Le Vietnam appelle la communauté internationale à fournir une assistance humanitaire à la Syrie

Mardi, 30 juin 2020 à 13:43:08
 Font Size:     |        Print
 

Photo : VNA.

Nhân Dân en ligne – Le Conseil de sécurité des Nations unies a tenu, le 29 juin, une réunion mensuelle en ligne sur la situation humanitaire en Syrie. Lors de la réunion, le Vietnam a appelé la communauté internationale à continuer de fournir une assistance humanitaire à la Syrie, en soulignant la nécessité d’atteindre un consensus dans la question d’assistance humanitaire.

Présentant son rapport au Conseil de sécurité, le Secrétaire général adjoint de l’ONU pour les affaires humanitaires, Mark Lowcock, a déclaré que la Syrie comptait actuellement 256 cas de COVID-19, dont 9 morts. Le responsable onusien a dit que malgré la faiblesse de ce nombre, il était nécessaire d’être vigilant à propos de la propagation de cette épidémie dans la communauté, en raison de la capacité limitée de test et de la faible résistance du système de soin sanitaire syrien à grande échelle.

Le Secrétaire général adjoint de l’ONU a également exprimé sa préoccupation quant à l’impact de la crise économique actuelle sur le peuple syrien lorsque la livre syrienne s’est dépréciée, au cours des 6 derniers mois, plus qu’au moment des 9 premières années de la crise. Selon les estimations du Programme alimentaire mondial, le prix des marchandises en Syrie est en hausse de 200% par rapport à l’année précédente et 9,3 millions de personnes sont dans un état d’insécurité alimentaire.

Le Secrétaire général adjoint des Nations Unies a également déclaré que l’ONU et ses partenaires faisaient de leur mieux dans les activités humanitaires et soutenaient la Syrie pour faire face à la pandémie de COVID-19. En particulier dans la région du Nord-Ouest, 70% de la population a besoin d’une assistance humanitaire. Dans la région du Nord-Est, il y a une grave pénurie de produits médicaux après que le passage de la frontière d’aide à Al Yarubiyah à la frontière irakienne n’a pas été prolongé par le Conseil de sécurité en janvier 2020.

Mark Lowcock a également mentionné la recommandation du Secrétaire général de l’ONU de continuer à étendre le mécanisme d’aide transfrontalière pour soutenir les régions du Nord-Ouest et du Nord-Est de la Syrie.

S’exprimant lors de la réunion, l’ambassadeur Dang Dinh Quy, chef de la Mission vietnamienne auprès de l’ONU, a fait part de ses préoccupations aux États membres du Conseil de sécurité des Nations Unies concernant la situation humanitaire en Syrie et exhorté la Syrie, l’ONU et ses partenaires de continuer de renforcer la coopération pour acheminer des secours à la population. Le diplomate vietnamien a affirmé que la solution à long terme pour échapper à la crise actuelle consistait à promouvoir une solution politique globale à la question syrienne, fondée sur le respect du droit international et de la Charte des Nations Unies.

La question de l’extension du mécanisme d’aide transfrontière à la Syrie est actuellement l’une des questions les plus discutées au sein du Conseil de sécurité. Ce mécanisme expirera le 10 juillet 2020 et fait l’objet actuellement des échanges internes entre les membres du Conseil de sécurité sur la possibilité de l’extension.

En décembre 2019, en raison de divergences d’opinion, les deux projets de résolution des pays en charge des problèmes humanitaires de la Syrie au Conseil de sécurité, dont l’Allemagne, la Belgique, le Koweït et la Russie, n’ont pas été approuvés. Le Conseil de sécurité est finalement parvenu à un accord pour proroger le passage des porte-frontières de Bab al-Salam et Bab al-Hawa entre la Syrie et la Turquie dans un délai de 6 mois le 10 janvier 2020, au moment où le Vietnam assumait la présidence en rotation du Conseil de sécurité.

Chaque mois, le Conseil de sécurité se réunit pour discuter de la situation en Syrie, y compris le processus politique, la situation humanitaire et la question des armes chimiques. Les troubles et les conflits en Syrie sont maintenant passés à la 10e année, créant l’une des graves crises humanitaires avec des centaines de milliers de victimes et des millions de personnes perdant leur lieu de résidence et d’asile.

NDEL