Les guerres de résistance pour le salut national: La victoire finale est à nous! (4ème partie)

Lundi, 16 juin 2014 à 00:08:33
 Font Size:     |        Print
 

Le Bureau politique tient en octobre 1974 la réunion prenant la décision sur la libéation du Sud. Photo d'archive.

Nhân Dân en ligne - L'Accord de Paris sur le Vietnam marqua un tournant important dans la lutte contre les agresseurs américains de notre peuple. Nous respections strictement les dispositions de cet Accord.

Néanmoins, les Américains ne se résignèrent pas aux échecs. Ils continuèrent à mettre en place la stratégie de « Vietnamisation de la guerre », prétendant diviser pour longtemps notre pays en deux, ce qui leur permit de faire du Sud Vietnam un pays à part sous la protection américaine. Le pouvoir saïgonnais viola l'Accord de Paris en mobilisant l'ensemble des forces pour mettre en place « la stratégie d'empiéter le territoire ». Les opérations de pacification et d'empiètement furent organisées successivement.

Fleurs du village Ngoc Hà à côté des débris B52. Photo d'archive.

En réalité, depuis la signature de l'Accord de Paris, le Sud n'eut aucun jour de paix. Ce contexte nous obligea de poursuivre la lutte pour « renverser les forces fantoches ».
En mai 1973, le Bureau Politique du Parti en réunion prépara un plenum du Comite central. En juillet 1973, le 2le Plénum du Comite central du Patti tenu a Hanoi définissait les grandes tâches de la révolution du Sud dans la nouvelle période: faire entrer la révolution nationale démocratique populaire au Sud dans la dernière étape: libération complète du Sud Vietnam.
En décembre 1973, le 22e Plénum du Comité central du Parti se réunit pour déterminer le plan de redressement économique dans le Nord, consolider le grand arrière sur tous les plans, ravitailler le front du Sud.

Conformément à la Résolution du Parti, vers la fin 1973, nos forces armées et populations au Sud donnèrent des ripostes aux opérations d'empiètement ennemies et défendirent les territoires libérés. En 1974, nos forces armées se tournèrent vers l'offensive stratégique, menant plusieurs batailles pour anéantir les forces ennemies, brisant la plupart des opérations d'empiètement ennemies et élargissant nos régions libérées.

Vers la fin 1974 et le début 1975, les rapports de force au Sud eut des évolutions rapides en notre faveur. La réunion du Bureau Politique (du 30 septembre au 7 octobre 1974) et la réunion ouverte du Bureau Politique (du 18 décembre 1974 au 8 janvier 1975) se concentrèrent dans le débat sur le plan de libération complète du Sud du pays. Après avoir analysé le contexte national et international ainsi que les évolutions dans les rapports de force sur le front, Lê Duân a conclu: "L'opportunité à laquelle nous nous attendons a apparu. L'heure est venue de libérer totalement le Sud, d'obtenir la victoire complète. Ce serait sans doute une seule opportunité". Début 1975, nos forces armées et populations se soulevèrent, libérant le 6 janvier 1975 la province de Phuoc Long. Dans le plan biannuel, le Bureau Politique définit clairement: « Si l'opportunité apparaitrait début ou fin 1975, il faut nous dépêcher pour libérer le Sud en 1975.”

L'Offensive générale du Printemps 1975 de nos forces armées et populations dura près de 2 mois comprenant 3 grandes campagnes:
Campagne Tây Nguyên du 4 mars au 24 mars 1975.
Campagne Huê-Dà Nang du 25 mars au 29 mars 1975.
Campagne Hô Chi Minh du 26 avril au 30 avril 1975.

Le tank lors de la campagne de Tây Nguyên. Photo d'archive/mod.gov.vn.

Au bout d'un mois d'offensive et de soulèvement, les 2 premières campagnes de Tây Nguyên et Huê-Dà Nang libérèrent plus de la moitié des territoires et des populations du Sud, détenant une quantité volumineuse de matériels, équipements, moyens de guerre. Nos forces armées se progressèrent remarquablement. Le Bureau Politique affirma: « Une nouvelle occasion stratégique est venue, nous serions capables de libérer le Sud dans un temps plus bref. 11 nous faut concentrer les forces humaines, les moyens et matériels pour libérer le Sud avant la saison des pluies». Le Bureau Politique décida de fonder le Commandement du Front de Saigon qui furent diriges par les 3 membres du Bureau Politique: Lê Duc Tho, Pham Hung et Van Tiên Dung. Fut fonde également le Conseil de ravitaillement pour le front du Sud, placé sous la direction des 2 membres du Bureau Politique: Pham Van Dông et Lê Thanh Nghi. L'offensive finale de libération de Sàigon fut nommée par le Bureau Politique la Campagne Hô Chi Minh.
Depuis le début avril 1975, dans tout le pays, nos forces armées et populations assistèrent à une ambiance très animée et héroïque. Tout le peuple s'engage dans la dernière bataille sous la devise « rejoindre rapidement le Sud, libérer rapidement le Sud ».

Marche vers le Sud. Photo d'archive.

Les tanks devant le Palais de l'Indépendance le 30 avril 1975. Photo d'archive.

Le 9 avril, nos forces armées attaquèrent Xuân Lôc, camp de défense à l'Est de Sài Gon. Le 16 avril, la ligne de défense Phan Rang fut brisée. Le 21 avril, l'ensemble des unités ennemies assiégées à Xuan Lôc dut s'enfuir. Le 26 avril, nos forces armées firent feu pour commencer la campagne de libération de Sài Gon - Gia Dinh.

À 11h30 du 30 avril 1975, le drapeau révolutionnaire flotta au vent sur le toit du « Palais de l'Indépendance », signalant la victoire finale de la Campagne Hô Chi Minh. Du 14 au 29 avril, les îles et archipels occupés par les forces fantoches de Sài Gon furent également libérés. Jusqu'au 2 mai 1975, les autres provinces du Sud tombèrent successivement dans les mains du pouvoir révolutionnaire. L'ensemble du territoire du Sud fut alors libéré définitivement.

Au lendemain de la libération du Sud, le Vietnam dut faire face à d'innombrables difficultés cumulées pendant 30 ans de guerre. Au cours des 21 ans de résistance contre les Américains, notre peuple dut subir des sacrifices douloureux: 1,1 millions de morts pour la Patrie, 600 mile invalides de guerre, 300 mille disparus, près de 2 millions d'habitants innocents tues, 2 millions de handicapes, plus de 2 millions de victimes des agents oranges; a cela s'ajoutent les détenus dans les prisons ennemies. La quasi-totalité des vines et chefs-lieux dans le Nord furent endommagées par des destructions et bombardements américains, parmi lesquels il y eut 12 chefs-lieux et 51 centres de district qui furent totalement &fruits. Tous les centres industriels firent l'objet des attaques de destruction, dont plusieurs furent anéantis. Dans le Sud, le néocolonialisme laissa des séquelles dans la vie socio-économique. Il incombait, dans ce contexte, aux populations du Sud et du Nord de remédier aux conséquences de la guerre, de restaurer l’économie nationale.

Le 24e Plenum du Comite central du Parti tenu en septembre 1975, définit la tache urgente de réunifier le pays en tant qu'un État souverain. "Réunifier le pays, telle est l'aspiration ardente de toute la population vietnamienne. Il s'agit également d'une loi objective du développement de la Révolution du Vietnam, de l'histoire du Vietnam."

Le 25 avril 1976 furent organisées les élections générales de l'Assemblée nationale. Fin juin, début juillet 1976, l'Assemblée nationale unifiée se réunit en sa première session à Hanoi. L'Assemblée nationale décida alors de changer la "République Démocratique du Vietnam" en "République Socialiste du Vietnam" avec Hanoi comme capitale. Le drapeau rouge avec une étoile à cinq branches au centre fut choisi comme le drapeau national; La chanson "Tiên Quân Ca" (Marche en avant) composée par Van Cao fut choisie comme l'hymne national. Sur l'emblème national figure l'inscription "la République Socialiste du Vietnam". Désormais, la ville de Saigon porte officiellement le nom de Hô Chi Minh. L'Assemblée nationale institua l'organisation administrative du pays et vota également les plus hauts dirigeants: Tôn Duc Thang, Président de la République; Truong Chinh, Président du Comite permanent de l'Assemblée nationale; Pham Van Dông, Premier ministre.

L'achèvement de la réunification nationale sur le plan étatique créa ainsi des conditions politiques favorables à la revalorisation des forces de tout le peuple, à l'édification du socialisme dans tout le pays, à la création dune vie heureuse du peuple et a la défense de la Patrie vietnamienne.