Regard rétrospectif sur 30 ans d’exportation vietnamienne de riz

Samedi, 04 mai 2019 à 15:35:45
 Font Size:     |        Print
 

Photo d'illustration : CPV.

Nhân Dân en ligne - Pendant la période 1976-1987, le Vietnam a dû importer un gros volume de riz pour répondre à la consommation intérieure. En 1989, le pays a pu exporter pour la première fois ce produit.

Et le Vietnam est devenu depuis l’un des 3 premiers exportateurs de riz du monde. Ce changement extraordinaire a été reconnu par le monde en tant que « miracle ».

D’excellents résultats

Les exportations vietnamiennes de riz représentent 15% du volume total des exportations mondiales. Le riz du Vietnam est présent dans plus de 150 pays et territoires, l’Asie constituant le plus grand débouché.

La production nationale est en moyenne de 26 - 28 millions de tonnes par an, dont 6 - 6,5 millions de tonnes pour l’exportation. En particulier, plus de 90% du volume de riz d’exportation du pays vient du Delta du Mékong.

La structure du riz exporté a présenté des changements positifs avec une baisse des exportations de riz de qualité moyenne et faible, et une hausse de celui de haute qualité. Impulser les exportations de riz de haute qualité et de produits transformés à base de riz était et est aussi l’une des priorités de nombreuses entreprises en la matière.

De grands défis

Selon le vice-ministre vietnamien de l’Industrie et du Commerce Dô Thang Hai, malgré les excellents résultats obtenus ces dernières années, la filière riz du Vietnam doit faire face à de grands défis : risque d'augmentation des procès commerciaux ainsi que des barrières au commerce de la part des importateurs, production vulnérable aux aléas climatiques,…

En effet, la Chine - un grand débouché traditionnel du riz vietnamien - a commencé à mettre en place des politiques plus sévères pour le riz importé sur son sol, notamment en termes de qualité et d’origine.

En particulier, selon plusieurs experts, des pays africains qui représentent près d’un tiers du volume de riz d’exportation du Vietnam, et les grands importateurs de riz vietnamien comme Indonésie, Malaisie, Philippines, renforcent leur production en vue de réduire leurs importations, ce qui pose des difficultés pour ce secteur national dans les temps prochains.

Il faut ajouter aussi que l’absence de vrai label pour le riz vietnamien entraîne une baisse de compétitivité par rapport à de grands producteurs mondiaux comme la Thaïlande et l’Inde.

Le riz est un aliment de base qui contribue directement à la sécurité alimentaire nationale comme mondiale. La demande s’accroît de plus en plus en raison de l’augmentation démographique alors que la superficie rizicole recule en raison de l’urbanisation et de l’industrialisation. Cela présente de bonnes perspectives pour la filière riz du Vietnam dans le futur. Après 30 ans de succès, on s’attend à une nouvelle période florissante pour cette filière nationale.

CPV/NDEL