Des efforts pour recycler le plastique

Mercredi, 06 juin 2018 à 16:10:03
 Font Size:     |        Print
 

Des poubelles remplies par des sacs de déchets dans la rue de Dôi Cân, Hanoï. Photo: VNA

Nhân Dân en ligne - Selon les statistiques de l'organisation Gardez le Vietnam propre et vert (Keep Vietnam Clean and Green en anglais), le Vietnam est l'un des cinq pays produisant le plus de déchets plastiques au monde avec 1,8 millions de tonnes émises chaque année. Les sacs en nylon, les bouteilles en plastique, les pailles etc sont des produits à usage unique qui n'ont pas la capacité de se décomposer naturellement.

es détritus plastiques dispersés en mer sont une menace pour la biodiversité et l'environnement naturel des espèces marines. Sur la terre ferme, ils affectent négativement la santé de l'homme. L'accumulation de plastique devient une question alarmante qui exige une solution.

À Hô Chi Minh-Ville, les statistiques du Service municipal des ressources naturelles et de l'environnement nous apprennent que la mégapole du Sud fait face au problème majeur des déchets urbains. Chaque jour, entre 8.000 et 8.500 tonnes de déchets sont dispersées dans la nature et le plastique en représente une grande partie.

Chaque année, environ 250.000 - 300.000 tonnes de plastiques sont jetées sur l'ensemble de Hô Chi Minh-Ville. D'ici 2020, ce chiffre devrait s’élever à 400.000 tonnes par an constituant un véritable défi pour les services en charge de l’environnement de la ville.

Le recyclage des déchets plastiques à l’aide des nouvelles technologies permettra aux localités du pays de traiter les déchets de manière écologique, de réduire les émissions de gaz à effet de serre en contribuant à préserver les ressources naturelles.


L'affiche sur le traitement des déchets plastiques et du nylon lors de la journée mondiale de l'environnement (5 juin). Photo: VNA

Au Vietnam, le recyclage du plastique rencontre encore des difficultés. Le volume de déchets augmente notablement alors que la chaîne de recyclage n'a pas encore été mise aux standards modernes.

L'accélération des 3R (Réduire - Recycler - Réutiliser) apportera des intérêts autant pour l'environnement que pour l'économie.

Pour réduire le taux de déchets plastiques, il faut sensibiliser les habitants quant à l'utilisation des sacs en nylon en les remplaçant par des sacs conçus en matériaux non-toxiques, par exemple.

Les pailles en bambou ou en roseau, les objets en verre, en inox ou en bois… sont considérés comme des produits propres.

Il est nécessaire d'avoir un soutien financier dans la mise en œuvre des projets de recyclage du plastique et de fabrication de produits à base de matériaux non-toxiques pour l'environnement. L'État se doit de donner la priorité aux politiques de diminution de l'usage du plastique et d’encourager les entreprises à remplacer ce matériau par d'autres plus propres.

Selon le docteur Lê Van Khoa de la Faculté de l'environnement (relevant de l'Institut polytechnique de Hô Chi Minh-Ville), pour résoudre à long terme les questions relatives aux déchets plastiques, il nous faut faire avancer les 3R parce que le recyclage présente beaucoup d'avantages.

Concrètement, la collecte et la classification des déchets permettront de créer des emplois supplémentaires. Le recyclage permettra également de réduire la superficie occupée par les déchets enterrés. Sur le plan environnemental, le premier intérêt est d'économiser les ressources pétrolières car le plastique est fabriqué à partir du pétrole. La collecte et le recyclage des déchets plastiques assurent un environnement plus sain dans les centres urbains.

Dans la planification concernant les déchets plastiques, le ministère de l'Industrie et du Commerce insiste sur le fait de développer la production de matières premières nouvelles dans ce secteur. Ainsi, à l'avenir, la construction d’usines de recyclage de plastiques sera la première étape dans le traitement des déchets solides du pays.

CVN/NDEL