Visite de la gare la plus ancienne au Vietnam

Dimanche, 08 octobre 2017 à 03:23:57
 Font Size:     |        Print
 

La gare de Dà Lat est une destination incontournable pour les touristes. Photo : CVN.
 Font Size:     |  

Nhân Dân en ligne - Construite entre 1932 et 1938, la gare de Dà Lat, province de Lâm Dông (sur les Hauts plateaux du Centre), est la plus vieille du pays. Elle a été inscrite au patrimoine architectural national.

Avec son allure de ville européenne et son architecture française, la station climatique de Dà Lat, province de Lâm Dông, est considérée comme un petit bout d’Occident dans cette région forestière. La gare de Dà Lat est une destination incontournable quand on visite cette ville de montagne romantique. Située sur la rue Yersin, elle est la plus ancienne du pays.

Cette gare, construite entre 1932 et 1938 sous la direction de l’ingénieur vietnamien Vo Dinh Dung, a été conçue par deux architectes français Moncet et Reveron. Son style élégant et original est un mélange harmonieux entre l’architecture occidentale et l’architecture des maisons communes des ethnies des hauts plateaux du Centre. Le bâtiment principal, avec ses trois toits fortement inclinés à la façade décorée d’un vitrail multicolore, a été inspiré par la gare de Trouville-Deauville, de style d’Art Déco.

Un site touristique fait la renommée de la ville

La gare était le terminus du trajet de 84 km reliant la ville de Phan Rang (province centrale de Ninh Thuân) à la ville de Dà Lat. La construction de cette ligne de chemin de fer a coûté 200 millions de francs. Cette gare, parmi les plus belles du Vietnam, est devenue un site touristique renommé, qui attire notamment beaucoup de visiteurs étrangers. En 2001, elle a été inscrite au patrimoine architectural national.

Actuellement, la gare de Dà Lat est exploitée surtout à des fins touristiques. Un train est mis en service pour transporter les touristes depuis la gare de Dà Lat jusqu’au bourg de Trai Mat, soit un petit trajet de 7 km, permettant aux touristes d’admirer la pagode Linh Phuoc, à l’architecture bouddhiste tout à fait particulière.

CVN/NDEL