Le village de poterie de Thanh Hà

Samedi, 12 août 2017 à 10:33:27
 Font Size:     |        Print
 

Photo d'illustration: VOV.
 Font Size:     |  

Nhân Dân en ligne - Situé au bord de la rivière Thu Bôn, à 3km à l’ouest de l’ancienne Faifo, le village de céramiques de Thanh Hà ajoute un charme particulier à l’ancienne cité de Hôi An. Étape obligatoire pour les touristes vietnamiens et étrangers de passage à Hôi An, partons tout de suite à la découverte de ce site!

Le savoir-faire de la céramique dans le village de Thanh Hà remonte au 15ème siècle. Les artisans ont tout d’abord façonné le village avec ses voies vicinales dallées de briques en terre cuite ou encore ses maisons en tuiles. Les touristes d’aujourd’hui sont fascinés par leur visite à Thanh Hà, où les boutiques de céramiques se succèdent. Ustensiles de cuisine, objets du quotidien ou encore de décoration, tous les types de céramiques peuvent être dénichés ici. Le flux continu de visiteurs témoigne du talent de ses artisans, apprécié dans tout le pays et même au-delà des frontières.

Contrairement à Thô Hà, dans la province de Bac Giang, à Bat Tràng, en banlieue de Hanoï ou à Phù Lang, dans la province de Bac Ninh où les céramistes utilisent respectivement de l’argile verte, blanche ou jaune, celle de Thanh Hà est brune.

Les céramistes de Thanh Hà doivent retourner et couvrir l’argile pour la rendre aussi fine que de la farine. Bien que les artisans du village n’aient pas recours à l’émail, leurs céramiques en terre cuite conservent une peau lisse et brillante. Plus légères que celles fabriquées dans d’autres régions, elles sont très appréciées des amateurs. Pour Nguyên Thi Bich Tuyên, propriétaire de l’atelier de céramique Lê Duc Tuân à Thanh Hà, le travail de la terre constitue la clé de la réussite : « Quand le camion décharge son argile, il faut une personne pour mélanger la terre, l’arroser et la couvrir pendant la journée entière. Le lendemain, l’argile est découpée à la fourche puis battue pour la rendre plus fine. Cette étape de préparation demande 2 à 3 jours de travail. Puis, nous devons encore tremper l’argile dans l’eau, la diluer dans un tonneau et la passer au crible pour retenir les graviers qui casseraient les céramiques. »

Les céramistes de Thanh Hà ont conservé les techniques manuelles héritées de leurs ancêtres. Tous les villageois savent travailler l’argile, mais pour exceller dans l’art de la céramique, cela nécessite de nombreuses années. Nguyên Van Ngu, un céramiste expérimenté, nous confie : « Quand j’étais petit, j’ai appris par cœur les techniques de fabrication des céramiques en observant mes grands-parents. Mais quand j’ai atteint l’âge adulte, j’ai dû apprendre les techniques professionnelles avec l’aide d’un formateur. Avant et aujourd’hui encore, nous utilisons des tours manuels. Une personne pousse le tour pendant que l’autre façonne les céramiques. »

Après le modelage, les futures céramiques doivent être séchées au soleil avant l’étape de la cuisson. Celle-ci est réalisée dans un four et dure de 1 à 3 jours selon les pièces fabriquées. Nguyên Van Ngu donne quelques précisions : « Un four peut traiter 500 pièces de céramique à la fois. Il faut veiller à conserver un feu régulier et une température adéquate pour obtenir de bonnes céramiques. En observant les flammes, les céramistes expérimentés peuvent déterminer la température du four. Lorsque le feu atteint les pièces à l’étage supérieur du four, la température est de 1000 degrés exactement. Cela prend en général 15 heures. »

Les artisans confectionnent pots à chaux mouillée, bouilloires et jarres notamment. Des animaux comme des buffles, des chiens, des cochons ou des poulets prennent également vie entre les mains habiles des céramistes de Thanh Hà. Ils insufflent une âme dans leurs pièces avec leur savoir-faire. Lê Thi Hiên Trân, une jeune céramiste, partage : « Nous fabriquons des produits très esthétiques à base de terre argileuse. Et nous sommes fiers de notre métier de céramiste. Moi, je fabrique des figurines et des animaux de bandes dessinées. Ma mère s’occupe du modelage et moi de la décoration des pièces. Je cherche toujours à créer des motifs qui retiendront l’attention des clients. »

Après des siècles et malgré les vicissitudes de l’histoire, la vie du village de céramiques de Thanh Hà s’écoule toujours paisiblement au bord de la rivière Thu Bôn. Et ses produits s’écoulent un peu partout dans le monde, grâce aux touristes de plus en plus nombreux à succomber au charme de ce village d’artisanat.

LAN ANH/VOV/NDEL