Hoàng Hiêp, grand compositeur révolutionnaire

Mercredi, 21 mai 2014 à 11:24:21
 Font Size:     |        Print
 

Hoàng Hiêp, auteur de plus de 400 chansons, s'est éteint le 9 janvier 2013 à l'âge de 82 ans

Nhân Dân en ligne - Hoàng Hiêp vient de s’éteindre à l’âge de 82 ans, il laisse derrière lui un héritage inoui. En 60 ans de création, Hoàng Hiêp a apporté à la musique vietnamienne plus de 400 chansons, académiques et populaires confondues.

"Nostalgie de Hanoï", "La barcarolle à l’embarcadère de Hiên Luong", "Truong Son de l’Est - Truong Son de l’Ouest", ou encore "Retour à la rivière de mon enfance" sont autant de confidences, de messages d’amour que le compositeur a dédiés à son pays, à son prochain.
De son vrai nom Luu Trân Nghiêp, Hoàng Hiêp naît le 1er octobre 1931 dans la province d’An Giang, au Sud. Il commence à composer à l’âge de 17 ans, mais ce n’est qu’à 26 ans, que le public retient son nom avec "La barcarolle à l’embarcadère de Hiên Luong". 3 ans après la signature des accords de Genève coupant en deux le Vietnam, en 1957, ce titre devient la chanson emblématique de cette séparation; il apparaît comme le message d’espoir d’une réunification prochaine du pays. Selon Pham Ngoc Khoi, vice-président de l’Association des compositeurs vietnamiens, le pays et la nation ont toujours occupé une place prépondérante dans l’oeuvre de Hoàng Hiêp: "L’oeuvre de Hoàng Hiêp est marquée par son vécu très diversifié. Elle a une portée encore plus culturelle que musicale. Hoàng Hiêp fut un véritable passeur de mots à travers sa musique".
À côté des chansons patriotiques, Hoàng Hiêp a écrit sur l’amour. "La saison des hirondelles", "Je t’attends toujours", "Là où je t’ai rencontrée" comptent parmi les romances les plus adulées du public. "Nostalgie de Hanoï" reste l’une de ses plus grandes oeuvres. Hoàng Hiêp la compose à la fin du 20ème siècle. On a tous en tête les paroles: "Je me souviens de cette rue ombragée à l’air sérieux, du concert des cigales qui berçait nos siestes estivales"; "et je me souviens du dring dring des tramways", "des rues animées dans l’attente du Nouvel An, de cette minute sacrée où l’Oncle Hô lisait son poème".
"Nostalgie de Hanoï est sans doute l’une des plus belles chansons sur Hanoï, dit Tân Minh est l’un des interprètes de Hoàng Hiêp. Je crois qu’elle sera éternellement dans le coeur des habitants de la capitale. Une autre chanson de Hoàng Hiêp que j’adore est "Retour à la rivière de mon enfance". Ces chansons sont un véritable trésor musical".
Hoàng Hiêp avait un autre grand talent, il savait mettre en musique les poèmes. C’est le cas de sa fameuse "barcarolle à l’embarcadère de Hiên Luong", mais aussi de "Visite du mausolée de Hô Chi Minh" ou de "Feuilles rouges". L’écrivain Nguyên Quang Sang lui vouait une grande admiration: "Pour moi, Hoàng Hiêp était un compositeur poète. Il n’écrivait pas de poèmes, mais sa sensibilité poétique était profonde et subtile. Il était l’un des meilleurs pour mettre en musique des poèmes, au Vietnam".
Le compositeur Tô Vu admire aussi son collègue: "À première vue, vous le croirez simple, mais en fait, Hoàng Hiêp fut quelqu’un de très exigeant envers lui-même. Chaque oeuvre résulte d’une réflexion profonde, y compris pour la mise en musique de poèmes. Ses romances sont mélodieuses, mais ce sont des mélodies ardentes et passionnées, à la différence du calme apparent de ce compositeur introverti".
En 2000, Hoàng Hiêp s’est vu décerner le prix Hô Chi Minh des lettres et des arts pour ses oeuvres "La barcarolle à l’embarcadère de Hiên Luong", "La fille qui fabrique des chausses-trapes", "La lampe en garde", "Truong Son de l’Est - Truong Son de l’Ouest", "Visite du mausolée de Hô Chi Minh" et "Nostalgie de Hanoï". Il nous a quittés, mais ses belles mélodies continueront de résonner longtemps dans le coeur de ses compatriotes.

CTV-LAN ANH/VOVWORLD