Le Vietnam est un aimant pour les investisseurs étrangers, selon la BM

Jeudi, 10 octobre 2019 à 17:32:51
 Font Size:     |        Print
 

Photo : VNA.

Nhân Dân en ligne - Le Vietnam tablera sur une croissance de 6,6% en 2019 et de 6,5% en 2020 et 2021. L'inflation au Vietnam sera toujours sous contrôle et inférieure à l'objectif de 4% du Gouvernement.

Ces prévisions ont été données le 10 octobre à Hanoi par la Banque mondiale (BM), lors d’une conférence de presse pour rendre public son dernier rapport sur l’économie d'Asie de l'Est et du Pacifique.

Selon Jacques Morisset, économiste en chef de la BM au Vietnam, le Vietnam reste toujours la première destination d’investissement en Asie du Sud-Est malgré les fluctuations de l’économie mondiale.

Comme la connexion entre le secteur des investissements directs étrangers et le secteur privé du pays semble peu efficace, l’expert de la BM a recommandé au gouvernement vietnamien de trouver des mesures plus appropriées pour résoudre ce problème.

Jacques Morisset a exprimé son optimisme quant aux belles perspectives de l’économie vietnamienne à moyen terme. Le Vietnam, a-t-il poursuivi, dispose de deux moteurs de croissance dont le premier consiste en un pouvoir d’achat qui progresse fortement. Le deuxième réside dans la compétitivité de son économie qui s’améliore de plus en plus sur le marché mondial.

Jacques Morisset a aussi averti que l’économie vietnamienne pourrait subir des impacts négatifs dus aux évolutions complexes de la situation mondiale et notamment à la montée des tensions commerciales mondiales.

Il a suggéré au Vietnam de veiller davantage à la réforme institutionnelle, financière et bancaire pour minimiser les risques et s’orienter vers le développement durable.

Pour l'ensemble de la région d’Asie de l’Est et du Pacifique, la BM a prévenu que le taux de croissance des économies en développement serait de 5,8% cette année, contre 6,3% en 2018. Ce chiffre pourrait atteindre respectivement 5,7% et 5,6% en 2020 et 2021, en raison du ralentissement des exportations et du secteur manufacturier.

Toujours dans son rapport, la BM a remarqué que la montée des tensions commerciales entraînerait des risques à long terme pour la croissance de la région.

Les experts ont proposé aux économies régionales de renforcer leur intégration internationale, de tirer le meilleur profit des accords de libre-échange tels que l’Accord global et progressif de partenariat transpacifique (CPTPP) et l’Accord de partenariat économique intégral régional (RCEP), ainsi que de mettre en œuvre efficacement les mesures tarifaires et non tarifaires. Il importe aussi d’élargir leurs investissements et d’améliorer leur compétitivité nationale.

NDEL