Les Viêt Kiêu en France et leurs contributions au pays natal

Lundi, 04 février 2019 à 23:29:59
 Font Size:     |        Print
 

Nhân Dân en ligne - La communauté vietnamienne en France compte actuellement plus de 300 000 personnes appartenant à 3 générations différentes vivant et travaillant dans de nombreuses provinces à travers la France.

Depuis de nombreuses années, les Viêt kiêu en France mènent des activités pratiques et efficaces contribuant de manière positive au développement du pays natal. La communauté vietnamienne en France est également un pont d'amitié entre le Vietnam et la France.

L’Union générale des Vietnamiens en France (UGVF), par ses activités, a rassemblé de jour en jour lesrésidents vietnamiens. Toutes les semaines, l’UGVF organise 5 ou 6 cours de vietnamien pour les Vietnamiens et les Français. Outre ces cours, l’UGVF préside en coordination avec les amis français des échanges sur l’histoire et la culture du Vietnam, a déclaré Ngô Kim Hùng, président de l’UGVF.

L'UGVF organise souvent des activités culturelles et caritatives pour maintenir et développer la culture traditionnelle de la nation, inviter les intellectuels vietnamiens d'outre-mer à participer au développement du pays par le biais de nombreux projets concrets dans les domaines des sciences, de l'éducation, de la socio-économie et de l'environnement.

Nguyên Thanh Tong, vice-président de l’UGVF, a indiqué que depuis plusieurs années, l’UGVF avait bien programmé « le Pont humanitaire » au Vietnam, du Nord au Sud, de Lào Cai à Tiên Giang. Par exemple au Sud, nous avons travaillé avec l’Association de patronage des enfants de Hô Chi Minh-Ville et les enfants de poussière pour créer des cantines. Ce dernier a l’objectif de former professionnellement les enfants.

De plus, " les Vietnamiens en France souhaitent préserver la langue maternelle. Auparavant, j’ai fait mes études en France et ensuite je me suis mariée. J’ai participé durant des années aux activités de l’UGVF. Aujourd’hui, mon vœu est d’encourager mes enfants à apprendre le Vietnamien pourqu’ils puissent s’habituer aux us et coutumesvietnamiennes et comprendre la tradition vietnamienne ", a partagé, Trinh, Vietnamienne à Paris.

Afin de répondre aux vœux des Viêt kiêu en France, l’établissement scolaire « Vê nguôn » a été créé.

L’établissement scolaire « Vê nguôn » étend ses compétences pédagogiques pour les enfants dans l’apprentissage linguistique du vietnamien, le dessin, les arts martiaux et les danses traditionnelles, a fait savoir Nguyên Vu Nhu Quynh, enseignante à l’établissement scolaire « Vê nguôn ».

Le but de « Vê nguôn » est de créer un atelier de liaisons et de coordination où les Vietnamiens de tout âge peuvent travailler et se connaître.

Parallèlement, « Vê nguôn » veut transmettre la culture vietnamienne à tous les enfants vietnamiens qui peuvent parler et écrire vietnamien et par la pratique de leur langue maternelle, ils se sentent très proches de leurs grands-parents, parents, familles et patrie vietnamienne.

Le Professeur Trân Thanh Vân est un des scientifiques ayant mis en œuvre de nombreux programmes pratiques qui contribuent au développement du Vietnam. Bien que son âge soit élevé, il organise toujours plus de programmes visant à attirer davantage de scientifiques au Vietnam.

" Nous sommes très fiers des Rencontres annuelle de Morriond regroupant 18 lauréats du Prix Nobel. Ces 18 lauréats se sont présentés à nos rencontres dès leur début scientifique. En 1993, nous avons, avec l’assistance du Professeur Nguyên Van Hiêu, fondé l’Association « Rencontre du Vietnam » dont la mission est d’intensifier les recherches scientifiques et de permettre aux chercheurs vietnamiens de contacter leurs collègues étrangers ", a indiqué Trân Thanh Vân.

Quelle que soit leur position dans le pays d'accueil, les Viêt kiêu en France s'efforcent toujours d'étudier et de travailler, d’entretenir la fierté nationale et de s’orienter vers le pays natal. Pour eux, contribuer à l’œuvre du développement de la patrie est toujours une fierté.

NDEL