Les parlements des pays eurasiens adoptent la déclaration d’Antalya

Mercredi, 10 octobre 2018 à 17:59:41
 Font Size:     |        Print
 

Les présidents des parlements des pays eurasiens posent lors de leur 3e conférence à Antalya, en Turquie. Photo : VNA.

Nhân Dân en ligne - La 3e Conférence des présidents des parlements des pays eurasiens (MSEAP 3) s’est achevée le 9 octobre à Antalya, en Turquie par l’adoption de la déclaration d’Antalya de 17 points.

La conférence, à laquelle a participé la Présidente de l’Assemblée nationale du Vietnam Nguyên Thi Kim Ngân, s’est tenue sur le thème «Coopération économique, environnement et développement durable en Eurasie».

La Déclaration reconnaît le rôle des parlements dans la création d’un débat franc, dans le suivi des résultats obtenus lors de conférences à Moscou (Fédération de Russie) et à Séoul (République de Corée), dans les échanges des points de vue sur les mesures destinées à promouvoir la diplomatie parlementaire, contribuant à la paix, à la stabilité et à la prospérité en Eurasie.

Reconnaissant l’importance du développement en Eurasie, la déclaration affirme la détermination à promouvoir des efforts communs en matière de soutien législatif et à explorer les possibilités d’élargir les partenariats en Eurasie pour un avenir commun, une croissance inclusive, durable et prospère, en promouvant la coopération dans de nombreux domaines d’intérêt commun, tels que les services logistiques, l’harmonisation douanière, la connectivité multimodale, les réseaux et infrastructures, la facilitation du commerce et le transfert de technologies sur la base du respect des lois et de la législation de chaque pays.

Soulignant la confiance dans les perspectives de développement et le potentiel considérable de coopération entre les pays, la déclaration réaffirme l’engagement à promouvoir des partenariats pour le développement.

"Nous avons réaffirmé notre volonté de rechercher une coopération dans de nouveaux domaines, vers une coopération plus globale et des partenariats économiques plus étroits, dans des domaines prioritaires comme le commerce et l’investissement, la production et la transformation de minéraux, l’énergie, l’agriculture, la connectivité des infrastructures, la coopération financière et économique, la science, la technologie et l’innovation, les technologies de l’information et de la communication et d’autres domaines ", indique le document.

Les présidents des parlements reconnaissent que "le système commercial multilatéral se heurte à des difficultés sans précédent". "Nous déclarons notre engagement à nous orienter vers une économie mondiale ouverte, avec une allocation efficace des ressources, une libre circulation des biens et des services, ainsi qu’une concurrence loyale et ordonnée qui promeuvent le développement durable et la prospérité de tous les pays ", selon la déclaration.

Les participants réaffirment également leur soutien à un système commercial multilatéral ouvert, inclusif, non discriminatoire, transparent et respectueux des règles établis dans le cadre de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Ils rappellent en même temps les engagements pris pour assurer la mise en œuvre et l’exécution des règles en vigueur de l’OMC et la volonté de coopérer pour renforcer davantage l’OMC, de rejeter les pratiques commerciales non conformes aux règles de l’OMC.

La déclaration reconnaît l’importance des efforts conjoints des pays, des organisations internationales et des associations d’intérêt mutuel pour coordonner les stratégies de développement nationales et les projets d’intégration multilatérale.

"Nous encourageons la mise en œuvre intégrale de l’Agenda 2030 pour le développement durable, conformément aux règles et législations nationales. Nous soutenons le développement équitable, ouvert, innovant et inclusif pour atteindre les objectifs de développement durable à l’horizon 2030 dans les trois dimensions - économique, sociale et environnementale - sur la base de l’équilibre et de l’intégration", indique la déclaration.

"Nous appuyons le rôle important des Nations unies, notamment le Forum politique de haut niveau sur le développement durable, dans la coordination et l’évaluation de la mise en œuvre de l’Agenda 2030 à l’échelle planétaire, et soutenons la mise en œuvre efficace du processus de réforme du système de développement des Nations unies afin de renforcer sa capacité à aider les États membres à mettre en œuvre l’Agenda 2030", relève-t-elle.

En outre, les participants à la conférence ont souligné l’importance des parlements dans le règlement des défis environnementaux. Il est également noté qu’une coopération étroite et la coordination des efforts entre les États eurasiens aideront à renforcer leur capacité d’adaptation et leur résilience face aux impacts négatifs provoqués par ces défis.

Faisant référence aux dispositions de l’accord de Paris sur le climat, le document réaffirme l’engagement des parlements à accomplir leurs responsabilités vis-à-vis de la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau national (CDN) par des mesures législatives en faveur de l’environnement et du financement budgétaire de programmes de réduction des émissions de gaz à effet de serre, dans la mesure du possible.

Une attention particulière est accordée au règlement des conflits par des moyens pacifiques, sans recours à la force ni à la menace de la force, conformément aux principes universellement reconnus du droit international et à la Charte des Nations unies. "Nous reconnaissons pleinement le rôle des Nations unies dans la promotion et le renforcement de la paix et de la sécurité internationales", selon le document.

"Nous condamnons une nouvelle fois le terrorisme sous toutes ses formes et dans toutes ses manifestations", poursuit la déclaration qui note également que les problèmes de cybersécurité sont transversaux et nécessitent des actions concertées pour y faire face avec efficacité.

Selon la déclaration, la République du Kazakhstan sera l’hôte de la MSEAP 4 en 2019.

VNA/NDEL