Attentes et défis du nouveau Premier ministre britannique

Samedi, 27 juillet 2019 à 16:07:32
 Font Size:     |        Print
 

Le nouveau Premier ministre britannique, Boris Johnson. Photo : Reuters.

Nhân Dân en ligne - L'ancien ministre des Affaires étrangères, Boris Johnson, est devenu le chef du Parti conservateur au pouvoir et le nouveau Premier ministre du Royaume-Uni. Avec une forte personnalité, Johnson devrait sortir de l'impasse actuelle du Brexit. Cependant, dans le contexte des divisions profondes au Royaume-Uni, des défis de taille attendent le nouveau chef du Gouvernement.

Le 23 juillet, Boris Johnson a été annoncé vainqueur de la course à Downing street. Elu avec deux tiers des suffrages, il est devenu le chef du parti conservateur et ainsi le nouveau Premier ministre britannique. Dans son allocution après la publication des résultats du vote, B. Johnson a déclaré qu'il poursuivrait le plan du Brexit et s'est engagé à mettre fin au dilemme du Brexit d'ici le 31 octobre. Il formera également un nouveau gouvernement dans les prochains jours. B. Johnson a toujours persévéré dans sa position en faveur du Brexit en tant que ministre des Affaires étrangères du Royaume-Uni (2016-2018). Au cours de sa dernière campagne électorale, il a toujours maintenu l'esprit du Brexit en soulignant « le Brexit ou la mort (« do or die ») ». Par conséquent, l’élection d’un homme politique, partisan farouche du Brexit, en tant que nouveau dirigeant du Royaume-Uni pourrait donner un nouveau souffle à la faction favorable au Brexit, et certains s’attendent à ce que la solide position de B. Johnson contribue à sortir de l’impasse actuelle.

En dépit de grandes attentes, l’ex-maire de Londres devrait également faire face à de nombreuses difficultés en prenant les rênes du Royaume-Uni pour le moment. Le défi urgent pour le nouveau Premier ministre britannique est de réconcilier le Royaume-Uni, profondément divisé sur la question du Brexit au cours des dernières années. Dans son discours de victoire, B. Johnson s'est engagé à aider le Royaume-Uni à se réunir et à se tourner vers l'avenir, tout en affirmant qu'il tirerait pleinement parti de toutes les opportunités offertes par le Brexit. Cependant, la réconciliation des factions actuelles au Royaume-Uni semble être une « mission impossible », car les factions pour et contre le Brexit sont toujours « à égalité ». Juste avant l’annonce des résultats des élections par le parti conservateur, le ministre britannique des Finances, Philip Hammond, a annoncé sa démission, déclarant qu’il n’accepterait jamais la stratégie de Johnson concernant le Brexit. Entre-temps, Jo Swinson, cheffe du parti d’opposition libéral-démocrate, a annoncé qu'elle ferait tout pour empêcher le Brexit.

En ce qui concerne le dossier du Brexit, le nouveau chef du Royaume-Uni fait face également à la position « inébranlable » des dirigeants de l'Union européenne (UE). Les récentes déclarations de hauts responsables de l'UE montrent qu'ils ne seront pas ouverts à la renégociation des termes du Brexit, définis dans un accord de retrait déjà conclu avec le gouvernement britannique l'année dernière. Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a souligné que la position de l'UE restait inchangée, même si « certaines décisions relatives au personnel à Londres » pourraient affecter le processus du Brexit. Il a ajouté que les 27 pays membres de l'UE restants étaient convenus qu'il n'y aurait aucun changement dans l'accord sur le Brexit conclu entre les deux parties en novembre 2018.

Dans le même temps, le nouveau Premier ministre britannique doit relever un autre défi majeur : relancer l'économie nationale, qui opérait sous le « nuage noir » du Brexit au cours des dernières années. Le 22 juillet, l'Institut national de recherche économique et sociale (NIESR) a déclaré que l'économie britannique était peut-être déjà en récession et était « vulnérable » alors qu'elle se dirigeait vers l'échéance du Brexit fixée au 31 octobre, avec un taux de récession de 25%.

Avec les grands défis mentionnés ci-dessus, malgré les nombreuses attentes vis-à-vis du Premier ministre britannique nouvellement élu, peu de gens croient qu'il va bientôt remédier à la situation difficile qui règne actuellement au Royaume-Uni. C’est aussi la raison pour laquelle les médias britanniques parlent de manière prudente de l’avenir de Johnson. Le Financial Times a déclaré que rarement un dirigeant britannique en temps de paix avait été confronté à de nombreuses situations redoutables, comme l’était B. Johnson, lorsqu’il a pris ses fonctions. Les prochaines étapes du nouveau Premier ministre britannique affecteront sans aucun doute le destin des générations futures du Royaume-Uni et la « santé » actuelle de l’une des principales économies européennes. Cependant, de nombreux analystes ont encore exprimé leur conviction que Johnson contribuerait à sortir le processus du Brexit de l'impasse actuelle.

NDEL/JOURNAL NHÂN DÂN