Explorer l'univers, un rêve devenu réalité du Vietnam

Mardi, 05 février 2019 à 11:58:27
 Font Size:     |        Print
 

Le satellite MicroDragon a été lancé dans l’espace au Japon le 18 janvier. Photo : CPV.

Nhân Dân en ligne - Après cinq ans à se plonger dans l’étude et la recherche dans les meilleures universités japonaises, une équipe de 36 ingénieurs vietnamiens a fabriqué avec succès un satellite de télédétection. Le premier produit, satellite MicroDragon, a été lancé dans l’espace au Japon le 18 janvier, à 7h50 (heure vietnamienne), depuis le centre spatial Uchinoura, préfecture japonaise de Kagoshima, apportant l’intelligence et l’aspirations de conquérir l'espace de la jeunesse vietnamienne.

MicroDragon et six satellites japonais ont été mis sur orbite par la fusée japonaise Epsilon-4. Le lancement de ces satellites devait avoir lieu le 17 janvier mais a été retardé d’un jour en raison de conditions climatiques défavorables.

L’événement marque une nouvelle étape pour le Vietnam dans son processus de maîtrise des technologies spatiales et de construction de satellites.

Caractérisé par sa forme cubique, un poids de 50 kg et un format de 50 x 50 x 50 cm, MicroDragon a pour mission de collecter des données au service de l’aquaculture. Il observera aussi les régions maritimes pour une meilleure évaluation de la qualité de l’eau, localisera les ressources aquatiques et suivra les changements environnementaux.

En outre, MicroDragon sera chargé de surveiller le niveau de couverture nuageuse et les aérosols pour savoir comment ils influencent l’atmosphère, mais également de transmettre rapidement des données vers différents points du globe.

Il constitue une base de l’échange de données satellitaires avec des micro-communautés du monde entier afin d’améliorer l’application des technologies spatiales dans des activités concernant la prévention et lutte contre les catastrophes naturelles et les changements climatiques.

Selon la feuille de route, ces ingénieurs, relevant du Centre spatial national (Académie des sciences et technologies du Vietnam) développeront le satellite NanoDragon, d’un poids de moins de 10 kg.

NanoDragon aura pour tâche de tester les technologies permettant de contrôler la direction des satellites en orbite et de collecter les signaux d'identification automatique des navires par des nano satellites.

Il s’agit d’un produit du projet « Recherche, conception, fabrication, lancement et exploitation de satellites de taille nano » dans le cadre du Programme national de science et de technologie sur les technologies spatiales pour la période 2016-2020.

Auparavant, ledit centre a construit le satellite PicoDragon, d’un poids de 1 kg et d’un format de 10 x 10 x 11,35 cm. Cependant, construire un satellite de 50kg comme MicroDragon représente un grand pas en avant. Afin de mener à bien cette tâche scientifique importante, les ingénieurs vietnamiens ont été envoyés pour étudier les technologies spatiales dans les cinq meilleures universités japonaises, à savoir l’Université de Tokyo, l’Université de Keio, l’Université d'Hokkaido, l’Université de Tohoku et l’Institut de technologie de Kyushu entre 2013 et 2017. À l’issue d’un long processus de fabrication sous la direction de professeurs japonais, MicroDragon a dû passer une série de tests et suivre strictement le processus de développement des systèmes de satellites de l’Agence spatiale européenne (ESA).

Selon le Dr. Lê Xuân Huy, chef du Département de Conception des systèmes spatiaux, relevant du Centre spatial national, le coût de lancement de MicroDragon était estimé à environ 50,5 millions de dollars, fournis par l'Agence d'exploration aérospatiale japonaise (JAXA), dans l’optique d’encourager le secteur privé à participer au développement spatial.

Il a aussi partagé les difficultés que les ingénieurs vietnamiens ont dû surmonter ainsi que leurs efforts, soulignant que le capteur optique de MicroDragon, considérée comme les « yeux » de ce satellite, a été conçu par une jeune ingénieure vietnamienne, Nguyên Thi Thao.

La rencontre entre le PM Nguyên Xuân Phuc et les ingénieurs qui fabriquent MicroDragon. Photo: VGP.

Lors d’une séance de travail sur la fabrication et le lancement du satellite MicroDragon, tenue le 21 janvier dernier à Hanoi, le Premier ministre Nguyên Xuân Phuc a estimé que MicroDragon était une nouvelle étape pour le Vietnam dans la maitrise progressive de la conception et de la production des satellites, et a souligné que le résultat avait confirmé la souveraineté spatiale du Vietnam à l'ère numérique.

Le dirigeant a aussi affirmé que le gouvernement continuerait de soutenir les scientifiques et ingénieurs vietnamiens pour qu’ils puissent développer des technologies spatiales.

NDEL