Le marché de la calligraphie au Temple de la Littérature

Jeudi, 22 mai 2014 à 11:40:47
 Font Size:     |        Print
 

Nhân Dân en ligne - Pour le peuple vietnamien, le Nouvel An est l'occasion d'exprimer ses souhaits les plus intimes. Le marché de la calligraphie, où les anciens tracent des lettres avec un pinceau et de l'encre de Chine, est devenue un trait culturel typique pendant le Têt.

On ne sait pas depuis combien de générations, le peuple vietnamien a l'habitude d'acheter des lettres et des sentences parallèles à l'occasion du Têt. Autrefois, lorsque le confucianisme prospérait, les personnes âgées aimaient accrocher des idéogrammes tracés sur papier rouge aux murs de leur maison, avec l’espoirt qu'ils aient une influence bénéfique sur leur vie au cours de l'année. À la fin de l'année lunaire, dans les marchés ruraux, il y avait toujours des lettres qui traçaient d’une main experte de belles lettres pour ceux qui le désiraient. Dans les villes, surtout dans le vieux quartier de Hanoi, les vieux lettrés barbichus assis sur le trottoir, penchés sur une feuille, pinceau à la main, entourés de badauds, étaient une scène fréquente du Têt.

De nos jours, à Hanoi, un marché de la calligraphie se tient à Van Miêu-Quôc Tu Giam (Temple de la Littérature) et perpétue la tradition. Parmi les idéogrammes les plus demandés figurent "Longévité" ou "Bonne Santé"; mais aussi "Bonheur", "Chance", "prospérité", "Persévérance" ou "Coeur". Ce marché de la calligraphie est devenu un des traits culturels de la capitale.