HSBC : les perspectives économiques du Vietnam restent positives malgré la résurgence du COVID-19

Lundi, 03 août 2020 à 22:34:31
 Font Size:     |        Print
 

Photo d'illustration : Cafebiz.

Nhân Dân en ligne - Selon la banque HSBC, bien que le Vietnam connaisse, à son tour, une résurgence du COVID-19, ses perspectives économiques restent positives et le pays continuera à gagner des parts de marché sur les marchés étrangers, étant donné que la situation est pire dans de nombreuses autres régions du monde.

Dans son dernier rapport, HSBC a déclaré que les investissements directs étrangers (IDE), principal moteur de la croissance du Vietnam, devraient s’intensifier. Cela s’explique par la participation du Vietnam à de nombreux accords de libre-échange (ALE), son attractivité pour les entreprises étrangères en termes de politique, sa lutte efficace contre le COVID-19 et les tensions commerciales croissantes entre les États-Unis et la Chine qui devraient accélérer le processus de restructuration des chaînes d’approvisionnement des entreprises.

Le Vietnam a récemment ratifié son ALE avec l’UE qui devrait réduire les droits de douane à 0 % sur 71 % de ses marchandises dans un premier temps, puis 99 % d’ici sept ans. Cela devrait se révéler positif pour les exportateurs vietnamiens, dans des secteurs comme l’électronique et le textile.

La pandémie de COVID-19 et les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine ont poussé les entreprises à réfléchir à la nécessité de diversifier leurs chaînes d’approvisionnement. Par exemple, le Japon a récemment annoncé une première liste d’entreprises qu’il subventionnera pour délocaliser leur production de Chine au Japon ou en Asie du Sud-Est. Environ 30 entreprises japonaises prévoient de s’installer en Asie du Sud-Est. La moitié d’entre elles pourraient s’implanter au Vietnam pour produire des équipements médicaux, des semi-conducteurs, des composants téléphoniques, des climatiseurs et des modules d’alimentation.

Dans son rapport, HSBC a déclaré que les entreprises délocalisaient déjà leur production au Vietnam en raison de la baisse des coûts, des politiques fiscales favorables, des avantages géographiques, des infrastructures relativement meilleures et de la main-d’œuvre jeune et qualifiée. Tous ces facteurs ont conduit le Vietnam à augmenter sa part dans les exportations mondiales de 0,5 % en 2009 à 1,4 % en 2019. Les tensions commerciales et le COVID-19 n’ont fait qu’accélérer ce processus.

Selon HSBC, malgré la pandémie, la plupart des indicateurs économiques montrent des signes de normalisation.

L’économie se remet sur les rails. Le PIB du Vietnam au deuxième trimestre a augmenté de 0,4 % en glissement annuel malgré les impacts de COVID-19.

Les économistes de HSBC prévoient que le PIB du Vietnam augmentera de 3 % en 2020, ce qui en fera le seul pays de l’ASEAN à connaître une croissance positive cette année.

Le Vietnam a budgété près de 30 milliards de dollars d’investissements publics en 2020. Ce qui devrait permettre de stimuler la consommation intérieure et la croissance économique sur le long terme.

Le Vietnam a encore un grand déficit d’infrastructure, mais a beaucoup investi ces dernières années. Les projets de métro ferroviaire à Hanoi et à Hô Chi Minh-Ville comptent parmi ses principaux projets. HSBC a déclaré que l’augmentation de la connectivité des projets de métro pourrait aider à doper le développement dans le secteur immobilier.

Le gouvernement a récemment annoncé une nouvelle liste de 120 entreprises qui doivent être privatisées en 2020. Certaines grandes entreprises agricoles, forestières et touristiques figurent sur cette liste.

Le processus de privatisation des entreprises publiques devrait contribuer à renforcer le rôle du secteur privé au Vietnam et améliorer l’efficacité des entreprises, a déclaré HSBC.

Le Vietnam a modifié sa loi sur les valeurs mobilières pour offrir un environnement plus équitable aux investisseurs étrangers. Il a également proposé des projets d’amendements à la loi sur l’investissement et à la loi sur les sociétés, qui devraient contribuer à établir le cadre règlementaire pour augmenter les limites de la propriété étrangère.

NDEL

  Partager cet article