de l’Université de gestion WHU-Otto Beisheim en Allemagne.

Sa recherche évalue l'impact des facteurs socio-économiques et l'utilisation des réseaux sociaux sur la perception des Vietnamiens des risques de COVID-19.

Sens de responsabilités envers la Patrie

Récemment, Nguyên Thuy Duong, étudiante poursuivant ses études à l'Université Soka aux États-Unis a appelé ses amis et les expatriés retournés chez eux à payer volontairement les frais d’hébergement pendant les 14 jours de quarantaine. Elle est retournée le 20 mars au Vietnam et a été mise en quarantaine avec les soins et l'amour de tous les médecins, du personnel médical et des militaires en mission de quarantaine.

Nguyên Thuy Duong, étudiante poursuivant ses études à l'Université Soka aux États-Unis. Photo : baoquocte.vn

« Comme nous savons que pour fournir de la nourriture et des installations de quarantaine, l'État a dû dépenser beaucoup d'argent. Mes amis de la même salle d’isolement et moi souhaitent payer la nourriture et le logement des 14 jours d'isolement pour partager le fardeau pendant cette période difficile du pays. Elle a également appelé les étudiants et les Vietnamiens résidant à l’étranger à soutenir volontairement l'État », a t-t-elle partagé.

Pour apporter des contributions, veuillez envoyer un message « CV n » à 1407 ou faire le virement sur le compte du Front de la Patrie du Vietnam, a-t-elle suggéré.

NDEL