Le WWF appelle à mettre fin pour toujours au commerce d’animaux sauvages

Jeudi, 19 mars 2020 à 09:39:57
 Font Size:     |        Print
 

Photo d'illustration : NDEL

Nhân Dân en ligne - Le Fonds mondial pour la nature (WWF) a récemment appelé à fermer les marchés où sont vendus des animaux sauvages interdits, notamment en Asie et dans le delta du Mékong.

Le docteur Van Ngoc Thinh, directeur national du WWF au Vietnam, a déclaré que face à la situation complexe de l’épidémie d’infection respiratoire aiguë causée par le coronavirus (COVID-19), le gouvernement chinois avait récemment annoncé une interdiction du commerce d’animaux sauvages, interdisant pour une période indéterminée l’élevage, le transport ou la vente de toutes les espèces animales sauvages. Le Vietnam devrait mener des actions similaires afin de contribuer aux efforts mondiaux dans la lutte contre l’épidémie, a-t-il souligné.

Le commerce illégal d’animaux sauvages a des impacts négatifs sur le monde animal et la diversité biologique dans le monde entier. Selon plusieurs études, un tel commerce d’espèces sauvages met en danger la santé des humains, comme nous pouvons le voir aujourd’hui.

Le commerce illégal d’animaux sauvages morts ou vivants est très populaire dans plusieurs pays asiatiques, notamment dans le delta du Mékong, y compris la région appelée le « Triangle d’or » à la frontière des montagnes accidentées entre la Thaïlande, le Laos et le Myanmar, très près de la frontière chinoise.

Selon le WWF, ce commerce illégal met en évidence le risque non seulement pour l’ensemble des animaux sauvages, mais aussi pour la santé humaine car les animaux ne sont pas mis en quarantaine. Il implique donc des risques incommensurables pour la communauté et l’économie au niveau national et international.

L’épidémie de coronavirus est devenue de plus en plus compliqué. Tous les pays devraient donc conjuguer leurs efforts pour enrayer la récente épidémie et sensibiliser les gens sur les risques virtuels du commerce illégal d’animaux sauvages pour la santé humaine.

Actuellement, un animal peut héberger un virus sans être malade et le transmettre à l’homme. Ce virus a la capacité de muter et de vivre sur un hôte intermédiaire, notamment les mammifères.

Le WWF se coordonnera étroitement avec les gouvernements des pays d’Asie-Pacifique pour lutter contre l’épidémie. Selon celui-ci, il est nécessaire de renforcer les systèmes juridiques nationaux et internationaux et d’encourager la participation de la santé publique afin de mettre fin au commerce illégal d’animaux sauvages. La fermeture définitive des marchés où sont vendus les animaux sauvages interdits est considérée comme une mesure adéquate pour ce moment.

NDEL