Bac Giang: Préservation des «môc ban» de la pagode de Vinh Nghiêm

Lundi, 25 avril 2016 à 20:24:11
 Font Size:     |        Print
 

Cérémonie de mise en chantier de la Maison de préservation et d’exposition des «môc ban» de la pagode de Vinh Nghiêm. Photo: NDEL.

Nhân Dân en ligne - Une maison de préservation et d’exposition des «môc ban» (tablettes de bois liturgiques) de la pagode de Vinh Nghiêm a été mise en chantier, ce lundi matin, dans la province de Bac Giang (au Nord).

Cet ouvrage sera construit sur une superficie de plus de 330m2 au sein de la pagode de Vinh Nghiêm, représentant un investissement total de près de 30 milliards de dôngs. Les travaux devront être achevés avant février 2017 où se produira la Fête de la pagode de Vinh Nghiêm.

Cette maison d’exposition deviendra certainement une destination privilégiée pour ceux qui aiment découvrir les valeurs originales des «môc ban», un trésor national.

Situé à 60km au nord de Hanoi, la pagode de Vinh Nghiêm, qui est construite au XIe siècle sous la dynastie des Ly (1010 - 1225), est réputée pour son architecture originale et, surtout, ses plus de 3.000 tablettes de bois liturgiques sur lesquelles sont gravés les enseignements de Bouddha. Au-delà de leur valeur historique, ces planches de bois sont également d’une valeur artistique et technique puisqu’elles marquent le développement de la sculpture sur bois et de l’imprimerie au Vietnam. Chacune de ces tablettes bouddhiques est une œuvre de sculpture d’une grande ingéniosité.

Ces gravures xylographiques ont permis aux chercheurs de lever le voile sur certains mystères du passé, comme l'histoire du bouddhisme vietnamien, les sciences et les techniques, la philosophie, la sociologie et la linguistique. Les linguistes ont pu aussi mieux comprendre le processus de développement de l'écriture du peuple vietnamien, en particulier le passage du chinois au Nôm (un type de script pictographique créé par les Vietnamiens sur la base du chinois).

À rappeler que les tablettes en bois de la pagode de Vinh Nghiêm ont été inscrites en 2012 par l’UNESCO (Organisation des Nations Unies pour l'Éducation, la Science et la Culture) au registre «Mémoire du monde» de la région Asie-Pacifique.

NDEL