UE - Vietnam : Promotion de la coopération pour le développement durable

Vendredi, 09 mars 2018 à 10:36:18
 Font Size:     |        Print
 

M. Stefano Manservisi, directeur général de la coopération internationale et du développement de la Commission européenne. Photo: MOF.gov.vn

Nhân Dân en ligne - L’Union européenne (UE) est toujours aux côtés du Vietnam pour l’aider dans l’amélioration de sa compétitivité et son développement durable, a souligné Stefano Manservisi, directeur général de la coopération internationale et du développement de la Commission européenne lors de la récente rencontre avec la presse vietnamienne. Il a suggéré d’accélérer la mise en route des projets de coopération retardés.

- Quelle est votre observation des relations de partenariat entre l’UE et le Vietnam ?

+ Nous sommes très impressionnés par les développements économiques positifs du Vietnam au cours de ces dernières années. Le Vietnam, au fur et à mesure, est devenu un pays à revenu intermédiaire et il est « sorti » de l'aide publique pour le développement (APD), c’est pourquoi l’accès aux sources de fonds connaîtra des changements. Cependant, nous continuons à maintenir nos relations de partenariat à long terme avec le Vietnam à travers le partage de nos expériences dans le développement et assurerons le budget d'assistance nécessaire. Nous étudierons la méthode pour pouvoir soutenir mieux et d’une manière différente le Vietnam.

Nous souhaitons toujours consolider et renforcer davantage les relations de coopération et de partenariat stratégique entre le Vietnam et l’UE avec le point de vue selon lequel ces relations de partenariat ne sont pas uniquement la fourniture de fonds d’aide.

Nous serons côte à côte avec le Gouvernement vietnamien pour dialoguer et discuter des travaux que les deux parties peuvent démarer ensemble. Évidemment, il y aura toujours un soutien financier qui sera utilisé de manière plus efficace.

Nous voulons renforcer davantage l’aide à l’investissement public du Vietnam dans les programmes d’activités que les deux parties ont convenu de mettre en œuvre tels que les projets dans les domaines de l’énergie, de la gouvernance publique et de la justice, et je pense que c’est là la méthode pour impulser la croissance et le développement durable du Vietnam dans l’avenir. C’est pourquoi, nous pensons toujours à la manière pour utiliser efficacement le fonds et mieux soutenir le Vietnam.

Il s'agit d'activités de coopération s’inscrivent dans un cadres de coopération plus large, avec l’Accord de Partenariat et de Coopération intégrale entre le Vietnam et l’UE (PCA) et l’Accord de libre-échange Vietnam - UE (EVFTA) sur lesquels les deux parties ont achevé les négociations et sont en train de finaliser le travail technique en vue de la signature et de la ratification.

On peut dire qu’il s’agit des cadres extrêmement importants dans nos efforts pour aider le Vietnam à renforcer davantage sa compétitivité ainsi que pour promouvoir la croissance stable et durable à long terme, et évidemment l’UE les considère également comme une préparation très importante nous permettant d’investir davantage au Vietnam dans les temps à venir.

- Lors de votre présente visite de travail au Vietnam, vous avez rencontré des dirigeants des ministères et services du pays. Pouvez - vous nous faire connaitre le contenu principal de ces rencontres?

+ Grâce aux rencontres et aux séances de travail, j'ai pu voir que le Gouvernement et les ministères vietnamiens étaient déterminés et professionnels dans leurs efforts pour mettre en œuvre efficacement les programmes que nous fournissons. L’objectif principal de ces rencontres est de réexaminer ensemble avec les responsables des ministères et services du Vietnam la mise en œuvre de nos programmes de coopération ainsi que les problèmes en suspens que la Délégation de l’UE au Vietnam peut aider à régler, et de discuter des orientations convenables pour le développement de la coopération. Pour rendre efficace la coopération, il faut un mécanisme de dialogue, la compréhension et le plus haut niveau de maîtrise possible de la part du Vietnam.

- Quelles sont vos suggestions pour le gouvernement et les ministères et services du Vietnam dans l’accélération des activités de coopération avec l’UE dans divers domaines ?

+ Nous n’avons pas d’habitudes de donner des suggestions à nos partenaires mais nous les écoutons toujours pour les comprendre profondément et partageons les expériences appropriées afin d’accélérer les activités de coopération. Il est important que dans un pays avec une croissance rapide comme le Vietnam, prendre rapidement les décisions puisse être prise rapidement.

Le contenu des programmes de coopération n’est pas un problème mais ceux-ci rencontrent des difficultés à cause des procédures administratives. Le programme de coopération du projet « Renforcement de la loi et de la justice » en est un exemple. Son contenu a été approuvé en 2016, des accords financiers ont été signés et des aides financières préparées, mais en raison des procédures administratives du Vietnam, ce projet n’est pas encore mis en œuvre.

Nous avons partagé nos inquiétudes sur la complexité des procédures administratives, ainsi que la nécessité d’accélérer la mise en route des programmes retardés dans les domaines de la gouvernance publique, la justice… Nous avons également discuté avec les dirigeants des ministères vietnamiens de la meilleure manière pour dynamiser l’investissement public. Concernant la question du cadre juridique de l’investissement public, je pense qu’il faut un mécanisme approprié pour une utilisation efficace des fonds et conforme aux règlements de la loi concernée dans la mise en route des projets. Notre souhait est d’accélérer les projets de coopération retardés.

S’agissant des projets énergétiques, la première enveloppe de décaissement commencera cet été. Nous fournirons une aide sous forme de soutien budgétaire, c’est-à-dire que notre argent sera transféré au budget de l'État afin de permettre aux organes d’État du Vietnam de mettre en œuvre leurs programmes selon le plan de la partie vietnamienne et nous voulons que ce programme du Vietnam assiste tous les habitants dans les régions lointaines, reculées et insulaires dans l’accès à l’énergie le plus tôt possible. Selon les prévisions, nous décaisserons la première enveloppe de 40 millions d’euros de ce programme en juin prochain.

- Avec les procédures administratives assez compliquées du Vietnam pour l’investissement public, quels sont les risques que vous prévoyez pour les projets pour lesquels l’UE se prépare à décaisser des fonds, concrètement comme pour le projet énergétique, une somme d’environ 40 millions d’euros sera débloquée en juin prochain ?

+ Cette somme qui sera décaissée n’est pas un fonds d’investissement mais est directement destinée au budget du Vietnam et s’inscrit dans le total de 108 millions d’euros engagés pour réaliser le contrat de réforme énergétique. Ce programme a défini des normes très concrètes à appliquer comme le nombre de chefs-lieux, de villages, de cantons, de foyers qui seront approvisionnés en électricité ainsi que le nombre de kilomètres de lignes de câble nécessaires pour transmettre le courant électrique… Et jusqu’ici, aucun problème n’est survenu car tous les contenus ont été convenus, la question réside dans la mise en route du programme.

- Merci Monsieur !

NDEL