Hô Chi Minh-Ville et Osaka renforcent leur coopération dans l’environnement

Vendredi, 07 septembre 2018 à 09:56:29
 Font Size:     |        Print
 

Le vice-président du Comité populaire de HCM-Ville, Huynh Cach Mang (à droite) et le maire adjoint d'Osaka, Seigo Tanaka. Photo : VNA.

Nhân Dân en ligne - Le vice-président du Comité populaire de Hô Chi Minh-Ville, Huynh Cach Mang, a reçu, le 6 septembre, Seigo Tanaka, maire adjoint de la ville japonaise d’Osaka, en visite de travail au Vietnam pour participer au Dialogue politique au niveau des maires sur le développement des villes à faible teneur en carbone, tenu dans la mégapole du Sud.

Lors de la réception, Huynh Cach Mang a adressé sa profonde sympathie aux autorités et aux habitants d’Osaka en particulier et du Japon en général à la nouvelle des lourds dégâts causés par le typhon Jebi. Il s’est déclaré convaincu qu’avec les efforts et la détermination des autorités et des habitants, les localités japonaises touchées par ce typhon, dont Osaka, régleront les conséquences et reprendront bientôt une vie normale.

Le responsable de Hô Chi Minh-Ville a hautement apprécié les solutions efficaces d’Osaka dans la protection de l’environnement, la résilience aux changements climatiques, la gestion des ressources en eau et la classification des déchets solides, affirmant qu’Osaka était l’un des partenaires importants de sa ville en la matière.

Il souhaite que les deux localités continuent à élargir leur coopération dans la lutte contre les changements climatiques et les inondations, et a appelé les entreprises d’Osaka à venir investir sur son sol dans la santé, le développement des ressources humaines qualifiées, la modernisation des infrastructures de transport et l’édification de la ville intelligente.

De son côté, le maire adjoint d’Osaka, Seigo Tanaka, a estimé que les deux villes partageaient des similitudes culturelles et géographiques. Elles sont actuellement confrontées à des catastrophes naturelles comme l’immersion, l’inondation, et la salinisation, etc.

Il a souligné donc la nécessité de prolonger le délai de la signature des documents de coopération bilatérale dans l’environnement, notamment l’intensification de la coopération dans le traitement des lieux pollués et l’approvisionnement en eau propre aux habitants.

NDEL