Les banques sud-coréennes en pleine expansion au Vietnam

Mardi, 26 novembre 2019 à 13:34:41
 Font Size:     |        Print
 

Dans une succursale de la banque Shinhan au Vietnam. Photo : vietnambiz.vn.

Nhân Dân en ligne - Les grandes banques sud-coréennes renforcent actuellement leur présence au Vietnam, un marché encore mal desservi, mais qui devient pour elles une source alternative de croissance remplaçant le marché intérieur saturé.

Des retardataires comme les banques Woori et KEB Hana menacent la position de leader de Shinhan, la plus grande banque à capitaux étrangers au Vietnam.

La banque Shinhan Vietnam détient actuellement plus de 4 900 milliards de wons (4,2 milliards de dollars) d'actifs et exploite 37 succursales dans tout le pays.

La banque Woori cherche à remettre en cause la position de leader de Shinhan. Prenant la parole lors de la cérémonie d'ouverture de la 10e agence à Dà Nang le 8 novembre, Sohn Tae-seung, PDG de la banque Woori, a déclaré que cette banque serait la meilleure banque étrangère du Vietnam. Nous augmenterons les investissements et les efforts pour faire de la banque Woori la banque étrangère la plus performante au Vietnam, a déclaré Sohn Tae-seung.

La banque prévoit d’ouvrir trois autres succursales d’ici fin 2019 et cinq autres d’ici 2021. Les actifs de la banque Woori au Vietnam s’élevaient à 1,28 milles de milliards de won en juin. Selon un rapport de Woori, le bénéfice net de la banque en 2018 a atteint 10,7 milliards de won. Au cours des neuf premiers mois de cette année, ce chiffre a déjà atteint 10,1 milliards de won.

À la différence de la banque Woori, la banque KEB Hana a signé un accord de coopération stratégique avec la banque d’investissement et de développement du Vietnam BIDV. Selon le Korea Times, cette stratégie de KEB Hana est moins coûteuse compte tenu de la rentabilité de BIDV.

En conséquence, KEB Hana achètera 603 millions d’actions de BIDV pour un billion de won. Après la transaction, la banque sud-coréenne détiendra 15% du capital de BIDV.

Avec ce ratio de participation, KEB Hana peut réaliser un bénéfice net d’environ 50 milliards de won, si le bénéfice net de BIDV atteint 400 milliards de won comme prévu.

Outre le bénéfice net, le réseau étendu et complet de BIDV nous aidera à élargir nos services de vente au détail aux clients locaux. Cela contribuera à diversifier notre portefeuille d'activités et à augmenter les bénéfices des marchés étrangers, a déclaré un responsable de KEB Hana.

Dans ce contexte, d’autres banques ont commencé à rechercher des opportunités au Vietnam. La banque Shinhan Vietnam a également tenté de consolider sa position.

En 2017, Shinhan a acquis la banque australienne ANZ afin de renforcer ses activités de vente au détail destinées au marché local. La banque a ouvert un centre de gestion d'actifs personnels à Hô Chi Minh-Ville en juin 2019.

Shinhan a déclaré qu'au cours des neuf premiers mois de l'exercice, la banque avait réalisé des bénéfices de 93,4 milliards de wons. En 2018, le bénéfice net de la banque Shinhan a atteint 96,6 milliards de won, contre 47 milliards de won en 2017.

La banque a indiqué qu'elle tenterait de maintenir sa position de leader en augmentant les ventes au détail, le nombre de clients entreprises et en fournissant des services de gestion d'actifs appropriés.

Nous avons ouvert un centre de gestion d'actifs personnels à Hô Chi Minh-Ville en juin pour répondre aux besoins du nombre croissant de clients haut de gamme. Nous continuerons à rechercher des opportunités commerciales avec les fintechs pour améliorer le confort des clients, a déclaré un représentant de Shinhan.

Un expert en politique étrangère a déclaré que les banques sud-coréennes devraient renforcer la gestion des risques. Bien qu’il leur soit difficile d’élargir la couverture, ces banques n’ont pas de solutions pour les éventuels scénarios négatifs.

La rentabilité des banques peut être réduite si le Vietnam applique des règles plus strictes aux banques étrangères. Les banques ont besoin de scénarios disponibles pour des circonstances imprévues, a déclaré Young-sik, directeur général de la politique économique internationale sud-coréenne (KIEP).

NDEL