Économie maritime : Des labels pour la belle côte du Vietnam

Mercredi, 21 mai 2014 à 13:15:25
 Font Size:     |        Print
 

Le Vietnam possède de belles plages.

Nhân Dân en ligne - Le Vietnam est un pays côtier. Avec un littoral long de 3.260 km, son potentiel pour le tourisme maritime est considérable. Pourtant, le secteur n’a pas encore de label international.

Avec un littoral long de 3.260 km, 125 belles plages et plus de 3.000 îles, le pays en forme de S ne manque pas d’atout pour développer un tourisme balnéaire et de plaisance autour de ces précieuses ressources.

Le directeur de l’agence de voyage Vong Tron Viêt, Phan Dinh Huê, résume clairement les attraits majeurs du pays en la matière : «Le Vietnam possède les trois +S+ pour attirer les touristes : Sun, Sea et Sand». Selon une étude de sa compagnie, le premier élément pour lequel les touristes choisissent le Vietnam comme destination, c’est la mer, viennent ensuite les sites culturels et enfin les parcs naturels. Presque la totalité des circuits pour les touristes étrangers font étape, tôt ou tard, en bord de mer. Par exemple, un circuit au Nord comprend toujours une visite en baie de Ha Long (province de Quang Ninh) ; au Centre à Dà Nang, Quang Nam, Nha Trang ou Mui Ne. «La mer joue un rôle de lien dans les circuits touristiques autour du Vietnam», insiste M. Huê.

En comparaison avec d’autres régions, les régions littorales sont celles où sont le plus développés les infrastructures et services touristiques, avec 1.500 hôtels et 45.000 chambres. Parmi ces hôtels, beaucoup sont des resorts ou des hôtel quatre ou cinq étoiles, aux normes internationales.

Plage déserte dans le passé, Mui Ne (province de Binh Thuân) est devenue aujourd’hui le paradis des resorts. Par ailleurs, la baie de Ha Long, Nha Trang et Lang Cô sont parmi les plus belles plages du monde. Quant à la plage de Dà Nang, elle a été reconnue par Forbes comme l’une des six plus belles plages de la planète. Enfin, chaque jour, des dizaines d’avions s’envolent pour la magnifique île de Phu Quôc à Kiên Giang.

Ces dernières années, les croisières connaissent un essor sans précédent. Parmi les arguments de vente pour celles-ci : les beaux paysages, une gastronomie variée et la culture millénaire du Vietnam bien sûr mais également son emplacement idéal entre Singapour et Hong Kong (Chine). Cela fait du pays une escale idéale au sein d’une croisière.

Des services de loisir insuffisants…

Malgré ces incroyables potentiels, le tourisme maritime du Vietnam a encore un long chemin à parcourir. «Bien que le pays ait constaté le nombre considérable de touristes étrangers attirés ici par le linéaire côtier, des études de marché plus précises n’ont pas encore été réalisées. Les différentes demandes du côté des touristes restent méconnues», remarque ainsi un ancien chef adjoint de l’Administration nationale du tourisme. «Nos bords de mer manquent de services balnéaires tels que l’on en trouve dans les pays voisins».

Trân Van Long, le directeur de l’agence de voyage Viêt, insiste quant à lui sur une faiblesse importante du tourisme littoral du Vietnam : l’absence de label international que possèdent par exemple Bali en Indonésie, Phuket en Thaïlande ou Lankawi en Malaisie. Par la suite, ces plages labélisées permettent de promouvoir le tourisme dans l’ensemble du pays. Le Vietnam possède tant de belles plages que c’est une réelle perte que de ne pas miser sur l’édification de labels.

Par ailleurs, les chambres des resorts ici sont relativement chères et c’est pourquoi les clients sont pour la plupart étrangers et riches. Les personnes aux revenus moyens s’orientent vers les pays voisins dont les séjours en circuit sont parfois moins onéreux qu’au Vietnam. Or, la haute saison pour les touristes étrangers ne durent que les quatre derniers mois de l’année. Le taux d’occupation des hôtels reste donc faible.

Selon les experts, il faut impérativement apprendre des expériences des pays voisins. En dehors des labels, le Vietnam pourrait envisager d’organiser des programmes de loisir et des compétitions sportives nautiques comme un tournoi de planches à voile par exemple. Les idées ne devraient pas manquer face à de tels potentiels…

HÀ MINH/CVN