La presse étrangère loue le plat « banh da » du Vietnam

Lundi, 09 octobre 2017 à 11:08:21
 Font Size:     |        Print
 

Photo d'illustration : http://infonet.vn/
 Font Size:     |  

Nhân Dân en ligne - Nhân Dân en ligne - L’AFP (Agence française de presse), une des plus grandes agences du monde, a récemment publié un article présentant le plat « banh da » (ou dit banh trang) du Vietnam.

L’article écrit : « Il s’agit d’un plat qui existe presque partout au Vietnam, avec différentes façons de présenter les feuilles. « Banh da » (ou banh trang, ou encore banh da nem, signifie feuille de riz) est un plat principal sur la table des Vietnamiens, du Sud au Nord. On le mange avec le poisson frit et la viande de porc. Le « banh da » est également grillé sur le feu pour devenir croustillant comme le biscuit, étant un plat léger dans les restaurants».

Quelles que soient les techniques de préparation, les feuilles de riz faites à la maison sont meilleures.

Invitant un correspondant de l’AFP à goûter une feuille de riz à la noix de coco grillée, Mme Nguyên Thi Huê, vendeuse des feuilles de riz à sa petite échoppe au bord de la route dans la province de Cân Tho (au Sud) a affirmé que les feuilles de riz qui sont artisanalement faites sont meilleures que celles produites dans les ateliers.

Elle s’approvisionne en feuilles de riz du village Thuân Hung, lieu connus pour les meilleurs plats du delta du Mékong.

Certaines familles gagnent toujours leur vie par la production artisanale des feuilles de riz, bien que de nombreux ateliers les fabriquent avec différentes saveurs parfumées à la crevette, à la noix de coco ou au durion.

L’AFP a cité Bùi Minh Phi, 26 ans, fabricant des feuilles de riz de 3ème génération d’une famille au village de Thuân Hung : « Les consommateurs préfèrent les feuilles de riz qui sont manuellement faites à notre village. Nous n’utilisons pas de produit chimique, la pâte est toute naturelle ».

Il peut gagner plus d’un million de dôngs par jour, et cette somme est le double à l’occasion des fêtes .

Pour des gens comme Mme Hà Thi Sau, ce métier de production des feuilles de riz est considéré comme un héritage familial. Elle transmet les secrets du métier à sa fille.

Elle continuera de pratiquer ce métier et ne pense jamais à l’abandonner , a-t-elle fait savoir. « Je produis des feuilles de riz depuis très longtemps. Je ne veux pas changer de métier », a-t-elle confié.

NDEL