Débat sur les impacts des inondations du Vietnam à Paris

Mardi, 17 octobre 2017 à 11:30:42
 Font Size:     |        Print
 

En 2017, de nombreuses localités du Vietnam sont touchées par les pluies torentielles et ouragans qui provoquent de grands dégâts humains et matériels. Photo : Minh Duc/VNA/CVN.
 Font Size:     |  

Nhân Dân en ligne - À l’heure des préparations pour la COP23 à Bonn, la solidarité internationale a été lancée, en particulier par la Plateforme genre en action du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères à Paris le 13 octobre 2017, concernant les pays les plus touchés par le changement climatique. Deux tables rondes ont récemment donné lieu à débattre.

De fortes pluies se sont abattues sans interruption au Vietnam pendant plusieurs jours au cours du mois d’octobre 2017 et ont inondé plus de 93 communes du territoire de 9 districts et villes du Centre du Vietnam, causant la mort d'une cinquantaine de personnes et des dizaines de disparitions ainsi que de considérables pertes matérielles. La communauté vietnamienne alarmée a lancé un appel de solidarité.

Les pays à risques

Le changement climatique pourrait avoir des impacts désastreux dans la région Asie-Pacifique se traduisant en partie par une augmentation de six degrés de la température sur l’ensemble du continent d’ici la fin du siècle. Dans certains pays comme le Tadjikistan, l’Afghanistan, le Pakistan, et le Nord-Ouest de la Chine, les températures pourraient même croître de huit degrés.

Ces hausses successives devraient causer des changements importants allant jusqu’à mettre en danger la stabilité nationale et internationale des États. En effet, les pays d’Asie et du Pacifique, qui abritent les deux tiers de la population mondiale, seront sujets à des typhons plus violents, des précipitations plus fréquentes et plus abondantes, ainsi qu’à une élévation du niveau de la mer. Autant de facteurs qui auront des effets négatifs sur la croissance, la sécurité alimentaire, la biodiversité et les migrations écologiques.

Le Vietnam se trouve parmi les pays les plus exposés par les changements climatiques dont le Bangladesh, la Guinée-Bissau, la Sierra Leone, Haïti, le Soudan, le Nigeria, la République démocratique du Congo, le Cambodge, les Philippines et l'Éthiopie, entre autres. Plus de 4,5 milliards de personnes (environ 64 % de la population mondiale) vivent dans ces pays et ce chiffre pourrait excéder 5 milliards en 2025.

Rappelons que pour réaliser les contributions et obligations des COP21 et COP22, le Vietnam voit la mise en œuvre effective comme un moyen à long terme de lutte contre le changement climatique. Il a mis l'accent sur la détermination des activités d'atténuation des émissions dans la réalisation des contributions intentionnelles déterminées au niveau national (INDC), en profitant de la possibilité de développer une économie à faible émission de carbone. Les activités d’adaptation pour la mise en œuvre des INDC en augmentant la résilience de la communauté, et la préparation des ressources humaines, technologiques et financières sont des actions importantes pour impacter les inondations en particulier au Centre et au Sud du pays.

Les solutions proposées

Lors des débats, les participants ont souligné l’importance de la mise en place des engagements des pays pris lors des accords de Paris (COP21) et de Marrakech (COP22). Concernant la COP23 les enjeux sont multisectoriels, à savoir, politiques, économiques, sociaux et écologiques, entre autres. Mais après la COP 21 en 2015 et la COP22 en 2016 où ont été adoptés respectivement l’Accord de Paris et le Plan d’Action de l’Accord de Paris, la COP23 sera focalisée sur l’accélération de l’opérationnalisation dudit accord. Le grand intérêt issu de la réunion est de faire savoir que la COP23 s’avance vers un plan d’initiatives pour l’approche de genre dans l’action internationale des collectivités, dans les ONG et les actualités d’ONU Femmes.

Concernant la feuille de route, la plateforme genre en développement a prévu des activités avant, pendant et après la COP23 à Bonn. Ces activités seront validées par toutes les parties prenantes impliquées dans le système climat national ainsi que les membres du Comité National d’Organisation de la COP23 (CNOP-COP23). Par ailleurs, le président français Emmanuel Macron lors d’une conférence de presse clôturant le G20 le 8 juillet 2017 à Hambourg a informé qu'il va réunir le 12 décembre un nouveau sommet sur la lutte contre le réchauffement climatique, deux ans après l'accord de Paris, à l'issue de la COP23. Cette réunion, dont il n'a pas précisé la localisation, mais qui se tiendra en France, visera à "mobiliser les financements privés et publics" promis en décembre 2015 et à "identifier les projets" concrets qui devront être soutenus.

NGUYÊN DAC NHU-MAI/APFSV/CVN