Pham Tuân: Le héros du ciel

Jeudi, 22 mai 2014 à 13:38:13
 Font Size:     |        Print
 

Les cosmonautes Pham Tuân et Gorbatko.

Nhân Dân en ligne - Pham Tuân, le premier pilote vietnamien qui a abattu la «forteresse volante» B52 et également le premier vietnamien à être allé dans l’espace, explique des choses que peu de gens savent…

Des faits jamais encore racontés

Pham Tuân est issu d'une famille paysanne originaire de la province de Thai Binh, au Nord du Vietnam.

En 1965, la guerre contre les Américains entre dans une phase acharnée et comme tant d'autres, l'ancien petit gardien de buffle s’engage dans l’armée. «Je rêvais de servir dans la marine. Cependant, après un contrôle de santé, on m'a choisi pour devenir pilote de l'air. Cependant, comme j'ai eu des problèmes aux yeux et au coeur, j’ai été envoyé en Union soviétique;pour suivre des cours de réparation d'avions», se souvient Pham Tuân.

Devant l’exigence de la guerre, la partie vietnamienne demanda à l’Union soviétique de recruter des pilotes parmi les mécaniciens vietnamiens. C'est ainsi que Pham Tuân est admis à l’école de l’Armée de l’air en Union soviétique, d'où il sort en 1968, avec la mention bien. De retour au pays, il est affecté au Régiment Sao Do (Étoile Rouge), au grade de sous-lieutenant, pilote d'avion de chasse.

Des souvenirs inoubliables

Pham Tuân se souvient d’un combat dans le ciel de Vinh, chef-lieu de la province de Nghê An;: «Les avions ennemis volaient à basse altitude, notre système de radar n’arrivait pas à les dépister. Nous avons reçu l’ordre de les intercepter. Les deux parties se battaient dans le ciel. Ce fut ma première rencontre avec des avions ennemis. C'était impressionnant. Mon coeur palpitait d'émotion;».

Mais, il n’oubliera jamais la nuit du 27 décembre 1972. Dans l'obscurité du ciel de Hanoi, luisaient d’instant en instant les éclairs provoqués par les explosions des bombes larguées en tapis par des forteresses volantes B 52 de l’US Air Force qui voulait ramener la capitale à «l’âge de pierre». Il fallait contrer les ennemis et protéger la capitale. Et ce qui devait arriver est arrivé: «Après avoir touché un B 52, je cherchais à sortir sain et sauf de l'encerclement des avions ennemis, sans compter le risque d’être atteint par nos propres missiles sol-air. Après mon retour à la base, j'ignorais encore le résultat du combat. Le lendemain, de très bonne heure, le général Vo Nguyên Giap nous a envoyé un message de félicitations. C'est à ce moment que j’ai été certain d'avoir abattu ce B 52».

Au début de l’année 1973, dans la prison Hoa Lo, surnommée «Hilton-Hanoi», eut lieu la rencontre entre Pham Tuân et le pilote du B-52 abattu. Détails significatifs : le pilote américain n'arrivait pas à comprendre, comment Pham Tuân avait pu abattre son appareil.

En 1979, un nouvel honneur lui échoit: il est choisi pour participer à un vol spatial vietnamo-soviétique, dans le but pacifique d'étudier le cosmos. Se souvenant des durs entraînements pour améliorer sa force physique, il racontent: «J’étais parmi les plus forts, pourtant parfois, j'étais à bout de souffle, notamment avec la machine tournante destinée à contrôler le vestibule. Baisser la tête et la relever toutes les trois secondes et cela pendant dix minutes, c'est à peine supportable».

Le 23 juillet 1980, au cosmodrome de Baïkonour (ex-Union soviétique), le vaisseau Complex 37 emporte Pham Tuân et le cosmonaute soviétique Victor Gorbatko dans l’espace pour procéder à des expériences scientifiques.

TUÂN LONG/CVN