Les femmes vietnamiennes vues à travers la lentille d’un photographe français

Lundi, 17 juin 2019 à 10:06:02
 Font Size:     |        Print
 

Les femmes vietnamiennes vues à travers la lentille d’un photographe français.

Nhân Dân en ligne - Il y a tant de choses à découvrir au Vietnam : de bons plats, de beaux paysages et surtout des gens accueillants. Pour le photographe français Réhahn, ce qui l’intéresse le plus est la diversité ethnique et linguistique du Vietnam. C’est pourquoi, il a décidé de travailler sur un projet ambitieux consistant à photographier des membres des 54 groupes ethniques reconnus du Vietnam.

Publiée récemment par la BBC sous le titre « The many faces of Vietnam » (Les nombreux visages du Vietnam), la collection de photos de Réhahn offre un regard différent de la culture et de la vie vietnamiennes.

Originaire de Bayeux en Normandie, en France, Réhahn a parcouru 35 pays avant de s’installer à Hôi An au Vietnam en 2011. Depuis huit ans, il travaille sur Precious Heritage (précieux héritage), un projet ambitieux destiné à photographier des membres appartenant aux 54 groupes ethniques reconnus du Vietnam. Pour ce faire, il se rend dans les villages, noue des liens très forts avec les habitants et les prend ensuite en photo.

Le photographe de voyage Réhahn (à gauche).

« Après être devenu père, j’ai commencé à réfléchir profondément au mot « héritage », a déclaré le photographe de voyage Réhahn. « Comme tous les parents, je me suis demandé ce que mes enfants apprendraient de moi, ce que je pourrais leur transmettre. »

« Avant de venir au Vietnam, je ne pouvais pas imaginer un pays où tant de langues, de traditions et d’identités culturelles distinctes pourraient coexister », a dit Réhahn, exprimant sa volonté de se documenter sur les 54 groupes ethniques reconnus, mais également de nombreux autres sous-groupes ethniques du Vietnam. Jusqu’à présent, ses travaux ne sont que partiellement achevés et il a fait savoir qu’il continuerait à actualiser les portraits, à collecter des objets et des costumes, et à maintenir ses relations et ses engagements avec les personnes qu’il avait rencontrées au cours des huit dernières années.

Ces huit dernières années, Réhahn a visité plusieurs régions vietnamiennes. Il a rencontré des personnes de différentes cultures qui ont regretté que leurs enfants n'apprennent plus leurs langues ancestrales ni leur artisanat. « Les langues non écrites ne peuvent pas survivre si personne ne les parle. Les chansons qui ne sont pas chantées sont finalement oubliées. » Réhahn a en effet décidé d'essayer de préserver une partie du précieux patrimoine des ethnies vietnamiennes, d’où la naissance de ce projet.

Voici quelques photos préférées de Réhahn publiées par la BBC

C’est An Phuoc, une petite fille de l’ethnie Cham aux yeux bleus. Elle avait sept ans quand Réhahn l’a rencontrée pour la première fois. Grâce à ses photos, An Phuoc est devenue l'un des visages les plus reconnaissables du Vietnam au cours des dernières années. Le photographe français est revenu plusieurs fois rendre visite à An Phuoc, à sa sœur et à sa famille. Il finance l'éducation des deux sœurs afin qu'elles puissent bénéficier de toutes les opportunités de vie qu'elles méritent.

Vi Thi Inh du groupe ethnique de Xinh-Mun dans le nord du Vietnam est née en 1916. À 103 ans, elle s’occupe de faire la cuisine pour elle-même et son petit-fils.

Réhahn a visité les Hmong Noir à Sapa au nord du Vietnam au moins 10 fois depuis 2012. Il s’agit d’un sous-groupe des Hmong dont est originaire la femme de cette photo, Lô Thi Si. Réhahn est particulièrement impressionné par les compétences en textiles des femmes H’Mông. Les filles H'Mông apprennent à confectionner leurs costumes à partir de sept ans. Le tissu est fabriqué à partir de chanvre, puis teint avec de l'indigo.

L’ethnie Lao est à l’origine du Laos et continue de parler la langue laotienne. Sur cette photo, c’est Lo Thi Banh, âgée de 95 ans, qui est l'un des modèles préférés de Réhahn. Comme les autres femmes de sa génération, elle porte de petites boucles d'oreilles en argent.

Les Pà Thẻn habitent dans la province septentrionale de Tuyên Quang. Les enfants de Pà Thẻn sont tenus de porter leurs costumes traditionnels à l’école tous les lundis afin de préserver leurs traditions culturelles. Loin d’être une corvée, Xin Thi Huong, la fillette de huit ans sur cette photo, était ravie de mettre sa tenue.

Les K’Ho (ou Co Ho) sont originaires de la province de Lâm Dông, dans les hauts plateaux du Centre du Vietnam. Cette photo est celle d’une femme nommée K’Long K’Ê. Lors de la prise de cette photo, elle était âgée de 101 ans et avait 11 enfants et 165 petits-enfants et arrière-petits-enfants. Après son décès, sa famille a donné à Réhahn sa couverture artisanale afin qu'elle soit conservée dans le musée Precious Heritage à Hôi An, à côté de son portrait.

Lò Vân Báu, de l'ethnie Lự de la province de Lai Châu, à l'extrême nord du Vietnam, a été surprise lorsque Réhahn a demandé à la photographier. « Pourquoi n'êtes-vous pas venu alors que j'étais encore jeune et belle ? », lui a-t-elle demandé. Ces mots font partie de ce qui l'a inspiré pour commencer sa série de photographies axée sur les personnes âgées au Vietnam.

La femme sur cette photo est Ly Lo May de l’ethnie Dao Rouge. Ce qui impressionne Réhahn est les compétences en textiles des Dao Rouge.

C’est Pu Lo Ma, âgée de 89 ans, et sa fille de 60 ans de l'ethnie Hà Nhì Noir. Réhahn a été impressionné par la complexité des costumes des Hà Nhì Noir qui peuvent prendre jusqu’à six mois pour la fabrication, y compris les superbes grandes tresses faites avec de vrais cheveux.

NDEL/Photo: Réhahn
(Toquoc.vn)