Le Vietnam sous les yeux de six artistes françaises

Dimanche, 18 mai 2014 à 23:55:41
 Font Size:     |        Print
 

En admiration devant les œuvres exposées.

Nhân Dân en ligne - Au centre des expositions de Hô Chi Minh-Ville, six artistes françaises viennent de présenter leurs œuvres au public. Il s’agit de Maria Arulnayagam, Félicie Bergerot, Odyl Devaux-Zeller, Claire Pincemin, Cathy Quesne et Nadège Simard.

Au total, près d’une centaine de peintures ont été exposées du 9 au 11 mai à Hô Chi Minh-Ville. Utilisant de nouvelles techniques picturales et divers matériaux et supports (peinture à huile, papier, tissu, toile...), ces artistes ont puisé leur inspiration dans les paysages, la vie et les gens du Vietnam.

Clair Pincemin et Cathy Quesne ont mis en lumière des visages de femmes d’ethnies minoritaires ou d’enfants. Les autres ont été sensibles aux activités quotidiennes de la population : marché flottant de Cai Bè, vente ambulante, jeux d’enfants... À côté des peintures inspirées du Vietnam, d’autres sur le thème d’autres pays sont également exposées pour permettre des comparaisons entre les peuples.

Hô Chi Minh-Ville, toujours en mouvement
Cathy Quesne, au Vietnam depuis août 2010, a confié : «Je suis impressionnée par Hô Chi Minh-Ville qui est une ville toujours en mouvement. Beaucoup de circulation, de constructions, une importante population. Elle est dynamique et se modernise chaque jour un peu plus. En quatre ans, j’ai pu observer tous ces grands changements. Cela m’a inspirée pour créer des tableaux avec du mouvement, des buildings...».
Elle a réalisé en quatre ans une vingtaine de tableaux. Le Vietnam lui a donné la possibilité d’exposer ses toiles et elle en est très reconnaissante. D’après les autres artistes, la vie au Vietnam est très agréable. Les Vietnamiens les ont toujours bien accueillies et n’ont jamais subi d’actes de discrimination. C’est très important pour elle de se sentir acceptée tout en étant étrangère. On perçoit d’ailleurs à travers leurs œuvres leur intégration facile et on y voit non seulement des Français, mais aussi des Africains, des Indiens, des Thaïlandais… Ces visages étrangers sont toujours calmes et détendus.