L’OEUVRE DE RENOUVEAU

Dimanche, 15 juin 2014 à 23:37:20
 Font Size:     |        Print
 

Le VIe Congrès national du PCV (décembre 1986). Photo: Archives

Nhân Dân en ligne - Au cours des trente ans de Renouveau, malgré de nombreux obstacles, les acquis que le Vietnam a obtenus sont considérables.

Accélérer l'industrialisation et la modernisation

Le VIe Congrès national du PCV s'est tenu du 15 au 18 décembre 1986 à Hanoi avec la participation de 1.129 délégués, représentant les 1.900.000 membres du PCV et celle de 32 délégations internationales. Le Congrès élit le Comité central de 124 membres officiels et 49 suppléants. Le Comité central élit le Bureau politique de 13 membres et un suppléant, le Secrétariat de 13 membres, Nguyên Van Linh est le Secrétaire général du PCV. Les vétérans révolutionnaires Truong Chinh, Pham Van Dông et Lê Duc Tho se voient confier la tâche de conseillers du Comité central.

Le Congrès propose la politique de renouveau pour stabiliser la situation dans le pays.

II s'agit d'un grand tournant dans l'édification du socialisme au Vietnam. Avec un esprit franc, "regarder en face la vérité et dire toute la vérité", la direction du pays et du PCV fait son autocritique, notamment sur son mode de pensée dogmatiste, et propose un renouveau total. Les résolutions du Congrès préconisent le renouveau dans tous les domaines. L'accent est mis sur la réforme des politiques économiques et le maintien de la stabilité sociale, deux facteurs qui assurent la victoire du renouveau. Face au déclin du système socialiste et l'effondrement de certains modèles en URSS et en Europe de l'Est, le Vietnam, se trouvant face à de grands défis, doit réformer son mode de pensée pour édifier, ajouter et perfectionner ses mécanismes et politiques, afin de réaliser les objectifs fixes.

Le renouveau total, né de la volonté du PCV, répond aux souhaits du peuple. Il représente les idées innovatrices nées de la réalité de l'époque. Avec le renouveau, les forces de production sont libérées, les rapports de production rétablis. Les premières réalisations sont enregistrées dans l'application de trois plus importants programmes nationaux dans la production vivrière, de marchandises destinées à la consommation nationale et à l'exportation. Dans l'agriculture, encouragé par le succès du mécanisme de gestion du Contrat 100, le Bureau politique promulgue en avril 1988, la résolution numéro 10 sur la réforme du mécanisme de gestion économique dans l'agriculture déterminant le rôle économique des foyers désormais considéré comme des unités autonomes, confiés le droit d'utilisation des terres. L'adoption de cette résolution porte une influence positive sur la progression des travaux hydrauliques, l'amélioration des races de souches, la culture intensive, le rehaussement du rendement dans les plaines du Nord, l'élargissement des superficies cultivables dans le delta du Mékong. Ainsi, l'agriculture vietnamienne fait peau neuve. Auparavant, le pays était constamment menacé par la famine. En 1988, il importait 450 000 tonnes de riz, alors qu'en 1989, sa production comble les besoins de la population et peut même exporter près de 1,5 million de tonnes de riz.

La plate-forme de forage petrolier Bach Hô.

Ces résultats du renouveau rassurent le secteur privé qui peut désormais investir et valoriser son potentiel économique en sécurité. Le secteur public connait également des changements positifs. Les subventions étatiques sont réduite nettement, la production est liée étroitement aux besoins du marché. Une économie marchande gérée par l'État prend forme progressivement dans tout le pays. Sur le marché domestique, les marchandises vietnamiennes et étrangères, surtout celles de consommation domestique sont en abondance et distribuées dans de bonnes conditions. Les rapports entre l'offre et la demande, équilibre monnaie-marchandise sont améliorés, l'inflation est contrôlée graduellement: les hausses mensuelles des prix sont de 20% en 1986, 10% en 1987, 14% en 1988, 2,5% en 1989 et 4,4% en 1990. L'économie vietnamienne sort progressivement de la crise. De plus, les exportations se développent rapidement. La valeur des exportations atteint 439 Millions de roubles et 384 millions de dollars en 1986, comparativement à 1010 millions de roubles et 1170 millions de dollars en 1990. Les marchandises qui se vendent le mieux sont le riz et le pétrole brut.

Parallèlement au rétablissement et au développement économique, le pays obtient ses premiers résultats dans l'application de la démocratie socialiste dans tous les domaines de la vie sociale. La délimitation des fonctions du PCV, de l'État, des organisations de masse et de leurs relations constitue une réforme majeure. Dans ce sens, plusieurs organismes étatiques ont été restructurés et fonctionnent efficacement. Les activités législatives sont également renforcées. De 1987 jusqu'à la fin de 1990, l'Assemblée nationale et le Conseil d'État ont promulgué 24 lois et 33 ordonnances. Lors des sessions parlementaires, les députés manifestent plus clairement leur esprit démocratique, leur compétence et leur responsabilité dans les travaux législatifs. Le rôle de supervision de l’Assemblée nationale est aussi renforcé et plus efficace qu'avant.

Le VIIe Congrès national du PCV a lieu du 24 au 27 juin 1991 à Hanoi avec la participation de 1.176 délégués, représentant les 2.155.000 membres du PCV et celle d'une trentaine de délégations internationales. Le Congrès élit le Comité central de 146 membres. Le Comité central élit le Bureau politique de 13 membres et un suppléant, le Secrétariat de 9 membres. Nguyên Van Linh, Pham Van Dông, Vo Chi Công sont désignés conseillers du Comite central. Dô Muoi est le Secrétaire général du PCV.

Les participants ont fait le bilan de l'application des résolutions du VIe Congrès et adopte le Programme politique sur l’édification du pays dans la période de transition au socialisme; la Stratégie sur la stabilisation et le développement socio-économique jusqu'en 2000 et le rapport sur l’édification du PCV et la modification de ses statuts. Le Programme politique indique les traits typiques de la société socialiste qu'édifie le peuple vietnamien, les grandes orientations pour édifier avec succès le socialisme au Vietnam. Le Congrès affirme que le marxisme-léninisme et la pensée de Hô Chi Minh constituent les bases idéologiques, le guide pour l’action du PCV. Le Congrès estime que malgré les premières réalisations importantes du renouveau, le Vietnam n'est pas encore sorti de la crise économique. C'est pourquoi, it faut accélérer le renouveau, surmonter les difficultés, stabiliser et développer l'économie et la société, stabiliser la situation politique, lutter contre les phénomènes négatifs et les injustices sociales.

Après le VIIe Congrès national du PCV, l'effondrement de l'URSS a profondément influé sur le mouvement communiste mondial, dont le Vietnam. La plupart des cadres du gouvernement et la population éprouvent l'amertume et l'inquiétude, certains commencent à douter des perspectives du socialisme. Les relations entre le Vietnam et ses partenaires économiques traditionnels (les pays socialistes) sont troublées, tandis que Washington continue d'imposer l'embargo contre Hanoi, les forces hostiles accélèrent leurs activités dans le but de causer l'instabilité politique et renverser le régime. Le Vietnam se trouve encore face à des délits périlleux. Et une fois de plus, le socialisme vietnamien est valorisé dans la surmontée de toutes ces difficultés et délits et la poursuite du renouveau avec des succès importants.

Sur le plan économique, durant la période 1991-1995, le PIB connait une croissance annuelle de 8,2% (celle prévue était de 5,5-6%), l'industrie augmente de 13,3%, l'agriculture - 4,5%, la valeur des exportations - 20%. La structure économique connait des changements positifs. Par exemple, en 1990, la proportion de l'industrie et de la construction était de 22,6% en 1990, elle atteint 29,1% en 1995; celle des services passe de 38,6% en 1990 a 41,9% en 1995. Les investissements dans les infrastructures sociales n'occupent que 15,8% du PIB en 1990, ils s'élèvent à 27,4% en 1995 (dont les investissements domestiques occupent 16,7% du PIB). Jusqu’à la fin de 1995, les fonds prescrits d'investissements étrangers directs s'élèvent à plus de 19 milliards de dollars dont 30% sont déjà décaissés. Toujours en 1995, le taux de l'inflation est réduit a 12,7%. Les rapports de production sont réajustés aux besoins du développement des forces de production. L'économie marchande a plusieurs composantes selon le mécanisme de marché, avec la gestion étatique, suivant l'orientation socialiste prend forme graduellement.

Sur le plan social, la vie matérielle de la plupart de la population est améliorée. Chaque année, plus d'un million d'emplois sont créés. Le niveau d'instruction et l’accès aux activités culturelles de la population sont rehaussés. L'éducation, la formation, les soins de la santé, les activités a l'attention des personnes ayant des mérités envers la patrie, la lutte contre la pauvreté, la charité bénéficient de plus grands investissements du budget d’État et de la part de la population même.

En ce qui concerne le système politique, sur la base du Programme politique, la politique du renouveau dans chaque domaine est concrétisée, le PCV est consolidé et sur le plan idéologique et de l'organisation, son rôle de leadership est rehaussé. L'État de droit continue d'être édifié et perfectionné avec la promulgation de la Constitution en 1992; l'amendement, le réajustement et l’élaboration de plusieurs documents juridiques importants; la réforme partielle de l'administration nationale. Le Front de la Patrie vietnamienne et d'autres organisations sociopolitiques, reformé graduellement, fonctionne avec plus d'efficacité. Toutes les couches sociales, les ethnies se solidarisent en vue d'un objectif: "un peuple riche, un pays puissant, une société équitable et moderne", les ressortissants vietnamiens à l'étranger s'orientent davantage vers le pays natal.

Le Vietnam développe fortement ses relations internationales pour sortir de l'isolement causé par l'embargo américain, participe activement à la vie de la communauté internationale. Durant la période 1991-1995, le Vietnam entretient déjà des relations diplomatiques avec plus de 160 pays, des échanges commerciaux avec plus de 100 pays et reçoit des investissements directs de plus de 50 pays et territoires.

Ces dix années de renouveau, avec l'application des résolutions des VI et VIIe Congrès du PCV, dans le contexte de grandes difficultés et dais, non seulement le Vietnam se tient bon, il surmonte de dures épreuves et obtient d'importantes réalisations. Le pays est sorti de la crise socio-économique, en dépit de certaines insuffisances dans quelques secteurs. Dans l'ensemble, la détermination des politiques de renouveau et leur application sont justes. La voie vers le socialisme est chaque jour plus frayée.

L'objectif principal de la période de transition - préparer les prémisses à l'industrialisation est dans l'ensemble atteint, il est possible de passer à une nouvelle période, durant laquelle les forces nationales sont valorisées pour accélérer l'industrialisation et la modernisation du pays. C'est ce que stipulent les résolution2 du VIII Congrès national du PCV.

Le VIII Congrès national du PCV s'est tenu du 28 juin au 1er juillet 1996 à Hanoi avec la participation de 1.198 délégués, représentant les 2 130 000 membres du PCV et celle de 40 délégations internationales. Le Congrès élit le Comité central de 170 membres. Le Comité central élit le Bureau politique de 19 membres. Le Bureau politique choisit cinq membres permanents. Nguyên Van Linh, Pham Van Dông, Vo Chi Công sont désignés conseillers du Comité central. Dô Muoi est réélu Secrétaire général du PCV. Lors de son Ve Plénum (décembre 1997), le Comité central (VIIIe mandat) a accepté la proposition de Do Muoi de transférer le poste de Secrétaire général du PCV à Le Kha Phieu. Do Muoi, Lê Duc Anh, Vo Van Kiêt sont nommés conseillers du Comité central du PCV.

Faisant le bilan des 10 années de renouveau, le VIlle Congrès a tiré certaines leçons et indique que la période 1996-2000 sera très importante pour l'accélération de l'industrialisation et de la modernisation du pays. Il faut rassembler toutes les forces, profiter de toute opportunité pour surmonter les dais et accélérer le renouveau d’une manière globale et synchrone. Le Congrès a adopté les orientations et tâches du développement socio-économique pour la période 1996-2000 dont les objectifs sont une croissance économique rapide, une efficacité élevée et durable, le règlement des questions sociales pressantes, la sécurité et la défense nationale assurée, la vie du peuple améliorée, les réserves nationales augmentées. Tout cela créera des prémisses solides au développement du pays au début du siècle suivant.

Le VIlle Congrès indique également qu'il faut maintenir à tout prix la stabilité politique et l'orientation socialiste dans le développement national; créer des changements essentiels dans le renouveau, le remodelage du PCV et l'amélioration du leadership; poursuivre l'édification et le perfectionnement de l'Etat, dont l'accent sont mis sur la réforme administrative, l'élargissement de la démocratie, l'établissement de l'ordre social, le renforcement du bloc d'union nationale; consolider la défense, maintenir la sécurité; élargir les relations extérieures, consolider et rehausser la position vietnamienne dans la scène internationale.

Les cinq dernières années du XXe siècle sont témoin des efforts considérables du peuple vietnamien dans la création de nouveaux élans et forces pour entamer avec confiance le nouveau siècle. Cette période connait des circonstances difficiles (la crise économique et financière qui ravage l'Asie de 1997 à 1999, les catastrophes naturelles consécutives), mais aussi des conditions favorables (la tendance de réconciliation dans le monde, le renforcement de la coopération internationale, la levée de l'embargo par les États-Unis et la normalisation des relations entre Hanoi et Washington). Avec des efforts considérables, le Vietnam a pu maintenir la croissance annuelle du PIB à 7% (l'agriculture, la sylviculture et la pêche augmentent de 5,6% par année). II est le deuxième exportateur du riz et le troisième exportateur de café du monde. Ses exportations des produits aquatiques sont de plus en plus importantes. L'industrie augmente de 13,5% par an. Certains autres indices encourageants: la capacité de production de l'électricité augmente de 2 715 MW; celle du ciment de 8,7 millions de tonnes; celle des engrais chimiques de 1,5 million de tonnes. Le rendement est encore plus encourageant: celui du pétrole brut augmente de 2,1 fois; de l'électricité - 1,8 fois; de l'acier- plus de trois fois; du papier - 1,7 fois, du charbon dépasse les 10 millions de tonnes. Les services prestataires connaissent une croissance annuelle de 6,8%: le tourisme est beaucoup plus diversifié, les P&T se modernisent rapidement, les branches financière, bancaire et d'audit sont élargies avec la participation des composantes économiques dans le pays et à l'étranger.

En 2000, la structure économique connait des changements positifs vers l'industrialisation. La proportion de la contribution des composantes économiques dans le FIB est comme suivant: celle étatique - 39%, celle collective - 8,5%, celle privée - 3,3%, celle des individus - 32%, mixte - 3,9%, celle à participation étrangère - 13,3%. Le total des investissements de toute la société en cinq ans est de 440 mille milliards de dongs, soit environ 40 milliards de dollars américains. Grâce au développement de l'économie, les revenus budgétaires sont suffisamment importants pour investir dans le développement, assurer les dépenses régulières et payer une part des dettes des années précédentes. L'excédent de dépense n’est que de 4% par année.

Les échanges économiques avec l'étranger se développent continuellement. La valeur des exportations de ces 5 années (1995-2000) est de 51,6 milliards de dongs, avec une hausse de plus de 21% par année (trois fois plus que la croissance du PIB). Les investissements étrangers directs au Vietnam atteignent 10 milliards de dollars américains, soit 1,5 fois de plus que les 5 années précédentes (1990-1995). Ces augmentations sont bien profitables au développement de la production et des infrastructures économiques du pays.

L'éducation et la formation se développent, et la qualité et les méthodes d'enseignement sont améliorées. Les infrastructures destinées à l'éducation et la formation sont aussi en croissance. Par rapport à l’année scolaire 1994-1995, en 1999-2000, le nombre d'élèves à l'école maternelle augmente de 1,2 fois, celui des collèges (premier cycle de l'enseignement secondaire) - 1,6 fois, du lycée - 2,3 fois, des collèges de formation professionnelle - 1,8 fois, des universités - 3 fois. À la fin de l'an 2000, 100 % des villes et provinces du pays atteignent le standard de la généralisation de l'enseignement primaire et de l'alphabétisation.

Le développement économique se fait parallèlement au développement culturel dont l'objectif est d’édifier une culture moderne et riche d'identité nationale. Les questions sociales pressantes sont réglées graduellement. Chaque année, environ 1,2 millions d'emplois sont créés dans tous les secteurs économiques. La lutte contre la pauvreté est déployée dans toutes les localités, notamment celles en difficulté, montagneuses et insulaires. Rien que pendant les deux dernières années du 20e siècle, 2000 milliards de dongs du budget d'État ont été accordés à la construction des infrastructures (routes, ouvrages hydrauliques, lignes d'électricité, écoles, stations sanitaires...) dans les communes en situation particulièrement difficile.

L'édification, le remodelage du PCV et le perfectionnement du système politique enregistrent des progrès importants. Tous les membres du PCV ont entamé le mouvement d'édification et de remodelage du Parti, d'autocritique comme le précisent les résolutions du VP Plénum (2e édition). L'Etat de droit continue d'être construit, l'appareil administratif est amélioré partiellement. Le Front de la Patrie et les organisations de masse poursuivent leur reforme dans l'organisation et les modes de fonctionnement. Le droit de maître du peuple est valorisé dans tous les domaines. Le statut démocratique à l'échelon de base commence à être appliqué.

Malgré les insuffisances et faiblesses, l'accélération de l'industrialisation et de la modernisation a enregistré des réalisations importantes. Forts de ces réalisations, ayant plus d'expériences dans l'édification de l'économie de marche à orientation socialiste, le PCV et le peuple vietnamien entrent dans le XXIe siècle avec confiance.

Entrer dans le nouveau siècle avec confiance

Le IXe Congrès national lu PCV est organisé du 19 au 22 avril 2001 à Hanoi. Y participent 1.168 délégués, représentant les 2.479.719 membres du PCV et 35 délégations internationales. Le Congrès élit le Comité central de 150 membres. Le Comité central élit le Bureau politique de 15 membres. Le Bureau politique choisit le Secrétariat de 9 membres. Nông Duc Manh est élu Secrétaire général du PCV. Le Congrès se tient au début du 20e siècle, un moment très important: le pays vient de traverser 10 ans (1991-2000) d'application de la stratégie de stabilisation et de développement socio-économique et 15 ans de renouveau avec de grandes réalisations et des progrès remarquables, créant des conditions favorables au développement national dans le nouveau siècle.

Le IXe Congrès national du PCV est celui de l’intelligence, de la solidarité et du renouveau, manifestant le socialisme et l'espoir de tout le peuple. Évaluant les 10 ans d'application de la stratégie de stabilisation et de développement socio-économique 1991-2000, le Congrès indique que le pays a obtenu des réalisations importantes. Le Congrès affirme la détermination de faire du Vietnam un pays socialiste dont les fondements idéologiques sont le marxisme-léninisme et la pensée de Ho Chi Minh.

Le Congrès adopte les politiques et stratégies de développement socio-économique des 10 premières années du XXIe siècle dont l'objectif est de: sortir le Vietnam du sous-développement; rehausser la vie matérielle et spirituelle du peuple; créer des infrastructures pour qu'en 2020, le Vietnam devienne un pays industriel moderne; renforcer les ressources humaines, les capacités scientifiques et technologiques, la structure économique, les potentialités économiques, de défense et de sécurité; former le régime économique de marché à orientation socialiste; rehausser la position vietnamienne dans la scène internationale; faire en sorte que le PIB en 2010 soit le double que celui de 2000, la structure économique connaisse de grands changements (l’agriculture: 16-17%, l'Industrie: 40-41%, les services: 42-43%).

En ce qui concerne les rapports de production, le Congrès affirme la politique de développer une économie à plusieurs composantes à orientation socialiste. Toutes ces composantes sont égales devant la loi, se développent et se concurrencent de manière saine.

Le Vietnam entre dans le nouveau siècle avec une meilleure position et de plus grandes forces. Le mode de pensée, les politiques, les expériences de gestion et les solutions de développement socio-économique sont rehaussés à une nouvelle hauteur. La situation sociopolitique est dans l'ensemble stable. Le régime et le modèle socialiste vietnamien tient toujours bon et se développe, dix ans après l'effondrement de l'URSS et des pays socialistes en Europe de l'Est. Dans le monde, les tendances communes sont la paix, la coopération et la mondialisation économique. II s'agit la d’une grande opportunité pour le Vietnam.

Le pays doit toutefois faire face à d'importants défis. Le peuple vietnamien doit toujours confronter ces quatre dangers: être moins performant sur le plan économique par rapport à d'autres pays dans la région et dans le monde; dévié de la voie socialiste; la bureaucratie et la corruption (très développées dans les pays où l’économie de marché est encore en phase de création); "révolution pacifique" causée par les forces hostiles.

Saisir l’opportunité, surmonter les défis, développer rapidement dans la nouvelle période, c'est ce que souhaite toute la communauté, et aussi un problème vital pour le PCV et le peuple vietnamien. La réalité de ces dernières années en est la preuve. La croissance du PIB est chaque jour plus important: 2001 - 6,9%, 2002 - 7%, 2003 - 7,24%. Les institutions financières internationales telles la Banque mondiale, le Fonds monétaire international et la Banque asiatique de développement estiment que l’économie vietnamienne est plus dynamique et connait un rythme de croissance le plus élevé en Asie du Sud-est et le deuxième en Asie après la Chine. Sur la base du développement économique rapide et stable, les problèmes sociaux sont résolus graduellement. Le pays crée environ 1,5 million d'emploi par an. Le taux des foyers pauvres diminue fortement. L'État et toute la société accordent une grande attention aux activités en faveur des familles des blessés de guerre et des morts pour la Patrie, des personnes ayant des mérités envers la Patrie, aident des personnes en difficulté, handicapées, victimes de l'agent orange largué par l'armée américaine pendant la guerre. Le Vietnam est bien classé par l’ONU, parce que ses indices de développement humain sont supérieurs à ceux de la croissance économique. L'investissement à l’éducation occupe 16%, des dépenses budgétaires d'État. Depuis l'an 2000, le pays atteint l’objectif de vulgariser l'enseignement primaire et l’alphabétisation. À la fin de 2003, 19 provinces et villes du pays atteignent le standard de généralisation du premier cycle de l'enseignement secondaire. De même, le Vietnam organise avec succès les 22e Jeux de l'Asie du Sud-est (SEAGAMES 22) et les 2e Jeux des personnes handicapées de la région (ASEAN PARAGAMES 2). L'opinion internationale estime que l'organisation par le Vietnam de ces deux événements sportifs régionaux est la plus méticuleuse, grandiose, sécuritaire, efficace et amicale par rapport à celles des jeux précédents.

L'élaboration des lois et l’édification d’un État de droit socialiste du peuple, par le peuple et pour le peuple, dont la réforme administrative, sont rehaussées à une nouvelle hauteur. La démocratie dans la société est élargie. La confiance du peuple dans le renouveau, dans le régime et la concorde sociale ne cessent d'être renforcées. Le mouvement d'édification et de remodelage du PCV, l’assainissement du système politique continuent d'attirer d’une grande attention du Parti et de l'État. Bien que ces mouvements ne puissent pas encore stopper les phénomènes de dégradation morale, la bureaucratie, la corruption et le gaspillage chez certains membres du PCV, ils ont toutefois un effet d'avertissement et limitent considérablement ces phénomènes. Sous la direction directe du PCV, les forces armées accomplissent toujours avec succès toutes les tâches confiées. Aussi, la défense nationale, la sécurité sociale et la stabilité sociopolitique sont bien maintenues; les relations internationales sont élargies; le prestige et la position du Vietnam sur la scène internationale sont renforcés.

Le potentiel, l'efficacité et la compétitivité de l’économie et des produits vietnamiens sont encore faibles, le PIB per capita n’est que de 70% de celui de l'Indonésie, 50% de la Chine, 33% de la Thaïlande et 10% de Singapour. Le rythme de croissance, bien qu'élevé, n'atteint toujours pas l'objectif fixe. Le mécanisme de gestion insuffisant et stagnant sur certains domaines, empêche le développement.

Ainsi, le Vietnam se trouve face à de nombreux avantages mais aussi aux grandes difficultés et défis. Son élan est toutefois irréversible, ses forces chaque jours renforcées. Valorisant la force du bloc d'union nationale, le Vietnam poursuit l'application des résolutions du IXe Congrès national du PCV, édifie et défend le pays socialiste avec l'objectif: un peuple riche, un pays puissant, une société équitable, démocratique et moderne. Le Vietnam marche, la tête haute, côte à côte avec d'autres pays dans le XXIe siècle.

Au cours des 10 dernières années (2004 – 2014), le Parti communiste du Vietnam (PCV) s'est réuni deux fois en Congrès (Xe en 2006 et XIe en 2011). Lors de ces Congrès, le Parti a déterminé à continuer d'élever la capacité de direction et la combativité du Parti, de valoriser la force de toute la nation, d'accélérer intégralement l'œuvre de Renouveau, de créer les fondements pour que le Vietnam devienne pour l'essentiel un pays industrialisé et à orientation moderne en 2020".

Les succès de l’Œuvre de Renouveau ont permis au Vietnam de sortir d'une situation de sous-développement. Le système politique et le grand bloc d'union nationale ont été renforcés et consolidés. L'indépendance, la souveraineté, l'unité et l'intégrité du territoire, ainsi que le régime socialiste, ont été garantis. Le statut et le prestige du Vietnam sur la scène internationale se sont élevés. Les forces du pays sont plus grandes, créant les prémices de la poursuite d'un développement plus ferme sur la voie du socialisme.