Le général matricule 601

Mercredi, 21 mai 2014 à 09:52:29
 Font Size:     |        Print
 

Le général de division Dông Si Nguyên, commandant du Corps de Truong Son de 1967 à 1976 (avril 2009).

Nhân Dân en ligne - Durant la guerre, les mots "piste Hô Chi Minh", un complexe labyrinthique de chemins à travers la jungle tropicale, a hanté nombre de généraux de larmée américaine. L'homme qui a orchestré ce dédale inextricable est le général de division Dông Si Nguyên, baptisée matricule 601, commandant du Corps de Truong Son.

Un matin d'avril 2009, je l’ai rencontré dans une chambre de l'Hôpital militaire 108, à Hanoï, où il était en convalescence. Avec la voix lente et profonde d'un vieil homme originaire du Centre, il nous a raconté ses souvenirs d’antan, ses joies ainsi que ses peines sur la légendaire piste Hô Chi Minh.
"En 1967, pour faire face aux bombardements féroces de l'US Air Force sur la piste Hô Chi Minh, le Comité central du Parti m'a envoyé dans la région de Truong Son. Le chemin était si boueux que nous devions recouvrir le sol de branches d'arbustes pour permettre aux camions de passer. Nous avons alors été attaqué et j’ai pleuré pour nos courageux soldats tués au combat", a-t-il confié.

Le général de division Dông Si Nguyên présentant le plan opérationnel de la campagne de la Route No 9 - Sud du Laos (1971) dans un PC dissimulé dans les forêts de Truong Son.
Ce fut le moment où le général de division Dông Si Nguyên a décidé de mettre en œuvre la stratégie: "Attaquer l’ennemi tout en ouvrant la route au front". Il a fait construire une piste Hô Chi Minh pavée de pierres et un système de protection anti-aérien pour la protéger et répliquer immédiatement aux attaque de l'US Air Force. En 1967, des batteries de missiles ont été secrètement déployées dans la région de Truong Son pour lutter contre les bombardiers B 52, ce qui a dérouté l'US Air Force.
Le général de division Dông Si Nguyên nous a également parlé de la Campagne de la Route 9 - Sud Laos, l'une des campagnes qui a aidé à vaincre les forces terrestres et la stratégie de "Vietnamisation de la guerre" de l'armée américaine. "L'armée américaine pensait à tort pouvoir faire la pluie et le beau temps avec une grande et puissante force d'hélicoptères, mais sur le champ de bataille de Truong Son, elle était à l’image de "donner à manger aux éléphants des cannes à sucre". Sa comparaison nous a fait rire si fort qu’il a lui aussi explosé de rire.

Le général de division Dông Si Nguyên, commandant du Corps de Truong Son, pendant la Campagne de la Route No 9 – Sud du Laos.
Certains surnomment affectueusement le général de division Dông Si Nguyên "l'homme qui peut élaborer une centaine de stratégies en une nuit". L'une de ses réalisations dont beaucoup de gens parlent encore fut la neutralisation de la ligne McNamara, un système de fils de fer barbelés qui s'étendait de Cua Viêt, dans la province de Quang Tri, à Muong Phin au Laos. Les États-Unis étaient fiers de déclarer que même une fourmi ne pourrait passer au travers. Pourtant, grâce au génie militaire du général de division, des convois de camions de l'armée du Nord ont pu facilement passer au Sud comme comme si ce système n’existait pas.
Le truc utilisé par le général de division était simple mais très fin. Après avoir découvert les "arbres tropicaux", un bon système de détection des bruits par l’armée américaine disséminés le long de la piste Hô Chi Minh du système McNamara, il a ordonné aux soldats de récupérer les moteurs des camions abîmés ou incendiés répartis le long de la piste et de les mettre en marche à côté des "arbres tropicaux" jour et nuit. Le système de détection a été ainsi neutralisé.

Le général de division Dông Si Nguyên accompagnant le secrétaire général du PCV Lê Duân et les généraux en visite le long de la piste Hô Chi Minh pendant la campagne de libération de Quang Tri en 1972.
Dông Si Nguyên est bien connu non seulement pour avoir de nombreux systèmes efficaces de lutte contre l'ennemi, mais aussi pour être un homme résolu, doté d’une vision stratégique. Il l’a prouvé avec sa décision de faire de la piste Hô Chi Minh un labyrinthe complexe de voies de transport interconnectées les unes aux autres le long de la cordillère de Truong Son et de créer une division de camion. Il s'agissait d'une décision audacieuse, car jamais auparavant dans les guerres mondiales un pays a déployé une unité de camions au niveau de la division. Grâce à deux divisions de camions, nous avons pu transporter une grande quantité de soldats et de matériel et, en même temps, fournir un appui rapide sur les champs de bataille. Par exemple, le transport du corps d'infanterie et des divisions pour préparer la campagne Hô Chi Minh d’avril 1975 a été achevée en un court laps de temps.
Parler de l’art du commandement des troupes, le général Dông Si Nguyên a déclaré: "Un général qui commande des troupes sur le champ de bataille doit etre créatif, s'adapter aux réalités de chaque bataille. Il doit être décisif, mais non dogmatique ou conservateur. S'il se trompe, il doit immédiatement faire un rajustement. C'est comme cela qu'il peut transformer la défaite en victoire et passer d'une phase défensive à une phase offensive".
À la fin de l'entrevue, je lui ai demandé quelque chose de peu connu au sujet de sa biographie pour mon article. Songeur, il a semblé soudain se rappeler quelquechose d’important. "Beaucoup de gens connaissent mon nom, mais une chose très peu connue, c'est que pendant la période où j'étais à Truong Son, j'ai été nommé matricule 601".
Je l'ai remercié et sur le chemin du retour, j'ai repensé au matricule 601. Je me suis demandé si sa vie n`avait pas été comme ce nombre, un peu mystérieuse, tout comme la piste Hô Chi Minh que les États-Unis, malgré tous leurs efforts, n’ont jamais pu neutraliser.

*Le général de division Dông Si Nguyên, dont le nom de naissance est Nguyên Huu Vu, est né le 1er mars 1923 dans la commune de Quang Trung, district de Quang Trach, province de Quang Binh, au Centre du Vietnam. Il a été commandant du Corps de Truong Son de 1967 à 1976. Il a occupé des postes importants, dont membre du Politburo, vice-président du Conseil des ministres, chef d'état-major adjoint, vice-ministre de la Défense nationale, ministre de la Construction, commandant et commissaire politique de la Zone militaire de la capitale... Il a recu de nombreux prix et titres honorifiques comme la Médaille de "l’Étoile d’or" (le plus haute distinction de l'État), la Médaille Hô Chi Minh, la Médaille des exploits militaires de Première Classe, la Médaille des faits d’armes de Première Classe, la Médaille de la Victoire de Première Classe, la Médaille de la Résistance de Première Classe et de nombreux autres.

THANH HOA/VNP (Photo: HOANG HÀ & ARCHIVES)