Post-Covid-19 : les flux d’IDE vers le Vietnam

Mercredi, 22 juillet 2020 à 18:34:08
 Font Size:     |        Print
 

Nhân Dân en ligne – Avec diverses bonnes réalisations dans le contrôle de la pandémie de COVID-19 et un environnement d’investissement de plus en plus amélioré, le Vietnam est considéré comme une destination pour attirer plus de capitaux d’investissement direct étranger (IDE) pour la période post-épidémique.

À ce moment, le Vietnam a bien contrôlé l’épidémie de Covid-19 et est hautement apprécié par la communauté internationale. Le Vietnam a même redémarré ses activités économiques plus rapidement que de nombreux autres pays dans le monde. Il s’agit d’un facteur affirmant que le Vietnam aura l’opportunité de rétablir plus rapidement l’économie et de recevoir les flux d’investissements actuels.

De nombreux experts économiques ont déclaré qu’avec l’amélioration de la situation de la lutte contre l’épidémie de COVID-19 au Vietnam, les investisseurs étrangers cibleraient sûrement davantage ce pays d’Asie du Sud-Est et réduiraient leurs investissements en Chine.

Selon les statistiques, parmi 67% des entreprises ayant l’intention de quitter la Chine, 42% souhaitent s’installer au Vietnam avec des projets d’investissement dans les technologies modernes et futures telles que la santé, l’intelligence artificielle, le robot, le big data (les données massives), la fintech (technologie financière), etc.

Récemment, l’Organisation japonaise de promotion du commerce (Jetro) a annoncé une liste de 30 entreprises de ce pays qui étaient soutenues par le gouvernement japonais pour transférer leurs activités de production de la Chine vers des pays d’Asie du Sud-Est comme le Vietnam, les Philippines, la Malaisie, la Thaïlande et le Laos. La moitié de cette liste sont des entreprises enregistrées pour s’installer au Vietnam, y compris des petites et moyennes entreprises (PME).

La plupart des entreprises subventionnées pour mettre en œuvre leur opération au Vietnam opèrent dans le domaine de la fabrication de matériel médical. En outre, il existe un certain nombre d’entreprises de fabrication liées aux semi-conducteurs, aux composants de téléphone, aux climatiseurs ou aux modules électriques, etc. Dans cette liste, le groupe de Hoya, fabriquant des composants de disque dur a décidé de délocaliser ses activités de production de la Chine au Vietnam et au Laos.

En outre, les grandes entreprises technologiques du monde prévoient de déplacer leur chaîne de production au Vietnam, par exemple l’installation des équipements de la société sud-coréenne LG dans la ville vietnamienne de Hai Phong.

Pour sa part, Nikkei a fait savoir qu’au deuxième trimestre de 2020, Apple produirait 3 à 4 millions de AirPod au Vietnam, soit près d’un tiers de la production totale de AirPod dans le monde. Foxconn, un fournisseur de composants pour Apple, a installé une usine dans la province vietnamienne de Bac Giang. De plus, Panasonic Vietnam recevra également de manière progressive la chaîne de production des réfrigérateurs et des lave-portes de grande capacité de la Thaïlande à partir du début de septembre.
Selon Vu Tu Thanh, vice-président exécutif régional du Conseil d’affaires entre les Etats-Unis et l’ASEAN, la chaîne d’approvisionnement mondiale se restructure après la pandémie de COVID-19. Plus précisément, la tendance des investissements des entreprises américaines montre que les investisseurs diversifient les marchés d’investissement. Cette tendance s’est amorcée il y a six ans, lorsque la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine avait éclaté. Cette réalité est devenue de plus en plus croissante dans le contexte de l’épidémie de COVID-19.

Le coût est le facteur qui intéresse le plus les entreprises lorsqu’elles envisagent un nouveau marché d’investissement. Après la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, le facteur de risque a été pris en compte en plus du coût. Et pendant la période post-COVID-19, un autre facteur pris en compte était la capacité à résister aux chocs.
C’est pourquoi le Vietnam deviendra ainsi une « terre fertile et potentielle » pour les investisseurs américains.

Selon le docteur Phan Huu Thang, ancien directeur du Département des investissements étrangers du Ministère vietnamien du Plan et de l’Investissement, a souligné que pour attirer les investissements étrangers, le Vietnam devait maintenir trois objectifs cohérents et à long terme. Le premier est le fort développement socio-économique du pays. Le deuxième est la construction d’une économie résiliente. Le troisième est l’assurance de la sécurité, de la société, de la défense nationale et de la culture nationale.

NDEL

  Partager cet article

AUTRES ACTUS: