Accompagner l’ONU pour relever les défis communs

Mercredi, 23 septembre 2020 à 14:48:18
 Font Size:     |        Print
 

Vue de la réunion de haut niveau. Photo : AP.

Nhân Dân en ligne – En dépit des circonstances dues au COVID-19, plus de 180 chefs d’État et de gouvernement, ministres et hauts responsables de l’ONU ont rendu un hommage appuyé à l’Organisation à l’occasion de son 75e anniversaire, plaidant pour un multilatéralisme plus fort et plus efficace.

Lors la réunion de haut niveau de l’Assemblée générale consacrée à cette commémoration sur le thème «L’avenir que nous voulons, l’ONU qu’il nous faut : réaffirmer notre engagement collectif en faveur du multilatéralisme », le Premier ministre vietnamien Nguyên Xuân Phuc a adressé un message important.

Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a rappelé à l’entame de la réunion que l’ONU était «née d’immenses souffrances». C’est en effet au sortir de la Seconde Guerre mondiale qu’elle a été créée, le 26 juin 1945, lors de la signature par 51 pays de la Charte des Nations Unies, à la Conférence de San Francisco.

Il a souligné les accomplissements de l’Organisation. Jamais dans l’histoire moderne, a-t-il dit, nous n’avons connu tant d’années sans conflit militaire entre les grandes puissances. Plus récemment, a-t-il ajouté, l’appui unanime aux objectifs de développement durable (ODD) et à l’Accord de Paris a offert une vision pleine d’inspiration pour le XXIe siècle.

Mais aujourd’hui, a-t-il alerté, nous avons un surplus de problèmes multilatéraux et un déficit de solutions multilatérales. Il a salué la Déclaration de l’Assemblée générale sur le 75e anniversaire et a souligné que plus d’un million de personnes ont participé à la conversation mondiale cette année sur la manière dont elles perçoivent les Nations unies comme moyen de faire de notre planète un monde meilleur.

Le secrétaire général a appelé à un multilatéralisme en réseau, dans lequel la famille des Nations unies, les institutions financières internationales, les blocs commerciaux et d’autres travaillent ensemble, plus étroitement et plus efficacement.

Selon les chefs d’Etat et de gouvernement, les difficultés auxquelles nous nous heurtons sont toutes liées les unes aux autres et ce n’est que dans le cadre d’un multilatéralisme revitalisé que nous parviendrons à les surmonter. À l’heure où nous parlons, la pandémie de maladie à coronavirus (Covid-19) continue de faire des vagues dans le monde entier. En quelques semaines, la pandémie s’est révélée être le plus grand défi mondial de l’histoire de l’ONU.

Dans leur déclaration, les Etats membres affirment que ce n’est qu’en travaillant ensemble et en faisant preuve de solidarité que nous pourrons venir à bout de la pandémie et nous attaquer efficacement à ses conséquences. Ce n’est qu’ensemble que nous pourrons gagner en résilience face à de nouvelles pandémies et à d’autres défis mondiaux. Le multilatéralisme n’est pas une option : c’est une nécessité, alors que nous essayons de reconstruire en mieux pour faire advenir un monde plus égal, plus résilient et plus durable. L’ONU doit être au centre de nos efforts.

C’est aussi l’esprit de la politique extérieure d’indépendance, d’autonomie, de diversification, de multilatéralisation, d’intégration internationale proactive et active que le Vietnam poursuit depuis qu’il est devenu un pays libre et indépendant le 2 septembre 1945 et un membre de l’ONU en le 20 septembre 1977.

Par sa participation et sa contribution actives et proactives aux activités de l’ONU et son soutien au multilatéralisme, le Vietnam a affirmé le message que la coopération internationale est essentielle à la paix et à la prospérité. Une prospérité durable pour tous les peuples du monde, en particulier lorsque l’avenir du Vietnam va de pair avec la paix, la stabilité, la coopération et la prospérité de la région et du monde.

Le Vietnam a assumé efficacement cette année son double rôle de président du Conseil de sécurité de l’ONU et de président de l’ASEAN et s’emploiera à renforcer la collaboration et les cadres multilatéraux, aux niveaux mondial et régional, en particulier l’ONU et l’ASEAN.

VNA/NDEL