Le Vietnam veut inscrire le site Ba Bê-Na Hang au patrimoine mondial

Mercredi, 12 avril 2017 à 03:31:22
 Font Size:     |        Print
 

Le lac Ba Bê dans la province de Bac Kan. Photo : Huu Oai/VNA/CVN.
 Font Size:     |  

Nhân Dân en ligne - Le Vietnam va soumettre à l’UNESCO* une brève synthèse du site Ba Bê-Na Hang, connu tant pour sa biodiversité que pour sa géologie, pour une future proposition d’inscription sur la liste du patrimoine mondial.

Le Vice-Premier ministre vietnamien Vu Duc Dam a donné instruction au Ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme de se coordonner avec le Comité national de l’UNESCO du Vietnam pour faire figurer le site dans la liste indicative en vue d’une candidature prochaine.

La réserve naturelle de Na Hang qui s’étend sur plus de 33.000 ha dans la province de Tuyên Quang (au Nord), abrite un des plus riches écosystèmes du monde selon le Fonds mondial pour la nature – États-Unis.

Elle recense à ce jour plus de 2.000 espèces végétales, dont ébène, girofle, sapinette et calambac, et 263 espèces d’oiseaux, 61 de reptiles, 35 d’amphibiens et 90 de mammifères, dont le singe au visage retourné (Rhinopithecus strykeri, l’ours noir asiatique (Ursus thibetanus)…

Entouré de chaînes de montagnes calcaires pittoresques recouvertes de forêts primitives dans la province de Bac Kan, le lac de Ba Bê, d’une superficie de près de 500 ha et d’une longueur de quelque 8 km, a été classé parmi une vingtaine de lacs d’eau douce exceptionnels à protéger lors d’une conférence sur les lacs mondiaux, aux États-Unis en 1995, et reconnu comme l’un des 27 jardins des patrimoines de l’ASEAN en 2003.

Le parc national de Ba Bê recense 1.268 espèces végétales appartenant à 160 familles dont bois de fer (erythrophlaeum), parapentace et markhamia, et 81 espèces de mammifères, 234 d’oiseaux, 30 de reptiles, 18 d’amphibiens, 107 de poissons, 553 d’insectes.

Le ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme devra guider les comités populaires des provinces de Tuyên Quang et Bac Kan (au Nord) dans l’élaboration du dossier de candidature qui sera soumis au Premier ministre pour approbation, puis déposé auprès de l’UNESCO.

VNA/NDEL