Déclaration commune Vietnam - États-Unis

Dimanche, 12 novembre 2017 à 07:24:21
 Font Size:     |        Print
 

Entretien entre le Président vietnamien Trân Dai Quang et le Président américain Donald Trump. Photo : VGP.
 Font Size:     |  

Nhân Dân en ligne - Le Président américain Donald Trump a effectué les 11 et 12 novembre, une visite d’État au Vietnam, sur invitation de son homologue vietnamien Trân Dai Quang.

A l’issue de cette visite, les deux parties ont rendu public une déclaration commune.

La déclaration commune dit notamment :

Lors de la visite d’État au Vietnam du Président Donald Trump, sur invitation de son homologue vietnamien Trân Dai Quang, les deux dirigeants ont discuté des mesures afin de consolider et d’élargir le partenariat intégral entre les deux pays sur la base de la compréhension mutuelle, des intérêts et aspirations communs sur la promotion de la paix, de la coopération, de la prospérité et de la sécurité dans la région Indo-Pacifique. Ils ont réaffirmé leur engagement d'approfondir davantage les relations bilatérales sur la base des Déclarations communes déjà publiées par les deux pays, à respecter la Charte de l’ONU et le droit international, ainsi qu’à respecter l’indépendance, la souveraineté, l’intégrité territoriale et les institutions politiques de chacun.

Le Président Donald Trump a félicité le Vietnam pour son organisation réussie du Sommet de l’APEC à Dà Nang. Les dirigeants des deux pays ont réaffirmé leur intention de maintenir les contacts et les échanges de délégations de haut niveau, et de consolider les mécanismes de dialogue existants dont la chaîne de dialogue entre Partis. Les deux parties ont mis en exergue les relations économiques mutuellement avantageuses de plus en plus renforcées entre le Vietnam et les États-Unis, avant de souligner leur souhait de créer de l’emploi et les conditions favorables aux affaires et au commerce des deux pays.

Les deux dirigeants se sont engagés à approfondir et à élargir les relations commerciales et d’investissement bilatérales via les mécanismes officiels dont l’accord-cadre sur le commerce et l’investissement (TIFA). Ils ont salué la publication de nouveaux accords commerciaux, d’une valeur de plus de 12 milliards de dollars, lors de la visite du président Donald Trump.

Les deux dirigeants ont réaffirmé leur engagement à approfondir davantage la coopération bilatérale dans la défense et leur détermination commune à faire face aux défis de sécurité de la région.

Les deux parties ont affirmé que le plan d’action sur la coopération dans la défense Vietnam - États-Unis pour la période 2018-2020 vise à mettre en œuvre le mémorandum sur l’intensification de la coopération bilatérale dans la défense de 2011 et la déclaration sur la vision commune sur les relations en matière de défense de 2015, ce pour resserrer les relations bilatérales dans la sécurité maritime, l’assistance humanitaire et le sauvetage, ainsi que dans le maintien de la paix et le règlement des séquelles de la guerre.

Les deux dirigeants ont souligné que les deux pays élargiraient pas à pas leur coopération dans le renseignement, augmenteront les échanges d’informations sur les questions d’intérêt commun, avant d’exprimer leur intention de resserrer la coopération sur la cybersécurité par l’intensification des échanges de délégations et le partage d’informations.

Enfin, ils ont réaffirmé l’importance de continuer de coopérer dans la règlement des conséquences laissées par la guerre.

Les deux dirigeants ont affirmé leur soutien au renforcement des relations entre les deux peuples, afin d’approfondir la compréhension mutuelle, la coopération et l’amitié entre les deux nations à travers les échanges professionnels et académiques, la mise en activité de l’Université Fulbright Vietnam, les aides d’une valeur totale de 500.000 dollars pour les anciens étudiants de la Vietnam Education Foundation, et l’arrivée de premiers bénévoles du programme américain Peace Corps au Vietnam.

Les deux parties ont reconnu l’importance de la protection et de la promotion des droits de l’Homme.

Les deux dirigeants ont discuté et salué les initiatives visant à maintenir la paix et la stabilité, à promouvoir la coopération et le développement dans la région Indo-Pacifique. Ils ont reconnu le rôle central de l’Association des Nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) dans la région, se sont engagés à respecter et soutenir la solidarité et le rôle central de l’ASEAN dans l’architecture régionale en formation. Les deux parties se sont engagées à approfondir le partenariat stratégique entre les États-Unis et l’ASEAN sur la base des principes mentionnés dans la Déclaration de Sunnylands 2016.

Les deux dirigeants ont exprimé leur grave préoccupation ​devant les programmes, essais nucléaires et de missiles balistiques de la République populaire démocratique de Corée (RPDC). Ils se sont mis d’accord sur l’importance de la dénucléarisation pacifique de la péninsule coréenne.

Ils ont souligné l’importance stratégique du droit d’accès libre et gratuit à la zone de la Mer Orientale pour la communauté internationale, l’importance du maintien du commerce licite sans entrave, et la nécessité de respecter la liberté de navigation et de survol et d’autres utilisations licites de la mer. Les deux parties ont réaffirmé leurs positions sur la Mer Orientale exprimées dans les précédentes Déclarations communes Vietnam - États-Unis et États-Unis – ASEAN, ​notamment leur appel aux parties concernées d'éviter d’aggraver les tensions, de militariser les structures disputées et d’imposer des restrictions illicites en matière de liberté des mers.

Elles ont réaffirmé leur engagement commun pour le règlement pacifique des différends, y compris le plein respect des processus diplomatiques et juridiques. Les deux dirigeants ont appelé à une application pleine et effective de la Déclaration sur la conduite des parties en Mer Orientale (DOC) et à parvenir rapidement à un Code de conduite en Mer Orientale (COC) effectif et juridiquement contraignant. Ils ont appelé toutes les parties revendicatrices en Mer Orientale à clarifier et appliquer leurs revendications maritimes conformément au droit international comme la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982, et à réaliser, de bonne foi, leurs obligations juridiques internationales dans le processus de gestion et de résolution des différends.

Les dirigeants ont noté que, en tant que partenaire de la Commission du Mékong (MRC) et membre fondateur de l’Initiative du bas-Mékong (Lower Mekong Initiative - LMI), les États-Unis soutiennent les efforts des pays du bas-Mékong de gérer durablement les ressources en eau et environnementales de la région, dans l’intérêt de tous.

VNA/NDEL