Un homme se consacre à la production de l’ancien thé Shan Tuyêt

Dimanche, 11 août 2019 à 22:33:00
 Font Size:     |        Print
 

Vang A Khua vérifie toujours le goût et la qualité de thé avant qu'ils ne soient classés et emballés. Photo : Trân Trung Hiêu/NDEL.

Nhân Dân en ligne - Vang A Khua, un jeune homme issu de l’ethnie minoritaire Mông du village de Moi, dans la commune de Suôi Giang, district de Van Chân, province septentrionale de Yên Bai, est né d'une famille de six générations de producteurs de l'ancien thé Shan Tuyêt à l'aide de méthodes manuelles traditionnelles.

La commune de Suôi Giang est perchée à une altitude de près de 1 400 m. Son climat est plutôt frais. C’est à Suôi Giang qu’on trouve des forêts de grands théiers centenaires. Certains théiers ont même plus de 300 ans et c’est précisément à cet endroit que l’on trouve l’un des six théiers les plus anciens du monde.

Le thé Shan Tuyêt est remarquablement « propre » parce qu’il pousse naturellement. Ce sont uniquement les bourgeons que l’on récolte pour la fabrication du thé. Ils sont recouverts de duvets fins faisant penser à la neige, d’où son nom « Shan Tuyêt » qui signifie « neige » en vietnamien.

Fort de son désir de préserver et de promouvoir les valeurs traditionnelles et les secrets de ses ancêtres, Vang A Khua a décidé de créer sa propre marque de thé Shan Tuyêt, avec des goûts uniques, contribuant ainsi à accroître les revenus de sa famille et à favoriser le développement du commerce et du tourisme local.

Les proches de Vang A Khua récoltent des bourgeons de thé sur des théiers centenaires. Photo : Trân Trung Hiêu.

Vang A Khua et sa femme mettent des bourgeons de thé dans une casserole et les font griller sur un poêle à bois. Photo : Trân Trung Hiêu.

Après la cueillette, les bourgeons de thé suivent un processus très strict. Ils sont rigoureusement sélectionnés afin d’être triés et débarrassés des parasites.

Une fois triés, les bourgeons sont cuits dans une grande poêle selon différentes températures en fonction de leurs tailles. Ce sont les Mongs qui, grâce à leur savoir-faire, déterminent à quelle température correspond quels bourgeons en posant leurs mains nues au-dessous des poêles. Le thé doit être cuit au feu de bois afin qu’il puisse développer tous ses arômes.

Après avoir été grillés, les bourgeons de thé sont froissés plusieurs fois à la main. Photo : Trân Trung Hiêu.

Les producteurs sont si habiles de leurs mains qu’ils arrivent à remuer les feuilles de thé de façon homogène sans les détériorer. Ainsi, le thé conserve ses huiles essentielles et sa couleur « neige ».

Une parfaite tasse de thé Shan Tuyêt offre une couleur magnifique jaune qui rappelle le miel. Son arôme moelleux et sa délicieuse pointe d’amertume en font un thé exceptionnel en tous points capable de révéler toutes les saveurs des montagnes.

La dernière étape est l’emballage et l’étiquetage. Photo : Trân Trung Hiêu.

Les autorités locales ont chargé la famille de Vang A Khua de protéger, soigner et récolter le théier ancêtre de plus de 300 ans, qui est reconnu « Arbre patrimonial du Vietnam ». Photo : Trân Trung Hiêu.

Ce sont des photos participant au concours de photo « Ve dep Viêt Nam » (Le charme du Vietnam), lancé par le Journal Nhân Dân (Le Peuple).

NDEL