Table ronde: Renforcer le rôle des parlementaires et des institutions francophones

Jeudi, 23 novembre 2017 à 04:19:48
 Font Size:     |        Print
 

La table ronde portant sur le renforcement du rôle des parlementaires et des institutions francophones s'est tenue au siège de l'Assemblée nationale du Vietnam, le 21 novembre, à Hanoï. Photo : CVN.
 Font Size:     |  

Nhân Dân en ligne - « Renforcer le rôle des parlementaires et des institutions francophones » a été le thème essentiel de la table ronde entre les députés vietnamiens ayant le français en partage et les représentants des ambassades et des organisations francophones au Vietnam, qui s'est déroulée le 21 novembre, au siège de l’Assemblée nationale, à Hanoï.

Dans le cadre de la 4e session de l’Assemblée nationale (AN) de la XIVe législature, la Section du Vietnam dans l'Assemblée parlementaire francophone (APF) a eu, le 21 novembre, à Hanoï, sa première rencontre avec les représentants du Groupe des ambassades, délégations et institutions francophones au Vietnam (GADIF), afin de discuter de la promotion des activités de la communauté francophone dans la région Asie-Pacifique.

Dans son discours inaugural, Nguyên Thúy Anh, membre du Comité central du Parti communiste du Vietnam (PCV), présidente de la Commission des affaires sociales de l’AN, aussi présidente de la Section vietnamienne de l’APF, a souhaité que cette rencontre apporte de belles opportunités de discussion entre les représentants francophones sur divers problèmes actuels de la communauté francophone. « Ces dernières années, le nombre de francophones au Vietnam et aussi en Asie-Pacifique a sérieusement baissé, et ce en faveur de l’anglais, la langue étrangère la plus utilisée dans les transactions commerciales. Ceci constitue un grand défi pour la Francophonie », a déclaré Mme Thúy Anh. Elle a souligné la nécessité des « mesures efficaces visant, d’une part, à rehausser la position de la langue française dans le maintien de la diversité culturelle dans le contexte de mondialisation en Asie-Pacifique et, d’autre part, à resserrer les liens entre les parlementaires et les institutions francophones au Vietnam ».

Nguyên Thúy Anh a souligné la nécessité des mesures efficaces visant à relever les défis actuels de la Francophonie dans le contexte de mondialisation. Photo : CVN

De son côté, Jehanne Roccas, ambassadrice de Belgique au Vietnam, aussi présidente du GADIF, a également déploré la chute du nombre de francophones au niveau mondial, tout en affirmant l’importance de la langue française dans l’éducation et l’apprentissage. « Le français est la langue de la diplomatie, un vrai véhicule dans le domaine politique et diplomatique », a-t-elle estimé.

Eric-Normand Thibeault, directeur-représentant du Bureau régional pour l’Asie et le Pacifique de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), a présenté un plan quadriennal susceptible d’être mis en place au cours des prochaines années, qui se focalise sur « le renforcement de la langue française dans le système d’éducation et l’intensification des coopérations économiques au sein de la région ».

Eric-Normand Thibeault, directeur-représentant du Bureau régional pour l'Asie et le Pacifique de l'OIF, a présenté un plan quadriennal susceptible d'être mis en place ces prochaines années. Photo : CVN.

Pour le rayonnement de la langue française : l'union fait la force

Face aux énormes enjeux de la Francophonie, les invités ont discuté de diverses mesures visant à redonner à la langue française la place qu’elle mérite au Vietnam et en Asie-Pacifique.

Phan Thanh Binh, membre du Comité central du PCV, membre du Comité permanent et président de la Commission de la culture, de l’éducation, des jeunes, des adolescents et des enfants de l’AN, a mis l’accent sur le « regroupement des francophones, des institutions francophones comme l’APF, l’OIF ou le GADIF notamment », car « l’union fait la force ». Les groupes francophones constitueront un moteur pour dynamiser les activités francophones au Vietnam.

En tant qu’ancien directeur de l’Université nationale de Hô Chi Minh-Ville, M. Thanh Binh a aussi partagé les avis sur l’élargissement des filières universitaires francophones qui, selon lui, susciteraient un grand intérêt auprès des étudiants désireux de faire des études et des recherches scientifiques dans les pays francophones.

Sur ce point, Pham Khanh Phong Lan, députée de Hô Chi Minh-Ville, a également affirmé : « Le français est vraiment important, c’est même un avantage pour les étudiants en médecine et pharmacie ».

Nguyên Thiêp a mis l'accent sur la création d'un mécanisme d'échanges en termes de politique et de diplomatie. Photo : CVN.

Pour redéfinir la position de la langue française

Pour sa part, Nguyên Thiêp, ambassadeur et correspondant national auprès de l’OIF, a souligné l’importance de la création d’« un mécanisme d’échanges au sein des groupes interministériels et intergouvernementaux en vue de proposer des politiques visant à renforcer les activités de la Francophonie ».

En outre, Nguyên Thi Bich Huê, chef adjointe du Département des Affaires européennes au Ministère des Affaires étrangères, a ajouté que des activités autour de la culture, du sport et de la jeunesse devraient aussi être valorisées au sein de la communauté francophone au Vietnam.

Sur un autre point, Doàn Thi Y Vi, rédactrice en chef adjointe du journal Le Courrier du Vietnam, relevant de l’Agence Vietnamienne d’Information, a constaté le rôle important des médias pour élargir le public francophone. Elle a cité l’exemple du concours « Jeunes reporters francophones - Vietnam » organisé par cet unique journal en langue française au Vietnam, qui a attiré de nombreux jeunes participants vietnamiens des quatre coins du pays.

La table ronde s’est déroulée dans une ambiance d’amitié et de coopération. Les intervenants ont tous souhaité que cet événement aboutisse à des plans d’action concrets pour redéfinir la position de la langue française en Asie-Pacifique en général, et au Vietnam en particulier.

CVN/NDEL