Passer du passif à l’actif dans la gestion des problèmes environnementaux

Jeudi, 11 février 2021 à 13:41:18
 Font Size:     |        Print
 

Le Mékong est un fleuve d'Asie du Sud-Est long de 4.800 km. Photo : VNA.

Nhân Dân en ligne - Le secteur des ressources naturelles et de l'environnement a progressivement surmonté les défis et difficultés, passant du passif à l’actif dans la gestion des problèmes environnementaux.

Au cours de ces dernières années, le secteur des ressources naturelles et de l'environnement a été confronté à de grands défis en raison de modèles de développement non durables et des changements climatiques qui ont causé des intempéries dévastatrices au Vietnam. Toutefois, le secteur a progressivement surmonté les défis et difficultés, passant du passif à l’actif dans la gestion des problèmes environnementaux.

Lors d’une interview accordée à la presse sur les réalisations de son secteur en 2020 et sur les orientations futures, le ministre des Ressources naturelles et de l'Environnement, Tran Hong Ha, a indiqué que de nombreuses propositions avaient été soumises au Parti, au gouvernement et à l’Assemblée nationale pour remédier à des faiblesses dans la gestion des ressources naturelles.

De nombreuses politiques ont été prises, notamment la loi sur la protection de l’environnement de 2020, a-t-il indiqué.

En 2020, dans un contexte de rentrées budgétaires difficiles, les recettes foncières ont atteint 133% de l’objectif fixé. La gestion et l’utilisation des ressources en eau se sont améliorées pour une meilleure durabilité, en garantissant la sécurité et la sûreté.

Le ministre a par ailleurs souligné l’importance des informations transparentes afin que les habitants puissent participer au processus de contrôle et de surveillance de l'environnement lors de la mise en œuvre des projets. En outre, il est nécessaire que les ministères, les autres organes compétents et les localités et, plus généralement, les pays, aient une coordination plus forte dans la résolution d’un problème environnemental.

Le ministère des Ressources naturelles et de l'Environnement élabore un projet spécifique pour mettre en œuvre le programme sur la «Plantation d'un milliard d'arbres», a annoncé Tran Hong Ha.

Il est temps de changer l'attitude des individus envers la nature. Le ministère des Ressources naturelles et de l'Environnement envisagera de multiples façons de mettre en œuvre cette idée, de sorte que la plantation d'arbres ne soit pas seulement un chiffre précis, mais contribue à restaurer la nature en termes d'écologie, à conserver la biodiversité, a-t-il souligné.

En fonction des différentes conditions naturelles des localités, il y aura différentes plantations d'arbres, a-t-il précisé.

Le ministre a affirmé que l'économie vietnamienne devait passer d'une «économie brune» à une «économie verte», de l'utilisation de combustibles fossiles à des combustibles écologiques, conservant des espaces verts pour les gens.

L'économie numérique est à la fois le moteur et la solution du développement futur. Le développement de l'économie numérique et de la société numérique, ainsi que l'application des progrès scientifiques au développement national, contribuent à réduire les pressions environnementales, à créer des emplois et une grande valeur pour rétablir l’environnement et les forêts, a-t-il indiqué.

Concernant les objectifs pour 2021, le ministre a partagé que son secteur s'efforcerait de sorte que 90% des déchets solides urbains soient collectés et traités conformément aux normes ; 92% des parcs industriels et zones franches d'exportation en activité disposent de systèmes centralisés de traitement des eaux usées ; 100% des établissements à l'origine de graves pollutions environnementales soient sanctionnés ; les ressources naturelles soient utilisées de manière raisonnable, efficace et durable, contribuant à hauteur de 11% des recettes budgétaires nationales.

VNA/NDEL

  Partager cet article

AUTRES ACTUS: