Rêve de Famille – Histoires des enfants orphelins et abandonnés

Samedi, 19 octobre 2019 à 20:52:21
 Font Size:     |        Print
 

Des enfants orphelins rêvent d’avoir une chère famille. Photo : Minh Hanh/NDEL.

Nhân Dân en ligne – Les enfants sont toujours les plus vulnérables de la société, mais cet état de chose vient parfois de leur famille à cause des conséquences regrettables engendrées des problèmes sociaux comme la violence domestique, la grossesse inattendue, les difficultés financières ou la divorce. 20 enfants, personnages d’une exposition « Rêve de famille » sont ceux qui ont subi ces souffrances.

« Rêve de famille » est réalisée par l’Union des Femmes du Vietnam (UFV) à l’occasion de la Journée des Femmes vietnamiennes (20 octobre), de la Journée internationale de la fille (11 octobre), et en écho de l'Année de la sécurité pour les enfants et les femmes, lancée par l’UFV.

L’exposition est divisée en trois parties : « Vie turbulente », « Quand j’ai trouvé un sourire » et « Mon petit rêve ».

Des images et documents bien installés racontent des histoires réelles des enfants orphelins et abandonnés.

Ces 20 enfants aux tranches d’âge différents sont venus des provinces différentes telles que Lào Cai, Lai Châu, Son La (province montagneuse septentrionale), Hung Yên (au Nord-Est) et Khanh Hoa (au Centre). Certains vivent dans les grandes villes, tandis que d'autres viennent de régions montagneuses. Ils viennent de milieux différents, vivant avec des parents et des grands-parents ou grandissent dans des orphelinats et des centres de protection des enfants.

Giàng A Sua, 19 ans venu de la province montagneuse septentrionale de Yên Bai, et ses deux frères plus jeunes ont été abandonnés depuis leur enfance. Depuis, ils rêvent d’avoir une chère famille. Son père est mort quand il avait huit ans.

« Ma mère nous a laissés tous les trois chez nos grands-parents et a épousé un autre homme. Nous ne l’avons pas beaucoup vue depuis son remariage », a-t-il raconté.

Il a été envoyé à l’école Hoa Sua, école de formation professionnelle pour les jeunes défavorisés. Maintenant, il considère l’école Hoa Sua comme sa famille.

C’est un cas parmi beaucoup d’autres. L’enfant abandonné a réussi à trouver une autre famille. Il a été formé pour gagner sa vie. Beaucoup d'autres enfants rêvent d'avoir une chance comme Giàng A Sua.

Hà Tô Uyên, née en 2004 dans la province montagneuse septentrionale de Lào Cai : « Ma mère est morte quand j’étais en 5e classe. Mon père battait souvent mon jeune frère et moi. Mes grands-parents avaient de la compassion pour nous et nous ont ramenés chez eux pour nous nourrir. Mais ils n’ont pas été capables de prendre soins de nous, ils nous ont envoyés alors au Centre de protection de Lào Cai. Je n’avais pas de choix, même si je ne voulais pas y aller ».

Vivant dans une vie turbulente, ces enfants défavorisés ont juste de petits rêves mais dramatiques : « Je souhaite que ma mère reste vivante aujourd’hui, pour que ma vie ne soit pas si dure », ou « Si j’ai un souhait, je souhaiterai avoir une famille heureuse », …



C’est dramatiquement les difficultés des enfants, leur volonté et la façon dont la communauté s’est engagée à les aider. Photo : Minh Hanh/NDEL

Les enfants considèrent la "Famille des enfants orphelins" comme chez eux. Photo : Minh Hanh/NDEL.

« Famille des enfants orphelins » de M. Vu Tiên et Mme Vu Thi Ngoc Oanh à l’arrondissement de Hoàn Kiêm à Hanoi a élevé plus de 600 enfants au cours de ces 30 ans derniers.

Les enfants souhaitent réaliser leur petit rêve d’une famille heureuse. Photo : Minh Hanh/NDEL

L’exposition reflète des difficultés des enfants, l’absence de l’amour de leurs parents, leur volonté, ainsi que les partages de la communauté.

La présidente de l’Association de la Protection des droits des enfants du Vietnam Trân Thi Thanh Thanh offre des cadeaux aux enfants défavorisés

L’Association de la Protection des droits des enfants du Vietnam avec le programme « Allumer des rêves » donne des bourses d’études pour permettre à des enfants d’aller à l’école.

L’exposition se poursuivra jusqu’au 27 octobre au Musée des Femmes du Vietnam au 36 rue Ly Thuong Kiêt.

MINH HANH/NDEL