ASEAN : la solidarité régionale est la clé d'une réponse efficace à la pandémie de COVID-19

Dimanche, 31 mai 2020 à 21:41:52
 Font Size:     |        Print
 

Le Premier ministre vietnamien Nguyên Xuân Phuc lors du Sommet de l’ASEAN 3 sur la réponse au COVID -19. Photo : VNA

Nhân Dân en ligne - La solidarité régionale est la clé pour que les pays de l’ASEAN puissent répondre efficacement à la pandémie de COVID-19, ont estimé le directeur exécutif du Centre d’étude de l’Asie du Sud-Est (CSEAS), le docteur Nehginpao, et l’assistant de recherche du centre, Aakriti Bansal, dans une analyse récemment publiée dans le Bangkok Post.

Selon l’article, l’expansion du nouveau coronavirus a provoqué une menace importante pour l’ASEAN. Cela a été expliqué par la proximité géographique des pays de la région et de la Chine et par des flux commerciaux importants entre les parties.

L'ASEAN n'a jamais connu une crise telle que l’épidémie de COVID-19. Au 20 mai dernier, le bloc a compté plus de 72 590 cas d’infection.

À cause de l’ampleur de l’épidémie, l’ASEAN a dû réagir vigoureusement en renforçant la solidarité au sein du bloc et en se tenant côte à côte dans la lutte contre le Covid-19.

Presque tous les pays membres de l'ASEAN sont confrontés à la troisième phase de la pandémie, celle de la propagation du coronavirus dans la communauté. Singapour est devenu l’un des pays les plus touchés, avec 29 364 cas d’infection, dont 22 décès, suivi par l’Indonésie avec 19 189 cas en date du 20 mai dernier.

Les autres pays membres de l’ASEAN ont enregistré relativement moins de cas d’infection par rapport aux pays occidentaux.

Pourtant, en se basant sur la situation réelle et les données, il est prévu des milliers de cas d’infection au sein de l’ASEAN dans un avenir proche, ce qui affecterait négativement l’économie régionale.

Bien que les ministres des Affaires étrangères de l'ASEAN aient discuté de la création d’un fonds régional de réponse au COVID-19, cela n’est pas encore suffisant. Les gouvernements des pays membres devraient être plus vigilants et mettre en œuvre des politiques de réduction des coûts pour lutter contre la pandémie. Une fois que ces pays parviendront à maîtriser l’épidémie, ils commenceront à aider les autres membres du bloc.

Lors du Sommet spécial ASEAN+3, tenu le 14 avril dernier, réunissant les 10 pays membres, la Chine, le Japon et la République de Corée, les ministres ont pris des mesures contre la pandémie, telle que la création du Fonds de l’ASEAN de réponse au COVID-19, et des moyens et stratégies afin de diminuer les impacts négatifs causés par la crise mondiale.

Le Vietnam a accordé ses aides sous forme d’octroi de matériel médical, de masques, et de kits de test d’une valeur de 304 000 dollars au Laos et au Cambodge.

Le modèle de lutte contre le COVID-19 choisi par le Vietnam, un modèle à bas coût, mais efficace, a attiré l’attention internationale. C’est un exemple non seulement pour les autres pays membres de l’ASEAN, mais également pour les autres pays du monde.

Toujours selon l’article, l’ASEAN doit répondre collectivement et proactivement par une coordination efficace, l’exclusivité, le partage d’informations et l’élaboration de politiques, et développer des modèles efficaces tels que la production de kits de test moins chers.

NDEL