Le Vietnam récolte les fruits de la réforme alors qu'il progresse dans la compétitivité mondiale

Mardi, 15 octobre 2019 à 17:33:21
 Font Size:     |        Print
 

Un coin de la ville de Dà Nang. Photo : VGP.

Nhân Dân en ligne - Alors que la compétitivité de nombreuses économies d’Asie et d’Asie Pacifique a décliné, le Vietnam a gagné 3,5 points et dix places supplémentaires dans le classement de l’indice de compétitivité mondial (GCI) de 2019 récemment publié par le Forum économique mondial.

Le Vietnam se classe désormais au 67e rang sur 141 économies dans le monde, ce qui en fait une économie dont le score s'est amélioré de la manière la plus globale et l'une des plus performantes de la région Asie-Pacifique.

Cette année est la première fois que le Vietnam dispose de deux indices de composante avec un score absolu de 100, à savoir l'inflation et l'incidence du terrorisme, dont le score de 100 signifie aucune incidence.

Parmi les 12 secteurs piliers, seule la santé a vu son score baisser, alors que celui de la stabilité macroéconomique est resté inchangé et que les scores des autres piliers se sont améliorés par rapport à l'année précédente.

En termes de rangs, les trois piliers des infrastructures, de la santé et des systèmes financiers ont légèrement diminué, tandis que des augmentations ont été observées dans tous les autres piliers.

Qu'est-ce qui a fait du Vietnam une économie aussi impressionnante dans le GCI 2019 ? Selon les experts, le premier était la volonté de réformer les institutions économiques, l’un des principaux éléments étant le changement de mentalité de l’appareil administratif, supprimant ainsi tous les obstacles qui entravent l’innovation des personnes et des entreprises.

Le gouvernement a promulgué une résolution sur l’amélioration du climat des affaires et la compétitivité nationale chaque année depuis 2014, dans laquelle il s’est fixé pour objectif spécifique d’améliorer la position du Vietnam sur les classements internationaux et de charger les ministères et les agences de mettre en œuvre, d’inspecter et de suivre les progrès réalisés.

Le Premier ministre demande également l'inclusion de l'amélioration du climat des affaires et de la compétitivité nationale parmi les objectifs d'émulation des gouvernements locaux.

Le résultat est la confiance sociale dans un État faisant des efforts concrets tels que l'élimination et la simplification des conditions des affaires ; changer de méthode dans les activités de gestion et d'inspection de l'État ; renforcer la mise en place de l'administration en ligne et des paiements autres qu'en espèces ; réformer l'inspection des entreprises et réduire les coûts de mise en conformité pour les particuliers et les entreprises.

En outre, l’amélioration de la situation au Vietnam a été attribuée à sa capacité à tirer parti des opportunités offertes par la guerre commerciale pour attirer les investissements étrangers et devenir un centre commercial plus attractif dans la région. Capitalisant sur la libéralisation des échanges, combinant libéralisation externe et réforme interne, le Vietnam a su transformer les défis en opportunités en continuant à progresser dans un monde de plus en plus incertain.

Atteindre un rang supérieur est difficile, mais maintenir l’élan d’amélioration est encore plus difficile. Un regard sur l’histoire des classements CGI du Vietnam depuis 2006 montre qu’il fut un temps où la position du Vietnam chutait à la fois dans les scores et dans les classements pendant trois années consécutives. Il fut également un temps où le Vietnam voyait son score s’améliorer, mais il perdait de son importance car la réforme du pays était minime comparée aux efforts vigoureux d’autres économies. L’exemple parfait est celui de 2018, lorsque le Vietnam a enregistré une légère hausse de 0,2 avec trois réformes reconnues, mais a perdu trois places par rapport à l’année précédente pour se classer au 77e rang des 140 économies.

Actuellement, le Vietnam se classe au 6e rang des pays de l'ASEAN et il reste encore beaucoup de chemin à parcourir avant de pouvoir se classer parmi les quatre premiers. Pour atteindre un tel objectif, l'engagement en faveur de la réforme doit être maintenu. Le gouvernement doit continuer à supprimer sérieusement les exigences commerciales ; restreindre le champ des marchandises soumises à des inspections spécialisées ; promouvoir fortement le paiement électronique, en aidant à réduire les coûts, à renforcer la transparence et à lutter contre la corruption ; et encourager les innovations centrées sur l'entreprise.

NDEL