La Conférence de Genève

Mardi, 10 juin 2014 à 03:50:00
 Font Size:     |        Print
 

La conférence internationale sur l'indochine tenue à Genève, Suisse (avril 1954). Photo: Nhân Dân.

Nhân Dân en ligne - Fort de sa position sur le plan militaire, le Parti communiste du Vietnam (PCV) préconisa d'ouvrir une offensive sur le front diplomatique. Le 26 novembre 1953, dans une interview accordée à un journaliste suédois, le Président Hô Chi Minh déclara: "La condition d'un armistice au Vietnam sera le respect sincère par le gouvernement français de l’indépendance réelle du Vietnam".

Sa déclaration fit un grand écho en France et dans le monde entier. Face à la pression de l'opinion publique, le gouvernement français fut obligé d'accepter de négocier avec le gouvernement de Hô Chi Minh. Les ministres des Affaires étrangères de 4 pays (Russie, États-Unis, Angleterre, France) décidèrent le 25 janvier 1954 à Berlin d'ouvrir la conférence de Genève. Après l’accord des États-Unis, le 18 février 1954, pour la participation de la Chine, la conférence fut ouverte le 26 avril 1954. Sur l'invitation du gouvernement de Russie et du celui de Chine, la délégation de la République Démocratique du Vietnam conduite par Pham Van Dông, vice-Premier ministre, ministre des Affaires étrangères partit le 4 mai 1954 a Genève pour assister à la conférence.
Le 7 mai 1954, la Campagne de Diên Biên Phu se termina triomphalement. Le 8 mai 1954, la Conférence de Genève sur la fin de la guerre en Indochine s'ouvrit. À l'issue de 8 séances plénières et 23 séances restreintes, extrêmement tendues et compliquées, avec des efforts et la bonne volonté de la part du Vietnam, les Accords de Genève furent signés le 20 juillet 1954. Les pays participants adoptèrent la Déclaration commune: respect par la France de l’indépendance, de la souveraineté, de l'unité et de l’intégrité territoriale du Vietnam, du Cambodge et du Laos; conclusion d'un accord sur le retrait de toutes les troupes françaises des pays d'Indochine et organisation d'élections générales libres dans les trois pays en vue de constituer un gouvernement unique dans chacun d'eux.
La signature des Accords de Genève est non seulement une grande victoire des peuples indochinois, des peuple épris de paix dans le monde entier, mais assène encore un coup mortel à la tentation de l’impérialisme américain d'étendre et de faire perdurer la guerre d'Indochine. La paix fut rétablie en Indochine et le Nord Vietnam totalement libéré, ceux qui constituaient un tournant important pour la révolution vietnamienne.